Denis Lapière, scénariste pour le Cinéma !

27 avril 2005 0 commentaire
  • {{Pierre-Paul Renders}} tourne actuellement son deuxième long-métrage au Luxembourg. Après {[Thomas est amoureux->http://www.thomasestamoureux.be/]
    }, il réalise une comédie romantique et satirique sur notre société : un monde qui tente par tous les moyens de nous formater en nous laissant croire à notre totale indépendance. L'auteur de bandes dessinées, {{Denis Lapière}} ({Charly, Luka, Luna Almaden}) co-signe avec le réalisateur le scénario de {Comme Tout le Monde}...

Pierre-Paul Renders a longtemps exercé le métier de journaliste, avant d’entamer une carrière cinématographique. « Cette collaboration est née d’une amitié et d’un amour commun, explique Denis Lapière. Nous nous sommes rencontrés autour d’une interview, et avons fini par parler de cinéma. C’était l’époque où il tournait son premier long-métrage, Thomas est Amoureux, sur un scénario de Philippe Blasband ». Le réalisateur souhaitait participer à l’écriture du scénario de son deuxième film, et a proposé une écriture commune à Denis Lapière. « J’ai immédiatement accepté, dit ce dernier. Nous avons démarré sur un thème qui m’était cher : le formatage. Ce choix est sans doute une réminiscence de mes études de sociologie. Ensuite, notre collaboration a été une véritable partie de ping-pong, avec des séances d’écriture de trois jours tantôt chez lui, tantôt chez moi. Nous avons pris notre temps ». Trois ans après avoir commencé ce travail d’écriture, Denis Lapière constate aujourd’hui qu’il existe onze versions du scénario !


La trame du film

L’histoire met en scène Jalil, le jour, où il gagne la finale du jeu télé "Comme tout le monde" ; une jeune femme merveilleuse lui tombe dans les bras et sa vie se met à ressembler à un rêve. Comment se douterait-il que sa Claire adorée est une actrice prête à tout qui a pour mission de le séduire et de partager sa vie ?

Car à son insu, Jalil dispose d’un don aussi infaillible qu’inexplicable : quelle que soit la question posée, il donne toujours la réponse de la majorité. A lui seul, il est l’échantillon idéal, du pain béni pour les sondeurs d’opinion, en particulier ceux de la Somadi qui l’ont découvert. Le voici donc observé et testé en permanence par un énorme dispositif dont Claire est la pièce maîtresse.

Mais pour la comédienne, le challenge se révèle plus difficile que prévu. A vivre dans le mensonge, elle commence à perdre pied dans ses convictions et ses sentiments...


Des thèmes audacieux...

Denis Lapière aime penser que cette histoire est plus accentuée sur nous-mêmes que sur la « société ». « A travers une comédie romantique, Comme Tout le Monde pose plutôt la question : Pourquoi acceptons-nous d’être ainsi formaté ? Pourquoi recherchons-nous à être comme tout le monde ? Qu’est-ce que cela nous apporte ? Il me semble que le moment est bien choisi pour se poser ces questions, à l’heure où la mondialisation n’est plus un objectif économique, mais une réalité de tous les jours”.

Comme son nom le laisse présager, le personnage principal de l’histoire - l’échantillon idéal- est issu de l’immigration. Un choix audacieux et réfléchi : « Jalil est né en France, confie Denis Lapière. Il est français, et donc européen. Mais le fait qu’il soit d’origine marocaine est un pied de nez à tout ceux qui, en France et en Europe, voudraient que tout le monde ressemble à un grand blond catholique. Si Jalil est comme tout le monde, alors on peu admettre que, comme disent certains racistes, « le ver est dans le fruit ». Et c’est le point de départ du film ! ».


Une collaboration enrichissante...

A l’heure où le film est en court de tournage, Denis Lapière retire beaucoup d’éléments positifs de cette expérience. « La véritable différence d’écriture entre le cinéma et la bande dessinée est la force des acteurs. Il faut anticiper l’apport de l’acteur à l’histoire. D’un simple regard, il peut donner une complexité à son personnage, de l’émotion qu’aucun dialogue ne pourrait apporter. Je l’ai directement compris en me rendant sur le tournage. L’acteur tient les clés du personnage qu’il incarne ! Quand on écrit un scénario de cinéma, il faut absolument tenir compte de cela ».

Le cinéma est une industrie incroyablement compliquée et délicate : « un vrai parcours du combattant, souligne t’il. Il ne faut jamais croire que le travail est fini. Il y a quelques jours, en cours de tournage, on a du réécrire plusieurs scènes dans l’urgence ! Face à cela, la BD, c’est un océan de plénitude ... »

Le tournage a commencé fin mars au Luxembourg, et ce, pour huit semaines. Quelques scènes devraient également être filmées en Allemagne pendant une semaine.

Le budget total du film a été estimé à 4.405.596 €, dont 55 % sont financés par des organismes ou chaînes télévisées belges (Communauté Française de Belgique, Wallimage, RTL TVI et Be TV). Comme tout le Monde est produit par Diana Elbaum, de la société « Entre Chien et Loup ».

Deux acteurs de grande renommée, Thierry Lhermitte, Chantal Lauby (ex-membre des Nuls) et Gilbert Melki (Les Temps qui changent) donneront la réplique à Khalid Maadour et Caroline Dhavernas.


Comme Tout le Monde, La BD du film !

L’éditeur de Denis Lapière, Dupuis, lui a proposé de publier une adaptation en BD de Comme Tout le Monde. Elle sera bien évidement co-signée par Pierre-Paul Renders. Le récit sera plus romanesque que le film. Cette série s’étendra sur trois volumes qui prendront place dans la collection Expresso. Aubin, quant à lui, se chargera d’illustrer cette histoire...


D’autres projets cinématographiques : De ’Charly’ au ’Tour de Valse’ !

En août dernier, nous vous parlions
de L’Avion, l’adaptation cinématographique de la bande dessinée Charly (avec Magda au dessin, chez Dupuis). Le tournage est terminé depuis quelques mois. Le montage nécessite l’ajout de nombreux effets spéciaux qui sont semble-t’il toujours en cours de réalisation. « Je n’ai aucune nouvelle récente concernant le film réalisé par Cédric Khan, avoue Denis Lapière. Je n’ai vu ni rushes, ni extraits. On parle d’une sortie en France pour la mi-juillet, mais cette date ne m’a pas été confirmée. »

Denis Lapière, scénariste pour le Cinéma !
Peut-être un film tiré de la BD ?

Par ailleurs, Denis Lapière a introduit, l’année dernière, une demande en subside à la Communauté Française de Belgique pour l’écriture d’un scénario de film intitulé le Tour de Valse. Cette histoire aurait elle un lien avec la bande dessinée éponyme parue dans la collection Aire Libre des éditions Dupuis ? « Oui, nous confirme Denis Lapière. Il s’agit bel et bien de l’adaptation de la bande dessinée. Le projet a trouvé un producteur (Entre Chien et Loups), et j’en termine l’écriture ».

Rassurez-vous, Denis Lapière n’a pas totalement abandonné la bande dessinée. Il nous promet quelques surprises pour les années à venir. A suivre...

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo de Denis Lapière : (c) DR.

  Un commentaire ?