"Contrecoups" Malik Oussekine - Par Jeanne Puchol et Laurent-Frédéric Bollée - Casterman

7 juin 2016 0
  • Il est des ouvrages qui sont d'une singulière actualité. Alors que la contestation remplit les rues, que le mal-être frappe la nation entière touchée par la crise économique et le terrorisme, qu'une pluie d'enquêtes tombe sur les violences policières, Jeanne Puchol et Laurent-Frédéric Bollée reviennent sur l'Affaire Malik Oussekine qui marqua la cohabitation entre le Premier Ministre Jacques Chirac et le Président François Mitterrand en 1986, tandis que Charles Pasqua était au ministère de l'intérieur.

Comparaison est-elle raison, cependant ? Sur certains points, oui. Sur l’ambiance politique d’abord, avec ce gouvernement Valls qui offre quelquefois l’impression d’une cohabitation, avec les éditoriaux réactionnaires d’Éric Zemmour qui viennent en écho, dans le même groupe presse, Le Figaro, au "Sida mental" de Louis Pauwels, avec cette extrême droite qui monte inexorablement comme le réchauffement climatique.

Vingt ans après leur première collaboration, Jeanne Puchol & Laurent-Frédéric Bollée se retrouvent dans une œuvre éminemment militante rétablissant la mémoire de Malik Oussekine, un pauvre gars qui n’aurait jamais dû se retrouver dans cette histoire.

Le trait de Jeanne Puchol est précis et proprement enlevé. Le scénario de Bollée est bien documenté et rend bien l’atmosphère de l’époque où la Gauche a un peu la gueule de bois, revenue des premières heures où la frange conservatrice du pays pensait que le pays tout entier passerait aux mains des Soviets, et où la plupart des électeurs de François Mitterrand, les jeunes surtout, pensait qu’on allait enfin porter "l’imagination au pouvoir" avec tous les autres slogans de Mai 68. Les législatives mettant Chirac au pouvoir les ont détrompés... Depuis, un gris pragmatisme surfe sur une croissance molle tandis que les périls : réchauffement de la planète, mondialisation... montent inexorablement dans un sentiment général d’impuissance.

"Contrecoups" Malik Oussekine - Par Jeanne Puchol et Laurent-Frédéric Bollée - Casterman

Vient la question : Que veut prouver ce livre ? Rien, probablement. Juste témoigner. Mais à quoi sert cette mémoire, sinon à prouver que la colère d’aujourd’hui ne changera rien ? Le simple fait de montrer des étudiants -des gens qui sont en place aujourd’hui, trente ans plus tard, aux manettes de la République- seulement en train de manifester et de faire l’amour et non de s’apprêter à construire une nation, sans autre conscience politique que l’indignation, a quelque chose de désespérant.

Jamais les artistes n’ont autant eu la parole qu’aujourd’hui, mais où sont ceux qui pensent demain ?

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Lire l’interview des auteurs à propos de cet ouvrage

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

© Casterman

  Un commentaire ?