Dimitri Kennes : « Le Rachat de Dupuis : un atout »

13 janvier 2005 0 Actualité par Nicolas Anspach
  • Les éditions Dupuis ont organisé une rencontre avec la presse ce 13 janvier. Une occasion pour l'éditeur de montrer que, malgré son rachat, il souhaite conserver une identité propre. Les projets ne manquent pas pour cette maison d'édition résolument axée sur l'avenir. {{Dimitri Kennes}}, directeur des éditions Dupuis, a accepté de répondre à nos questions.

Le Rachat de Dupuis

« Le rachat des éditions Dupuis par Média Participations, propriétaire des éditions Dargaud, Kana & Lombard, constitue un atout pour l’ensemble des éditeurs du groupe », nous dit le directeur de la maison d’édition. Dimitri Kennes souligne : « cela aura un impact tant en amont (diminution des coûts d’impression) qu’en aval de la vie du livre (négociation avec le réseau de distribution) ».

Les relations avec les chaînes d’hypermarchés en seront-elles changées pour autant ? « Pas vraiment, admet Dimitri Kennes. Le chiffre d’affaires des maisons d’édition BD du groupe Média Participations est l’équivalent de celui d’une poignée d’hypermarchés en Ile de France. Il nous est difficile d’obtenir une réduction quant à la marge de ces chaînes, mais nous avons à présent de meilleures possibilités pour présenter des livres moins connus ».

Les librairies spécialisées sont des « vecteurs de notoriété », grâce à leurs conseils axés sur les goûts des clients. Les chaînes de grands magasins distribuent ensuite certaines de ces séries lorsque leurs notoriétés se sont développées. « Je souhaite donc favoriser la présence de livres difficiles ou de nouvelles séries, dit le directeur des éditions Dupuis. Je suis un ardent partisan du prix unique du livre, en Belgique comme en France. Nous aurons ainsi une relation saine et équilibrée entre les réseaux, que ce soit avec les Hyper ou les librairies spécialisées ».

Les adaptations cinématographiques ? L’occasion fait le larron !

Dupuis a participé à la production du feuilleton télévisé Largo Winch avec la chaîne de télévision M6 et une « major américaine », Paramount International, notamment. « A priori, ce genre de collaboration ne devrait plus arriver, admet Dimitri Kennes. Ce n’est pas notre métier ! Nous co-finançons tout de même "l’Avion
"
(ndlr : l’adaptation de la bande dessinée "Charly"). Nous avons un rôle minime dans la production ».

D’après nos informations, l’éditeur aurait simplement investi la vente de ses droits d’adaptation cinématographique dans le film. L’avantage est double : d’une part garder un regard sur le film, et d’autre part être tenu au courant de la stratégie marketing déployée pour le lancement du film. L’éditeur peut donc s’aligner sur cette dernière, et développer en synergie la promotion de l’ensemble des titres de la série...

Dimitri Kennes : « Le Rachat de Dupuis : un atout »
Dupuis finance, en partie, l’adaptation ciné de Charly.

Un rythme soutenu pour l’animation

Cédric, le « gamin » inventé par Cauvin & Laudec, a séduit le petit écran. Certains des dessins animés passent pour la treizième fois sur FR3. Une nouvelle saison est en développement et devrait compléter les 102 épisodes existants. « Ces adaptations animées favorisent la notoriété des personnages et des bandes dessinées. Avant la diffusion des premiers dessins animés, les ventes de Cédric avoisinaient les 450.000 exemplaires (fond & nouveautés inclus). L’année dernière, nous avons porté ce chiffre à 1.000.000 d’exemplaires ! ». Les éditions Dupuis produisent en partie ces dessins animés. L’éditeur devient ainsi un véritable intermédiaire entre les chaînes de télévision et les auteurs. « Nous nous efforçons de trouver un consensus pour respecter l’œuvre des auteurs, poursuit le directeur des éditions Dupuis. Il est hors de question de retrouver Kid Paddle sans sa casquette dans un dessin animé, où même de le découvrir dans un autre contexte. Son univers, c’est en grande partie les jeux vidéo ! ».

Le rôle de l’éditeur/producteur est de veiller au respect de l’identité du personnage. Plus le personnage du dessin animé sera fidèle à la bande dessinée, plus grand sera son impact auprès du public. Le téléspectateur sera alors tenté d’acheter une BD pour y retrouver le « héros de la télé ».

« Une adaptation animée de Yoko Tsuno est en développement par la société Marathon, » confie Dimitri Kennes. « Je suis certain qu’elle aura un très faible impact sur les ventes, car le producteur (Marathon) semble ne pas être fidèle à l’univers de Roger Leloup. En plus, le dessin animé ne portera même pas le nom de l’héroïne ! Malheureusement, nous n’étions pas propriétaire des droits audiovisuels, et ne pouvions donc pas réaliser l’adaptation ».

Le groupe Média Participation, avec la fusion des sociétés Dupuis Audiovisuel, Ellipse et Dargaud Marina est aujourd’hui l’un des principaux producteurs européens de dessins animés. L’éditeur de Marcinelle produit actuellement une deuxième saison du dessin animé de Kid Paddle, ainsi que de nouveaux épisodes de Spirou & Fantasio. Le département Audiovisuel étudie très sérieusement la possibilité d’adapter également les Tuniques Bleues et Parker & Badger en images animées. Des ‘short toons’ (des films d’une minute) ont déjà été réalisés pour cette dernière série.

La surproduction, un problème

Avec près de 3.000 bandes dessinées parues cette année, le marché semble être proche de la saturation. Certains libraires, qui croulent sous les nouveautés, ne prennent plus la peine de présenter certains titres. « Le lecteur ne s’y retrouve plus, et certaines maisons d’édition en sont responsables, tonne Dimitri Kennes ! Dupuis a publié 80 nouveautés l’année dernière. En 2005, nous allons porter ce chiffre à 100 albums. Les collections Expresso et Empreintes vont s’étoffer. Nous représenterons donc +/- 4% de la production, et 15 à 20% du volume. C’est finalement assez peu ! Chacun de nos livres naissent d’une envie, et nous les soignons ! »

Dupuis renouvelle sa confiance au tandem « Morvan/Munuera »

Reprendre des personnages tels que Spirou & Fantasio n’est pas une sinécure. Des maîtres de la bande dessinée (Jijé, Franquin, etc) leur ont forgé une identité très forte ! « Morvan & Munuera doivent faire évoluer le personnage tout en étant fidèle au passé ! Tome & Janry ont également récolté de vives critiques après leur premier album. Les nouveaux auteurs de Spirou veulent faire évoluer le personnage avec notre temps. Le quarante-huitième album devrait paraître en septembre. Nos héros repartiront en voyage... Le suivant sera, par contre, plus dans la lignée des récits “zorglubiens”  ». Reste que, malgré la critique, l’éditeur a écoulé plus de 200.000 exemplaires de Paris Sous-Seine...

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Photo de D. Kennes est (c) Dupuis.
L’image de Spirou est (c) Munuera / Morvan & Dupuis.

  ddd eee fff
Un commentaire ?
ggg