Interviews

Hervé Bourhis : "En ce moment, Alain Finkielkraut me donne envie de faire de la BD."

Par Christian MISSIA DIO le 7 octobre 2014                      Lien  
Lauréat du Prix René Goscinny en 2002, Hervé Bourhis est l'un des talentueux auteurs actuels avec lequel il faut compter. Il marque cette rentrée 2014 de son empreinte avec deux BD remarquables, "le Teckel" sous le label du Professeur Cyclope chez Casterman et "Prévert, inventeur", paru dans la collection Aire Libre des éditions Dupuis.
Hervé Bourhis : "En ce moment, Alain Finkielkraut me donne envie de faire de la BD."
Le Teckel
Hervé Bourhis (c) Professeur Cyclope/Casterman

Comment est né votre projet “Le Teckel” ?

J’ai rencontré un monsieur qui était visiteur médical dans les années 1970-80. Il est retraité aujourd’hui, mais il se plaignait du fait que le métier avait beaucoup changé. À son époque, c’était beaucoup plus rigolo car il avait le droit de faire des cadeaux aux médecins, leur payer des restos, des boites de cigares, des vacances, etc. Tout cela pour vendre plus de médicaments aux médecins. Mais entretemps, la profession a été réglementée, modernisée, rajeunie et féminisée.

Parallèlement à ça, d’autres envies que je n’arrivaient pas à développer se sont greffées au projet. Par exemple, je souhaitais parler du quotidien des représentants qui vont de ville en ville, de leur métier, des relations qu’ils nouent avec le temps. J’ai aussi été influencé par l’affaire du Mediator. Enfin, il y a mon goût pour le cinéma des années 1970, les films de Jean-Pierre Marielle et de Joël Séria, notamment pour le film Les Galettes de Pont-Aven. C’est pour cela que le personnage principal du Teckel a l’allure de Jean-Pierre Marielle. Quand j’écrivais les dialogues, je les lisais à haute voix en prenant l’intonation de Marielle pour vérifier si c’était crédible dans la bouche du Teckel (rires). Et quand cela n’allait pas, je réécrivais...

Il y aussi d’autres trucs centraux comme la scène dans laquelle le personnage se lance dans une diatribe sur la douleur. Cet album est la BD sur laquelle j’ai le plus bossé les dialogues. Il y a a,ussi un peu du Tandem de Patrice Leconte.

Le Teckel - Par Hervé Bourhis
Hervé Bourhis (c) Professeur Cyclope/Casterman

Il y a un travail particulier apporté au niveau des couleurs.

Oui, car le personnage du Teckel est truculent. Visuellement, il y a sa cravate, sa Citroën CX. Ajouter des couleurs aurait fait de trop. Je voulais au contraire faire une bichromie en bleu afin de donner au récit un côté froid et préparer aussi le lecteur au changement de ton qui arrive plus loin dans le livre. Il y a aussi une autre bichromie réservée aux flashbacks.

Pourquoi avoir donné des surnoms de chiens aux personnages ?

Je ne sais pas pourquoi en fait (rire). Tous les matins, lorsque je vais déposer mes enfants à l’école, je m’arrête pour boire un café dans un bar et le patron de cet établissement possède un teckel complètement hystérique, complètement taré mais super-drôle ! Il me fait rire depuis des années et peut-être qu’inconsciemment, j’ai pensé à ça lorsque j’écrivais cette BD. Et puis, j’ai remarqué qu’il y a eu des modes pour les chiens, le caniche dans les années 1950, le teckel pour les années 1970, le berger allemand pour les années 1970-80, etc. J’ai failli partir dans le délire de créer une cartographie de toutes les boîtes de VRP qui seraient baptisées d’un nom de chien selon le pays. Par exemple, le husky en Norvège ou le chihuahua au Mexique mais finalement, j’ai laissé tomber.

Le Teckel - Par Hervé Bourhis
Hervé Bourhis (c) Professeur Cyclope/Casterman

Votre autre actualité c’est une BD consacrée à Jacques Prévert chez Aire Libre/Dupuis. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ce titre “Prévert, inventeur” ?

