Construire un feu – par Chabouté d’après J. London – Vents d’Ouest

22 octobre 2007 0 commentaire
  • La bande dessinée a beaucoup puisé dans la littérature cette année. La plupart du temps avec talent. Nouvelle preuve à l'appui avec cet album intense et dur où l'émotion vous submerge à chaque planche.

En 1896, de riches gisements d’or furent découverts au nord du Canada dans la région du Klondike. Des milliers d’hommes en quête de fortune ou d’aventure sont allés se perdre et mourir dans ce désert de neige et de glace. C’est l’aventure simple mais tragique d’un homme que nous conte Construire un feu.

Il fait froid. Très froid. Transcrire une température en image n’est pas aisé. Christophe Chabouté réussit pourtant cet exploit. Sa mise en scène épurée est d’une grande lisibilité. Le texte se résume à quelques mots en voix off incarnant une conscience que l’homme perdu dans le Grand Nord a manifestement perdu.
Le blanc supplante les rares couleurs dans ce récit dense et fort. Les cases, la plupart du temps muettes, traduisent le silence, le froid et les conditions extrêmes. La terrifiante et implacable nature prend ici toute la place et la petite flamme créée par l’homme semble bien précaire face à elle. Par son trait, Chabouté restitue avec force la nouvelle de Jack London. La redoutable et cruelle beauté Grand Nord canadien supplante la prétention humaine. Avec une histoire simple aux éléments scénaristiques minimalistes, l’auteur capte l’émotion du lecteur et ne la lâche pas. Grandiose.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?