Fluide Glacial en danger

4 avril 2020 8 commentaires
  • Ces dernières années, on a souvent parlé de la situation difficile des auteurs de bande dessinée en France, et à raison. Mais dans la chaîne du livre, ils ne sont malheureusement pas les seuls à être concernés par la précarité, la presse notamment. Dans un contexte de la distribution déjà fragilisée, Fluide Glacial, qui vit sans publicité et qui se démarque par son humour corrosif depuis le 1er avril 1975, est en passe de s'arrêter s'il n'est pas aidé. Une campagne KissKissBankBank a été lancée pour passer ce cap difficile.

Fluide Glacial en dangerFluide Glacial fait partie des meubles. Dans le paysage culturel français, le magazine fait figure d’incontournable : on a tous au moins un Fluide dans une pièce de son confinement. Les plus jeunes, piqués par l’adrénaline de l’impertinence, ont tous feuilleté en cachette chez leur oncle, les cousins, un numéro de ce monument de l’Umour rt de la Bandessinée en ayant l’impression de découvrir un objet rare et interdit que l’on s’empressait de remettre à sa place bien vite avant que quiconque ne vous surprenne à le lire, ou, disgrâce suprême, en ricane !

Seulement voilà : aujourd’hui Fluide Glacial est en danger. Victime collatérale de l’effondrement progressif de la presse écrite, qui voit ses relais fermer, ses distributeurs faire face à des difficultés inédites et ses consommateurs se tourner vers Internet. On ne peut pas se résoudre à cela. Le magazine a fêté ses 45 ans ce premier avril (ça ne s’invente pas). 45 ans sans publicité, 45 ans d’indépendance et de liberté, 45 ans qui ont un coût. Aujourd’hui, le pied du mur est là, les créanciers toquent à la porte, la dernière mise est sur la table, et l’équipe de Fluide compte sur vous pour y ajouter un ou deux jetons.

L’équipe du journal s’est donc résolue à créer une campagne KissKissBankBank permettant à chacun de souscrire à un abonnement avec des "bénéfices" particuliers, en fonction du "pack" auquel on a choisi de souscrire. De l’abonnement basique d’un an au suprême méga bundle premium plus avec invitation au repas de bouclage, aux dédicaces en live, en passant par les masterclasses, il y en a pour toutes les bourses et pour tous les goûts. Le but : réunir un nouveau contingent d’abonnés pour renflouer les caisses et repeupler Fluide-Land. Déjà rempli à plus de 200%, l’objectif de la campagne est sans cesse relevé, avec de nouveaux bonus ajoutés à chaque palier atteint.

Noble cause, car il est impensable de voir en ces temps déjà bien sombres la mort d’un des derniers bastions de l’Umour gras et terrible. Quoi de mieux qu’un strip de Lucien ou de Pascal Brutal pour lutter contre la morosité ambiante ? Réponse : rien. Qui mieux que Cosmik Roger, Edika ou Goossens pour éloigner les forces du chiant qui menacent de nous envahir ? Réponse : personne. Par ce geste, aussi modeste ou généreux soit-il, vous prouverez qu’en France, il y aura toujours de la place pour le dessin d’humour, pour l’impertinence libre et indépendante.

Sauvez le monde, sauvez l’humour, sauvez Fluide.

Voir en ligne : Le KissKissBankBank de Fluide.

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Fluide Glacial en danger
    4 avril 08:47, par kyle william

    45 ans d’indépendance ? Fluide n’est plus indépendant depuis son rachat par Flammarion en 1988. Il appartient désormais à Bamboo.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Henri Khanan le 4 avril à  17:13 :

      Dans tous les cas, c’est une revue d’humour (ou d’umour), pas de politique, ce n’est en aucun cas Charlie-Hebdo ou Siné-Mensuel. Métal Hurlant a publié de nombreuses pubs, comme l’Echo des savanes, seconde formule. Je ne vois pas trop d’où vient ce refus idéologique... Publier des pages de pubs n’a rien à voir avec la dépendance ou la prostitution, cela permet juste de rêgler en partie l’imprimeur.

      Répondre à ce message

  • Fluide Glacial en danger
    5 avril 08:04

    Excusez moi mais j’ai l’impression que l’on me prend pour un imbécile une fois de plus ou c’est la meilleure blague qu’a fait fluide depuis bien longtemps
    voici un descriptif du groupe Madrigall incluant entre autres bernard arnault
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Madrigall
    http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Le-groupe-Madrigall
    voir le chiffre d’affaire

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 5 avril à  12:13 :

      Fluide ne fait plus partie du groupe Madrigal depuis novembre 2016..

      Répondre à ce message

      • Répondu le 5 avril à  13:45 :

        via flammarion
        http://www.iconovox.com/blog/2016/11/03/fluide-glacial-change-de-proprietaire/
        https://www.actuabd.com/Olivier-Sulpice-Groupe-Bamboo-Je-ne-cherche-pas-a-devenir-number-one
        premiere question

        Répondre à ce message

        • Répondu par Lol le 6 avril à  12:53 :

          Bamboo versus Humour, cherchez l’erreur.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Jean-Paul le 7 avril à  13:14 :

            Bonjour,
            Dans le désert de la presse d’aujourd’hui, où il devient difficile de trouver une revue BD, j’achetais Fluide assez régulièrement. Et puis je n’ai RIEN compris, mais vraiment rien à leur politique oscillant entre publications de planches "historiques", et déjà lues, et l’arrivée de petits nouveaux avec un humour branché, souvent abscon et en contradiction totale avec la couverture "mainstream Fluide". Exemple dans un hors série 2018 "la pinup de l’été", wonderwoman dessinée par Pixel Vengeur. Tout à fait le style de feu Rigolo, mais j’ai vécu des nuits d’insomnies terribles à chercher le gag : )

            Fluide avait une "qualité", dans le sens d’un esprit oscillant entre potache (c’est facile, mais on a quand même rigolé) et sublime (Goossens entre autres). Mais mes dernières tentatives d’achat m’ont à chaque fois laissé un goût de "je comprends pas pourquoi ils publient ça". De lecteur occasionnel, mais assez régulier, je suis passé à "trop peur d’être déçu encore une fois".

            De mon point de vue, c’est de là que vient surtout la désafection pour un titre qui avait toujours su tirer son épingle du jeu au delà des modes, comme ces groupes de rock qui gardent le même esprit malgré les différents courants... et f i d é l i s e n t.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Stéphane le 13 avril à  11:46 :

              Tout à fait d’accord avec JP sur la situation du mensuel d’umour & BD. Lecteur de 44 ans, fan du fluide depuis 30 ans, cela fait qlq années déjà que je comprends plus leur ligne.
              Toujours attiré par la couv et la 4ème de couv, mais tellement déçu in fine par le contenu.
              J’ai encore suivi lorsqu’Aranega, Sattou, tenaient le haut du pavé mais après...
              Même Edika n’arrive plus à éviter le naufrage.
              Une impression d’essouflement général mais qu’y faire ?? toute les souscriptions n’y pourront rien...

              Répondre à ce message