Prévert, inventeur est une référence à son poème “Inventaire”, d’où vient l’expression “inventaire à la Prévert”. Et c’est aussi en référence à l’incroyable inventivité verbale dont il faisait preuve à l’époque. S’il n’écrivait pas encore, il faisait déjà de la poésie. Inventeur aussi parce qu’il créa le “Cadavre exquis”, avec les Surréalistes.

"Prévert, inventeur" Par Cailleaux & Bourhis
(c) Dupuis

Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur la vie de Jacques Prévert ?

De la rencontre avec Eugénie Bachelot-Prévert, sa petite-fille, il y a 20 ans pile, de la connexion avec Boris Vian (ils étaient voisins), et de l’envie de raconter un Jacques Prévert méconnu, le jeune dandy des années 1920, drôle et parfois dangereux.

Qu’est-ce qui vous attire tant chez cet artiste ?

Né en 1900, mort en 1977, c’est un des hommes du XXe siècle. Il a connu les derniers ressacs de la Première Guerre mondiale à Istanbul, les Années Folles à Montparnasse, les surréalistes, Moscou en 1930, les USA à la fin des années 1930, la Seconde Guerre mondiale. Il a été un des parrains de Saint-Germain-des-Prés et le poète le plus traduit au monde ! Il a écrit et dialogué des films mythiques avec Marcel Carné tels que Drôle de drame, Le Quai des brumes... Les répliques célèbres “Bizarre comme c’est bizarre” ou encore “T’as d’beaux yeux, tu sais !”, tout ça c’est lui. Sans parler de sa liberté de ton, son refus de toute autorité, son refus des carcans politiques et religieux, sa modernité incroyable !

"Prévert, inventeur" Par Cailleaux & Bourhis.
(c) Dupuis

Après Boris Vian dans “Piscine Molitor” et “Prévert, inventeur”, comptez-vous vous lancer dans une série d’albums consacrés à des personnalités artistiques du début du 20 siècle ?

Non. On s’arrête aux deux voisins de la Cité Véron [1].

La mise en page et la conception graphique de cet ouvrage sont particulières. Pourriez-vous m’expliquer vos intentions ?

Christian Cailleaux
Crédit photo : DR

Il s’agit d’un choix de Christian Cailleaux qui n’a pas voulu enfermer dans des cases un personnage aussi libre et fantasque. Il s’agissait aussi de représenter graphiquement la logorrhée verbale de Prévert, mais aussi certains documents. Donc il a construit ses pages de façon éclatée, mais cela reste lisible et élégant.

L’album se conclut lorsque Prévert fait ses premiers pas dans le cinéma. En combien de tomes avez-vous prévu de raconter la vie de cet artiste ?

Trois tomes. Un par décennie. Donc après les années 1920 et les Surréalistes, le tome 2 parlera du mouvement Octobre, et le tome 3 du cinéma. On s’arrête quand Prévert devient célèbre en 1946.

De manière générale, pourriez-vous nous expliquer votre méthode de travail ?

Il n’y a pas vraiment de règles. J’écris des histoires. Parfois, comme pour Prévert, je sais en amont qui la dessinera, parfois, en cours d’écriture, je me rends compte que je pourrais dessiner, ou si ce n’est pas le cas, je fais appel à un collègue. Qui peut, ou pas... Alors j’attends ou je cherche un autre copain. Parfois personne ne peut et je laisse tomber le projet. Parfois, ça ressurgit dix ans après. Parfois jamais. Parfois, tout se fait en quelques mois, ça dépend...

Quels sont les lectures ou auteurs qui vous ont donné envie de faire de la BD ?

Oh là là, beaucoup de noms, ça serait ennuyeux. En ce moment, c’est Alain Finkielkraut qui me donne le plus envie de faire de la bande dessinée.

Quels sont vos autres projets ?

J’ai encore un livre qui paraîtra au mois de novembre. Il s’agit du Petit livre de la bande dessinée, coréalisé avec Terreur Graphique et qui sera édité chez Dargaud.

"Prévert, inventeur" Par Cailleaux & Bourhis.
(c) Dupuis / Aire libre

Voir en ligne : Le site d’Hervé Bourhis

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

À lire sur ActuaBD.com :

 La chronique de Prévert, inventeur.

 La chronique du Teckel

 Professeur Cyclope annonce un partenariat papier avec Casterman.

