"La Princesse de Clèves", la BD que Nicolas Sarkozy devrait lire

7 mai 2019 0 commentaire
  • Une belle adaptation par Bouilhac et Catel de "La Princesse de Clèves", le roman de Madame de la Fayette, best-seller du XVIIe siècle réinterprété ici en fonction de la vie de son autrice.

Pour bien des Français, La Princesse de Clèves, c’est cet objet de moquerie de Nicolas Sarkozy, devenu ainsi un étendard de la culture « inutile » et fière de l’être. Mais on ne saurait résumer le roman de Madame de La Fayette à cette navrante utilisation politique.

"La Princesse de Clèves", la BD que Nicolas Sarkozy devrait lire
© Dargaud

Il s’agit en fait d’un des premiers romans dits « psychologiques » de l’Histoire, analysant dans le détail les sentiments et les émotions de son personnage principal, la jeune et vertueuse Mademoiselle de Chartres qui est introduite en 1558, à l’âge de 16 ans, à la cour du roi Henri II. Le prince de Clèves, homme aussi honnête que rigoureux et ennuyeux, tombe amoureux d’elle : suite à des pressions familiales, la jeune femme accepte ce mariage, et devient ainsi, à contre-cœur, la princesse de Clèves. Cependant, peu de temps après, elle fait la rencontre du duc de Nemours, pour qui elle éprouve instantanément un coup de foudre, d’ailleurs réciproque. Que faire ? Céder à ce désir passionnel, mais illégitime ? Cacher la situation à son mari ou lui ouvrir honnêtement son cœur ?

Parlant de femmes et de passions féminines, ce roman fut également écrit par une femme, Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette, qui le publia anonymement en 1678.

© Dargaud

On comprend que c’est ce prisme féminin qui a intéressé Claire Bouilhac et Catel Muller, qui ont scénarisé à deux cette adaptation. Elles ont d’ailleurs fait le choix d’intégrer un prologue et un épilogue dessiné par Catel (alors que le reste l’est par Claire Bouilhac, dont le dessin est d’ailleurs plus précis et épuré et convient parfaitement à ce récit), qui amène un second degré de lecture : on y voit Mme de La Fayette en pleine discussion avec M. de La Rochefoucauld, et l’on comprend vite que la force de leur relation n’est pas que littéraire, ce qui nous amène rapidement à mettre en parallèle ce couple avec celui de la princesse de Clèves et du duc de Nemours.

© Dargaud

Adapter en bande dessinée une œuvre littéraire n’est jamais chose aisée, surtout quand il s’agit d’un tel classique, mais le rendu est globalement fluide. La langue, modernisée, garde malgré tout sa saveur, et le dessin de Claire Bouilhac est expressif et bien servi par les couleurs de Marie-Anne Didierjean.

© Dargaud

Bref, au-delà des lycéens (ou un ancien président de la République) désireux de trouver un résumé efficace d’une œuvre au programme, cet album séduira tous les amateurs de psychologie amoureuse et d’émotions contenues par un carcan social trop lourd.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

La Princesse de Clèves - Par Claire Bouilhac et Catel - Éditions Dargaud

  Un commentaire ?