Doggy Bags One Shot : Trenchfoot - Par Mud & Ghisalberti - Label 619

15 janvier 2021 3
  • Redneck, sexe, drogue et combats de chiens : "Trenchfoot", le dernier "Doggy Bags One Shot" du très prolifique Label 619, ne fait pas dans la dentelle, à l'instar des titres qui l'ont précédés. Avec la recette éprouvée et diablement efficace signature de la série : on plonge une fois encore avec plaisir dans la violence crasse des États-Unis et dans les vicissitudes les plus abjectes des hommes.

Sid Widow est un pauvre loser un peu camé, sans amis et englué dans le quotidien morne de Trenchfoot, sa ville natale perdue au fin fond de la Louisiane. Entre magouilles de mafieux, prostituées et combats de chiens, il trace sa route sans inhibiteurs et sans la moindre ambition. Jusqu’à ce qu’au détour d’un règlement de compte, il mette la main sur un ticket gagnant de loterie : le voilà millionnaire.

Sous un vernis d’ultraviolence, de drogue et de sexe tarifé, Trenchfoot dispense au lecteur une leçon assez indispensable sur la vacuité des choses matérielles : un naze sans ambition et autodestructeur restera toujours un naze sans ambition et autodestructeur, même avec 1 million de dollar.

En nous comptant le quotidien d’un paumé incapable de sortir du bourbier dans lequel il est né avant tout parce qu’il n’en pas la moindre envie, Mud et Ghisalberti se lâchent dans une critique un peu grossière mais convaincante d’un certain visage des USA, et s’éclatent à rechercher les meilleurs manières de dépasser les bornes. Par la violence, l’immoralité, la sexualité, tout est crade et écœurant, sans jamais tomber dans le too much. Un exercice difficile mais réussi, qui suffit à inscrire Trenchfoot dans le haut du panier des titres proposés par Doggy Bags.

Doggy Bags One Shot : Trenchfoot - Par Mud & Ghisalberti - Label 619

Attention toutefois à ne pas sombrer dans un certain automatisme : le premier tome de la "série" est sorti il y a dix ans maintenant, et si Doggy Bags s’est avéré depuis être un véritable vivier de talents bruts qui nous a proposé tout au long de la décennie d’innombrables albums mémorables, une certaine redondance commencerait presque à pointer le bout de son nez, comme si Run et sa team avaient fait le tour de leur sujet.

Rassurez-vous, on n’en est pas encore tout à fait là, et Trenchfoot reste un superbe album à recommander chaudement à tous les fans du genre. Et quand bien même, l’équipe du Label 619 a à de maintes reprises attesté de sa capacité à innover et à sortir de ses sentiers battus : espérons qu’ils auront à cœur d’en faire de même avec Doggy Bags.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

"Doggy Bags One Shot : Trenchfoot" - Par Mud & Ghisalberti - Label 619 - 15/01/2021 - 88 pages.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • J’ai clairement été emballé par ce Trenchfoot bien gore dont les influences tarentiniennes se font sentir (mauvais) à plus d’un titre. Le style de Ghisalberti (qui me rappelle celui de Singelin, le dessinateur que je préfère du label) sied formidablement à cet album, que je vais ranger, ô privilège, à côté du Mesmo Delivery de Rafael Grampa.
    Cher Jaime Bonkowski de Passos, vous évoquez des titres mémorables du label, pourriez vous me citer vos préférés que je puisse continuer mes pérégrinations chez un label que je suis de loin et dont beaucoup de titres ont dû m’échapper ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jaime Bonkowski de Passos le 15 avril à  09:47 :

      Bonjour,

      Difficile de limiter mes coups de cœur du Label 619 à une simple liste tant j’adore cet éditeur, mais rien que pour vous je vais m’y essayer :

      - Tout ce qui touche de près ou de loin à Mutafukaz, que ce soit la lignée principale ou les spin-off (mais vous connaissez sans doute déjà)

      - Monkey Bizness, des histoires de gangs animaliers antropomorphes

      - Horseback, du western à la sauce sanglante

      - Tout ce qui touche à l’univers de Tank Girl (des traductions de l’œuvre originale britannique, mais dans la plus pure veine 619)

      - Bayou Bastardise : des rednecks qui magouillent au bord d’un marais

      - Les Lames d’Ashura, mon GROS GROS coup de cœur de l’éditeur, clairement mon album préféré du Label, un Mad Max poétique et féministe

      - À peu prêt tous les one-shot doggybags, et tous les doggy-bags, mais surtout Mapple Syrup, un bon gros pavé bien dense de violence délirante

      Voilà pèle mêle les bouquins que je prête à qui me demande des conseils en la matière. En espérant vous avoir aiguillé sur de bonnes voies ! (Et si jamais vous voulez avoir d’autres conseils de lecture, je poste sur mon Instagram toutes les chroniques que je publie sur divers médias, et je ne chronique QUE des albums superbes ;) ;) ;) Vous me trouverez avec : @jaime_bonkowski )

      Répondre à ce message

      • Répondu par Abel.Gance le 15 avril à  23:26 :

        Merci pour votre réactivité et votre générosité dans la transmission. A bientôt sur l’instagram !

        Répondre à ce message