Black Widow T.2 - Par Nathan Edmondson et Phil Noto - Panini Comics

27 avril 2015 10 commentaires
  • La Veuve Noire se prépare pour de nouvelles missions assez anecdotiques, surtout prétextes à inviter dans ces pages quelques invités de marque et anciens amants pour l'épauler dans ses tâches et dans sa quête introspective. Daredevil, le Soldat de l'Hiver, Œil de Faucon ou bien encore le Punisher sont au rendez-vous !

Natasha Romanoff poursuit ses virées autour du globe, enchaînant les missions secrètes les unes après les autres, soutenue par son ami et conseiller juridique, Isaiah. Qu’il s’agisse cette fois-ci d’infiltrer un gang de cyber-terroristes au cœur de San Francisco où Matt Murdock a trouvé refuge ou bien d’infiltrer un train à Prague et de croiser la route de l’ancien acolyte de Captain America, Bucky Barnes. Rien qui ne sorte de l’ordinaire pour la belle.

À l’issue du premier volume, les intentions de Nathan Edmondson étaient claires : prêter à la Veuve Noire des intentions rédemptrices en lui faisant suivre la piste d’une mystérieuse organisation secrète, Chaos, souvent impliquée de près ou de loin dans les affaires sur lesquelles elle intervient.

Black Widow T.2 - Par Nathan Edmondson et Phil Noto - Panini Comics
© Marvel

Si les thématiques principales qui se dégagent du run de Edmondson sont fidèles aux idées que véhiculent l’héroïne, il est cependant regrettable de constater que le développement du récit ne surprend en rien et parvient souvent à ennuyer du fait d’une certaine lenteur narrative. Force est de constater qu’il ne se passe pas grand chose au sein de cet album...

Chaque épisode est l’occasion d’inviter un personnage emblématique de l’univers Marvel et nous avons du mal à y voir autre chose qu’un simple argument de vente tant ces apports n’apportent rien à l’évolution de l’histoire. Pire, ces guest stars ne font que plomber davantage le rythme de l’action en attirant l’attention sur eux le temps de quelques répliques sans grand intérêt et encore moins de conséquences, au détriment de ce qui compte vraiment : le cœur de l’intrigue et l’impact de la quête de l’espionne sur son entourage.

© Marvel

À titre d’exemple, le cas du Punisher est particulièrement parlant lors de son passage éclair dans l’épisode neuf de la série. Dans le cadre du Marvel Now !, Nathan Edmondson est à la fois responsable de l’écriture de ces deux personnages et il aurait été plaisant de s’apercevoir d’un traitement moins anecdotique que ce qu’il se trame ici et qui pourrait s’apparenter à une simple salutation et à un au revoir sommaire une poignée de pages plus loin.

Nous ressortirions presque de cette lecture avec un sentiment de vacuité totale à la vue de cette succession de team-up. Presque, puisque il nous faut attendre la toute-fin du livre pour voir enfin pointer quelques éléments qui réjouiront les amateurs de continuité.

En effet, l’avant-dernier numéro revient sur un ancien travail du dessinateur Phil Noto qui rend hommage au run qu’il composa aux côtés de Marjorie Liu autour du personnage de X-23, protégée et clone féminin du mutant griffu Wolverine, épisode durant lequel l’auteure développa dans sa conclusion un rapprochement entre Laura et Natasha. L’amour que porte Phil Noto se ressent à travers chacune des planches de toute beauté de cet ultime team-up qui reprend la relation là où elle en était restée.

© Marvel

Ce nouveau volume de Black Widow, bien que toujours autant réussi pour ce qui est de la partie graphique, marque un arrêt brutal dans le développement de l’intrigue principale. À trop vouloir ressasser le passé de la belle, Nathan Edmondson se perd dans des échanges qui ne mènent à rien et en oublie d’insuffler quelque chose de neuf et de plus vivant à un personnage qui s’engouffre dans les clichés.

La conclusion vient pourtant rectifier le tir en proposant un cliffhanger qui secoue la structure d’un récit trop linéaire. Nous attendrons ainsi la suite de ses mésaventures pour constater la pertinence d’une potentielle reprise en main.

(par Marco ZANINI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • On a compris, vous avez été assez clair, merci pour votre franchise, le scénario n’est ni génial, ni mémorable. Il semble manquer de rythme et d’originalité, la Veuve (Noire ou Poignée ?) rencontre un nouveau personnage comme par hasard à chaque nouvel épisode. Je comprends maintenant pourquoi panini inonde me marché de tant de nouveaux livres, j’espère qu’ils ne sont pas tous de ce niveau.....La patience de lecteur-acheteur a ses limites, comme sa générosité à financer certaines formes d’édition.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent le 27 avril 2015 à  20:48 :

      Tout un commentaire insipide pour glisser le jeu de mot "veuve poignée". Oncle Francois, le br... d’Actuabd.

      Répondre à ce message

  • Ce serait sympa si vous mettiez entre parenthèses la traduction de vos anglicismes à l’intention des lecteurs non spécialistes . Si vous voulez que le grand public néophyte ait la curiosité de suivre vos avis, ce serait bien d’utiliser un vocabulaire pour le plus grand nombre. Tous les lecteurs d’actuabd ne sont pas des geeks. Merci.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Marco ZANINI le 28 avril 2015 à  16:12 :

      Pour vous répondre, Oncle François, je vous rassure, il y a mieux ! Et pire aussi :)

      Quant à l’usage d’anglicismes, je pensais pourtant m’être suffisamment modéré, tout comme je pensais les quelques rares termes "techniques" insérés au sein de l’article facilement abordables dans le contexte de la phrase.
      Visiblement ce n’est pas le cas, mea culpa (toutes mes excuses).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 28 avril 2015 à  21:56 :

        N’empêche, je ne sais toujours pas ce que vous entendez par "run" (couse ?) in par "team up", au risque de passer pour un plouc en sabots crottés.

        Répondre à ce message

        • Répondu par MD le 29 avril 2015 à  14:57 :

          Pour vous renseigner, un run désigne le séjour d’un auteur sur un titre, et un team-up est une rencontre entre deux super-héros.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 29 avril 2015 à  22:16 :

            Merci. En me basant sur mon mauvais anglais, je m’étais planté dans mon interprétation, même en mettant en situation dans la phrase. Ce site n’étant pas spécialisé dans le comics, s’adressant aussi aux lecteurs de Franco-belge ou de manga, il me semble nécessaire d’y employer un vocabulaire compressible par tous.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Marco ZANINI le 30 avril 2015 à  00:48 :

              Je ne pensais vraiment pas les termes si compliqués à appréhender. J’y prendrai garde à l’avenir !

              Répondre à ce message

              • Répondu par Yo le 30 avril 2015 à  19:32 :

                Vos termes ne sont en rien compliqués et même s’ils l’étaient, une recherche facile sur le web pourrait lui apporter quelques réponses ! Oncle François est dans la provocation continue, surtout en ce qui concerne les comics. Je ne crois pas que s’abaisser aux stupides exigences d’un troll l’empêcheront de déverser son fiel à longueur de lignes... Continuer comme êtes M. Zanini, pour certains d’entre nous (réels lecteurs de comics), ça le fait !

                Répondre à ce message

                • Répondu par Oncle Francois le 5 mai 2015 à  11:10 :

                  Dites donc "Monsieur Yo", vous pourriez être poli ou au minimum faire semblant d’être intelligent et courtois. Je n’ai jamais réclamé les traductions de termes anglais ou made in US, c’est un autre forumer qui ne signe pas ses textes qui l’a demandé.

                  Répondre à ce message