Newsletter ActuaBD

Jack Black – Tome 1 : Le Protocole de Jenner – Par Ange et Khaled – Soleil

18 février 2012 1 Albums par Vincent GAUTHIER
🛒 Acheter
  • Black... Jack Black. Cela vous dit quelque chose ? Voici l'histoire du personnage qui servit de source à Ian Fleming.

Jack Black est le cauchemar et souvent la dernière vision de ses adversaires. Surentraîné, c’est une machine à tuer, un surhomme pur produit de la technologie et de la science de son époque. Son organisme a été altéré afin de le rendre plus résistant, plus rapide et plus fort. Mâchoire proéminente, arcade sourcilière volontaire et biceps gonflé, le représentant de sa majesté a une gueule carrée, un corps « bodybuildé » ; c’est un mâle alpha, un dominant.

Cette légende n’a pas besoin d’un visage mais juste d’un nom pour se personnaliser. Néanmoins un homme incarne Jack Black mais il est tout à fait remplaçable, il n’a pas d’identité propre, il s’efface derrière le mythe et devient un mirage perpétuel, pure présence physique. Jack Black est une arme au service de l’Angleterre, un Messie bourré de phéromones et doté d’un gros flingue.

Après James Bond, Jack Bauer ou Jason Bourne voici Jack Black. Le scénario est construit de telle sorte que c’est le programme dernièrement cité qui est à l’origine des autres légendes. Cette astuce permet de reprendre une trame et un univers déjà connu. Les deux auteurs se rattachent ainsi à toute une mythologie qui va de Jack l’Éventreur au personnage de Ian Fleming.

Jack Black – Tome 1 : Le Protocole de Jenner – Par Ange et Khaled – Soleil
Jack Black – Tome 1 : Le Protocole de Jenner
Ange et Khaled – Soleil ©

Une des plus grosses fortunes américaines, créateur de fondations pour la sauvegarde de l’environnement, se paie un laboratoire en Ukraine afin d’y synthétiser un virus de la variole extrêmement puissant. Il veut le disséminer à travers le monde et déclencher une pandémie qui sauvegardera la nature de la destruction humaine. Cet acte de terrorisme écologique commis par un grand méchant fou ou par un utopiste visionnaire (on ne sait jamais vraiment : abomination volontaire partagée par l’agent britannique) va être combattu par Jack Black. Sa mission va consister à aborder et mettre hors d’état de nuire ce dangereux milliardaire. Entre restes de paranoïa onze-septembresque et cataclysmes à venir, le scénario prend place dans la veine des super-héros sauveurs de l’humanité.

Le trait est clair, presque lisse par moments, et rend un univers brutal et explosif quoiqu’un petit peu policé. On se sent proche d’un registre quelque peu « comics ». Cet album est un « blockbuster » dessiné et essaie de l’assumer. Certains cadrages audacieux font vivre l’action et demeurent intéressants. Néanmoins, l’utilisation intensive de l’outil informatique pour la transparence et les textures polit la mise en scène. Cet aplanissement est parfois regrettable. Le dessin n’est, de plus, pas totalement abouti et la finition pose problème par moments. La construction basée sur des personnages et des époques interchangeables laisse augurer d’une série longue, car le protagoniste principal n’a pas d’identité fixe et il ne lui est pas attaché un dessinateur.

Dans un esprit ludique, parfois autoritaire, l’album reprend les clichés du genre pour nous fournir une intrigue simple qui fonctionne correctement et se mélange avec une dose d’action détonante et un certain attachement aux conventions.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD