Newsletter ActuaBD

77e anniversaire de la Libération de Paris : Madeleine Riffaud, l’une de ses figures, raconte... [PODCAST]

  • Cette année marque le 77e anniversaire de la Libération de Paris. Entre le 19 et le 25 août 1944, les Forces Françaises de l’Intérieur, aidées par les troupes alliées, reprennent la capitale à l’Occupant nazi. Sous la direction du colonel Rol-Tanguy et du général De Gaulle, des résistants vont inscrire dans l’Histoire leurs actes héroïques. La reddition des troupes nazies est signée le 25 août dans la Gare Montparnasse. Cette page historique, Madeleine Riffaud nous l’a racontée lors d’un entretien exceptionnel avec ActuaBD. De l’assassinat commandité d’un SS sur le pont de Solférino à l’attaque d’un train en gare de Ménilmontant, la guerre vécue par Madeleine fait aujourd’hui l’objet d’un podcast original en deux parties, à l’occasion de la sortie le 20 août de l’album "Madeleine, Résistante" T. 1 (Dupuis), de la réédition demain de son best-seller "Les Linges de la nuit" (éditions Michel Lafon) et d’une exposition montée autour de l'album de BD conçu par Jean-David Morvan et Dominique Bertail pour la collection Aire Libre chez Dupuis.
77e anniversaire de la Libération de Paris : Madeleine Riffaud, l'une de ses figures, raconte... [PODCAST]
J.-D. Morvan & D. Bertail / Aire Libre-Dupuis

Aujourd’hui tombe l’anniversaire de la Libération. La date est hautement symbolique pour Madeleine Riffaud, qui se souvient : arrivée à Paris encore mineure en 1942, elle se rend vite compte de la cruauté de l’ennemi - sa famille, sur les routes de l’Exode -des civils sans défense- a été attaquée par un raid aérien sur les routes du Sud.

C’est le déclic pour Madeleine qui s’engage dans un réseau de résistance étudiant. Elle y prend le nom de code « Rainer » [1], et se voit confier plusieurs opérations périlleuses. Notamment lors du soulèvement parisien à l’été 1944, qui voit la Résistance intensifier ses actions. Le but du CND (Conseil national de la Résistance créé par Jean Moulin), pour soutenir un soulèvement orchestré par la Résistance, est de montrer que la peur a enfin changé de camp, et que des attaques peuvent être orchestrées au vu et au su de tous.

J.-D. Morvan & D. Bertail / Aire Libre-Dupuis

Madeleine reçoit ainsi l’ordre d’assassiner en pleine journée un soldat allemand sur le Pont de Solférino. Cet acte est perpétré en représailles pour les atrocités commises par les Nazis, notamment à Oradour-sur-Glane où au moins 643 personnes sont assassinées par la division SS Das Reich. À vélo, et munie d’un simple revolver, Madeleine abat le soldat en uniforme. Reconnue peu après par deux soldats qui avaient assisté à la scène, elle est arrêtée, torturée, interrogée, sans jamais dénoncer ses camarades. Libérée dans la nuit du 18 au 19 août, par un heureux concours de circonstances, lors d’un échange de prisonniers, Madeleine rejoint son poste de commandement.

En supplément de l’album, un "making of" où les auteurs racontent comment ils ont travaillé avec Madeleine, encore bien résistante en dépit de ses 97 ans.
J.-D. Morvan & D. Bertail / Aire Libre-Dupuis

Seulement, le plus extraordinaire reste à venir. Le 23 août, elle reçoit un appel de l’état-major de la Résistance : « - Compagnie Saint-Just. Partez en nombre au pont Belleville-Villette, c’est le ventre mou du quartier, il n’y a pas de barricades. Un train vient de Belleville. Ils ont fait des morts à Ménilmontant, ils ont tué des copains. Ils sont dans le tunnel, ils vont venir vous attaquer, et là, ça va être Oradour-sur-Glane. Dépêchez-vous, stoppez-les. » Aussitôt, Madeleine Riffaud, accompagnée de seulement quatre hommes, attaque le train bondé de soldats, depuis un pont, à coups de grenades et de dynamite ! L’opération est un franc-succès, le train déraille. 80 soldats sont faits prisonniers et leur armement récupéré.

Madeleine a alors 20 ans, et les combats continueront pendant encore deux jours, sur les toits, dans les rues, à l’intérieur des immeubles. Le 25, les Nazis sont coincés à République par les FFI et les résistants, ils n’ont d’autre choix que de se rendre : le général von Choltitz, dernier gouverneur militaire du Paris occupé, signe la capitulation. Par la suite, Madeleine veut s’engager dans l’armée régulière, ce qu’on lui refuse car elle une femme, mineure, et malade de la tuberculose. Tant pis pour eux. Elle deviendra la grande reporter de guerre et la poétesse que l’on admire.

L’album qu’en ont tiré Jean-David Morvan et Dominique Bertail avec l’aide de Madeleine, et sa mémoire précise, est tout simplement sublime.

(par Auxence DELION)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander "Madeleine, Résistance" T. 1 chez Cultura

- Commander "Madeleine, Résistante" T. 1 (Edition spéciale tirage de tête) chez Cultura

- Commander "Les Linges de la nuit" chez Cultura

Lire également sur ActuaBD :

- « Tout dans cette BD est authentique » (Madeleine Riffaud) [PODCAST]
- Madeleine Riffaud : 15 août 1944...
- Madeleine Riffaud, figure de la Résistance, se raconte dans la collection Aire Libre
- Madeleine Riffaud ou l’art de résister

Retrouvez tous nos podcasts ActuaBD :

- Découvrir sur Spotify
- Découvrir sur Anchor
- Découvrir sur Breaker
- Découvrir sur Google Podcasts
- Découvrir sur Apple Podcasts
- Découvrir sur Pocket Casts
- Découvrir sur Radio Public

[1Du nom de l’écrivain autrichien Rainer Maria Rilke (1875-1926) : elle a beaucoup apprécié ses poèmes durant son séjour en sanatorium à Saint-Hilaire-du-Touvet où elle se soignait de la tuberculose.

 
Newsletter ActuaBD