Ka, par Lisa Bresner et Chen - Picquier

29 novembre 2007 0 commentaire
  • Le parcours sanglant d’une héroïne prise entre deux feux, sur fond de conflit nippo-chinois, dans les années 1920. Une expérience graphique intéressante gâchée par un scénario schématique et confus.

L’intrigue de Ka tourne autour du sabre des Takeda, arme mythique qui, si elle est récupérée par ce clan japonais, doit permettre au pays du Soleil Levant de conquérir la Chine. Or le sabre est en possession de l’ambassadeur de France à Shanghai, et il est également convoité par les Chinois, qui voient en lui le seul moyen d’arrêter l’invasion japonaise, appuyée par l’empereur Pu Yi…

Ka est chinoise. Son époux Yang Ming a pour mission de récupérer le sabre. Mais, trahie par lui, Ka récupère le sabre de son côté, tue son mari et envoie son fils au Japon, où il sera éduqué comme un Japonais, tandis que, de son côté, un jeune Japonais est élevé par les Chinois dans l’obsession, lui aussi, de donner sa vie pour mettre le sabre au service de ce qui est devenu son pays, la Chine…

Vous n’avez rien compris ? C’est normal. Dans Ka, chaque personnage joue (au moins) double jeu. Voire, ne sait plus dans quel camp il combat. Ça tombe bien, le lecteur non plus, tant la complexité vire à la confusion… Les auteurs ont voulu faire une épopée à la violence esthétisante, en s’appuyant sur l’art de Chen, formé aux Beaux-Arts de Pékin, qui utilise le pinceau et l’encre de Chine dans des dessins mis en valeur par le grand format de l’album.

Ka, par Lisa Bresner et Chen - Picquier
Ka, par Bresner et Chen
(c) éditions Philippe Picquier

Mais, si l’expérience graphique est intéressante, le scénario est elliptique à l’excès, bourré de situations et de dialogues pompeux et stéréotypés. Cet ouvrage qui se voulait ambitieux (et qui est curieusement qualifié en 4ème de couverture de "roman graphique" alors que le texte y est très rare), déçoit donc. Dommage, car les éditions Philippe Picquier importent par ailleurs des mangas de qualité.

(par Arnaud Claes (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?