Groom : le nouveau regard sur l’actualité de Spirou

9 janvier 2016 3 commentaires
  • L'actualité est-elle en train de devenir le nouveau territoire de la Presse BD? Après le succès du Hors-Série d'une cinquantaine de pages paru une semaine après les attentats de janvier, les éditions Dupuis récidivent avec un nouveau magazine nommé Groom.

Destiné à paraître deux fois par an, ce Méga Spirou Hors-Série propose de revenir sur l’actualité 2015 et entend donner au jeune public (mais pas que...?) les clefs pour mieux comprendre …. 2016 !

À la différence du numéro de janvier, magnifique compilation d’expression et de réactions à chaud sur les événements, des intentions pédagogiques sont ici nettement affichées pour ne pas dire revendiquées.

Les grands faits d’actualité sont repris, recyclés à l’aide de courts récits de deux à trois pages produites par les principaux dessinateurs de l’hebdomadaire.
De Noa à Nicoby, en passant par José Luis Munuera, Wilfrid Lupano, Zidrou ou Guillaume, toutes les grandes signatures sont là. Aucun grand sujet de l’année n’est oublié.

Libon nous parle du nouveau visage du FN et du nucléaire iranien tandis que Bouzard s’intéresse au scandale de la FIFA pendant que Chloé Cruchaudet revient sur la longévité du règne d’Élisabeth II.

Tome, Matz, Fabrice Erre, Berth, Mix et Remix, Zidrou, Alfred, Étienne Lécroart, Benoît Feroumont, Tehem et les autres se sont donc emparés de l’actualité à la fois pour la traiter à leur manière.

Groom : le nouveau regard sur l'actualité de Spirou
Le tirage du Hors-Série de janvier a atteint 120.000 exemplaires.

L’humour et le décalage sont très largement présents dans ce numéro spécial qui interpelle le lecteur sur le fond. De ce point de vue, le raccourci effectué entre la crise des migrants et la disparition des dinosaures par Munuera est un modèle du genre !

Beaucoup d’histoires sont complétées par une ressource documentaire intitulée « à la loupe » qui apporte un éclairage supplémentaire. Ce supplément qui n’est pas sans rappeler un équivalent présent dans la Revue Dessinée, est cautionné par la présence de grandes signatures comme Jean-Louis Bianco, ancien secrétaire général de l’Élysée, Pierre-Jean Luzard, directeur de recherche au CNRS ou encore l’océanographe Catherine Jeandel.

Destiné d’abord au jeune public, il s’agit sans doute par là, pour la revue d’élargir son public au delà du lectorat traditionnel de l’éditeur. À l’image de la presse adulte, les magazines d’actualité pour jeunes comme Mon Quotidien ou Un jour, un actu (Milan) ont enregistré de beaux succès et ont consolidé leur qualité d’outil pédagogique, notamment auprès des enseignants. Dans le même esprit, les intéressés pourront-ils télécharger sur le site dédié des fiches pédagogiques pour accompagner la lecture de Groom.

Le sujet des migrants vu à travers les dinosaures, le pari osé de Munuera !

Le sommaire de ce numéro riche de près de cinquante auteurs est varié et se lit avec plaisir. En choisissant une parution deux fois par an, l’éditeur se donne les moyens de proposer un produit attrayant, bien réalisé techniquement.

Cette opération éditoriale à laquelle on pourrait reprocher de surfer sur l’esprit du 11 janvier parvient à s’affranchir brillamment de cette critique en offrant une lecture drôle et décomplexée de l’actualité, même lorsqu’elle est porteuse de drames ou d’enjeux complexes.

Moins journalistique que la Revue Dessinée (qui, de son côté, travaille sur une version Junior... ) plus variée dans ses sujets, tout en jouant habilement sur le côté décalé, Groom tente une approche originale.

Restant fidèle à un esprit qui rappelle le trombone illustré, supplément mythique des « années Franquin » le concept ne manque pas d’intérêt. Ce premier exemplaire n’est pas encore numéroté mais on attend déjà avec impatience le second numéro, ne serait-ce que pour s’assurer de la pérennité d’une initiative intéressante et sympathique.

Lire aussi Groom, un nouveau journal d’actualité issu de l’univers Spirou.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Groom, en vente partout, 6,90€

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Bien fait ce journal, avec par exemple les pages de Nob, sur l’immigration, ou de Muneira sur le partage des ressources naturelles. Par contre, d’autres pages auraient mérité plus de distance ; la vision très occidentalisée de la situation ukrénienne me fait douter de l’indépendance d’esprit des auteurs ; d’ailleurs le seul chef d’état qui fasse l’objet d’une page entière de caricatures n’est autre que Vladimir Poutine. Cela ne signifie pas que j’attends un minimum d’objectivité, mais plutôt un peu plus d’équilibre quand on veut s’adresser aux enfants.
    Ou alors on change de registre et on s’inspire de l’esprit dét(c)onnant de Delporte et du Trombonne illustré, dont Groom n’est en rien un rejeton.
    En fait, j’imagine que ce journal doit plutôt être considéré comme une opération de Médiasparticipations. Contrairement aux engagements pris lors du rachat de Dupuis, Groom est domicilié, non à Marcinelle, mais à Paris, chez Dargaud-Lombard. Sachant que cette entité est également propriétaire du Marsu et de Gaston, et que le Parc Spirou ouvrira en Provence, peut-on affirmer que Spirou est encore tout à fait belge ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jack Ho ! le 10 janvier 2016 à  19:51 :

      On s’en fout un peu que Groom soit édité à Bruxelles ou à Paris, nous sommes européens ! Et quel plaisir de lire des histoires complètes, sans le sempiternel à suivre des prépublications d’albums. Et avec une équipe d’auteurs élargie !

      Répondre à ce message

  • Groom : le nouveau regard sur l’actualité de Spirou
    11 janvier 2016 11:15, par Oncle Francois

    Plutôt une bonne surprise, ce journal qui se propose de revenir sur les évènements "rock et fort" de l’année 2015. C’est bien fait et sympathique, l’idéal pour lire dans le train ou dans son lit. Je laisse un pourboire généreux à ce groom sympa.

    Répondre à ce message