Avec Mon Étoile secrète, Urban China pose ses marques

18 juin 2015 0 Actualité par Guillaume Boutet
  • Urban China est le fruit d'une association entre Media-Participations et ComicFans, Mon Étoile secrète est son premier titre marquant. De la campagne à la ville, du collège au lycée, le portrait d’une jeune Chinoise cherchant l’amour dans le regard des autres. Un fort joli récit sur les complexes de l’adolescence. Touchant et universel.

Xiaoxi, 16 ans, quitte son petit bourg campagnard pour la grande ville de Wuhan et entre au lycée. Un changement d’univers total pour la jeune fille : habituée à être considérée comme la plus intelligente et la plus jolie de son village, elle devient dans ce nouvel établissement une adolescente transparente et banale.

Perdue dans l’agitation de la grande ville, Xiaoxi ne se sent pas à la hauteur face à ses camarades de classe qui semblent tous si géniaux et doués… En particulier Yan Huan, la plus belle fille de l’école, membre du club de théâtre, et Lin’an, le beau et brillant étudiant qui attire tous les regards.

Xiaoxi tombe amoureuse de Lin’an mais son complexe d’infériorité la pousse à refouler ses sentiments pour le moment. Admirant tout autant que jalousant Yan Huan et Lin’an, l’adolescente décide de ne pas ménager ses efforts pour atteindre elle aussi l’excellence et se montrer digne de les côtoyer…

Avec Mon Étoile secrète, Urban China pose ses marques
© Urban China

Récit complet de 160 pages sur les premiers émois de l’adolescence, Mon Étoile secrète, publié en Chine en 2014, propose un dessin à l’aquarelle et une narration lorgnant du côté du manga, par exemple dans les mimiques des personnages illustrant la surprise ou la déprime.

Le scénario est signé Wang Qiaolin, auteure de roman sur la jeunesse, ce qui se ressent à la lecture. En effet, les scènes sont accompagnées de deux voix off : une externe qui analyse le comportement et les sentiments de Xiaoxi... à laquelle s’ajoute celle de l’héroïne elle-même. Un procédé un peu daté et une double narration qui apparaîtront sans doute un peu lourds à certains lecteurs. Chaque chapitre se trouve de plus conclu par une page du journal intime de l’héroïne. Un second dispositif narratif « textuel » qui fonctionne mieux sans doute, car placé entre deux chapitres.

Du côté du graphisme, Wang He signe des très jolies aquarelles, colorées et vivantes qui distillent une ambiance légère et poétique, mais également un peu rêveuse avec ses visages plus souvent esquissés que précis et détaillés, mais qui contribue au charme de l’œuvre.

Le titre original de Mon Étoile secrète est Pride and Preference, qui rappelle le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et Préjugés, ce qui n’est sans doute pas fortuit. En effet,comme Elizabeth Bennet et Mr Darcy, la relation entre Xiaoxi et Lin’an souffre de problèmes de communication et de malentendus, en raison ici de l’orgueil mal placé de Xiaoxi, né de son sentiment d’infériorité.

Si Lin’an semble tout comme Mr Darcy appartenir à un autre monde, c’est néanmoins Xiaoxi qui, par son immaturité, refuse de nouer amitié avec le jeune garçon, au demeurant avenant et chaleureux. Notre héroïne le place sur un piédestal et se construit une image fantasmée et idéale si puissante du garçon qu’il ne peut que lui rester inaccessible.

Xiaoxi n’aura de cesse de travailler pour être à la hauteur, accumulant en même temps les occasions manquées et les malentendus. Les idéaux ne sont cependant pas toujours faits pour être atteints. Ils jouent aussi le rôle de guide pour nous permettre de nous accomplir et de nous révéler…

Grandir, c’est se transformer, et Xiaoxi, avec sa détermination et son entêtement, mais également son immaturité et sa volonté de cacher sa véritable personnalité, figure comme une incarnation de cette jeunesse universelle, et de cette force pour aller de l’avant coûte que coûte, non sans parfois quelques erreurs et quelques regrets...

© Urban China
Documents

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Mon Étoile secrète. Par Wang Qiaolin (scénario) & Wang He (dessin). Traduction Sarah Fernandez. Urban China. Sortie le 22 mai 2015. 160 pages. 15,00 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire notre présentation des éditions Urban China.