En médaillon : Hervé Bourhis à Bruxelles, durant la Fête de la BD. Photo : Christian Missia Dio

Commander Le Teckel sur Amazon ou à la FNAC

Commander Prévert, inventeur T1 sur Amazon ou à la FNAC

[1impasse du quartier de Pigalle à Paris. NDLR

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Alain Finkielkraut.

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 7 octobre 2014 à  09:59 :

      Bien sûr. C’est corrigé. Merci.

      Répondre à ce message

      • Répondu par décibelle le 7 octobre 2014 à  10:39 :

        Gainsbar considérait la chanson comme un art mineur. C’est pas pour ça qu’on l’a entarté. Pauvre Finkie !,le bouc émissaire de toutes vos frustrations.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Moynot le 7 octobre 2014 à  12:10 :

          Pourquoi, mais pourquoi continué-je à lire les commentaires sur l’internet ? Je dois être masochiste…

          Répondre à ce message

          • Répondu le 7 octobre 2014 à  14:30 :

            Pourquoi ? Mais pour améliorer votre orthographe, bien sûr. Continuai-je et non continué-je. Vous pouvez me dire merci.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Sergio Salma le 7 octobre 2014 à  21:30 :

              Non, la bonne orthographe est celle de Monsieur Moynot. Le é s’impose( ou s’imposait, ici c’est écrit avec humour) pour séparer phonétiquement les deux sons e . Et donc ce n’est pas un passé simple ni une véritable interrogation. Raté.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Polo le 8 octobre 2014 à  14:34 :

                Excellent ! Le donneur de leçons est mouché !

                Répondre à ce message

          • Répondu le 7 octobre 2014 à  14:42 :

            pas adepte de Finkielkraut du tout mais ça commence à bien faire... Trouvez-vous une autre tête de turc.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 8 octobre 2014 à  11:14 :

              Oh ben ça va pas lui plaire, à Finkelkraut, grand défenseur des valeurs de l’Occident judéo-chrétien contre les terroristes en puissance que sont tous les musulmans, d’être traité de turc !

              Et après tout, ce sympathique personnage ne récolte-t-il pas ce qu’il a semé, en répandant le premier ses propos hystériquement haineux dans les media complaisants ?

              Ceci dit, et pour revenir au vrai sujet de cette interview, Bourhis comme Cailleaux ont énormément de talent.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Décibelle le 8 octobre 2014 à  23:52 :

                Quand on a un espace mental aussi grand qu’un case de bd, l’obsession s’appelle Finkielkraut.

                Répondre à ce message

            • Répondu par Oncle Francois le 8 octobre 2014 à  12:53 :

              Il passe beaucoup sur les plateaux télé, mais semble assez mal à l’aise dans l’exposé de ses convictions personnelles, de plus il semble souffrir d’une grande nervosité, voire d’une certaine fébrilité, ne pas supporter la contradiction. Commenter sa position par un Na ! n’élève pas vraiment le débat, merci pour le lien vers l’article du Figaro, à la limité s’il bégayait on aurait eu droit à un hommage à Zola (Nana), il aurait pu aussi faire un jeu de mot avec anal, cela nous aurait amusé, même si nous le connaissons déjà. Ce philosophe a vendu beaucoup moins que Messieurs Hergé, Goscinny, Peyo et Van Hamme, dont les albums se lisent avec plaisir et délectation, apportant le bonheur dans les foyers, dont il devrait être prudent dans ses déclarations, car moi, je n’ai jamais eu envie d’acheter un seul de ses livres sans doute ennuyeux.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Décibelle le 8 octobre 2014 à  23:34 :

                C’est du bavardage, tout ça.
                Il a dit des conneries notamment sur la bd ,mais d’autres en disent aussi,et même pire et plus haineuses et ne se font pas allumés comme ça. Ca, c’est bizarre.
                Il a écrit aussi des livres intéressants mais leur sujet ne devrait pas vous intéresser puisque vous ne lisez que des bd.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Oncle Francois le 9 octobre 2014 à  11:30 :

                  Pas du tout, je sais lire autre chose, même s’il m’arrive de relire les mêmes oeuvres : Camus, Nizan, Giono, Balzac, Flaubert, Stendhal, quelques bonnes Série Noire, Dosto et beaucoup d’autres.

                  Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Christian MISSIA DIO  
A LIRE AUSSI  
Interviews  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD