Le Livre de Skell - Chant 2/2 - Par Valérie Mangin et Stéphane Servain - Quadrants

23 septembre 2013 0 commentaire
  • Skell s'est exilée dans le monde souterrain. Libérée du parasite divin qui semblait la maintenir en vie et nouveau prophète, elle doit conduire le peuple vers son émancipation.

Le doute s’infiltra dans l’esprit de Skell. De multiples questionnements y prirent place. Mais, pour une nation régie par ses clercs, elle est devenue un danger, une indésirable à éliminer. Elle n’a d’autres choix que celui de la fuite. Un exil qui s’avére souverain pour celle qui, comme l’avait annoncé l’hérétique Azolah, deviendra un nouveau messie et remettra en cause les dogmes établis.

Le Livre de Skell - Chant 2/2 - Par Valérie Mangin et Stéphane Servain - Quadrants
Le Livre de Skell - Chant 2/2
Valérie Mangin et Stéphane Servain - Quadrants ©

Renégate à son tour, elle n’a plus de barrière spirituelle pour connaître et comprendre le monde qu’elle habite. Sa liberté, vertu cardinale de sa quête, se conjugue avec une recherche de la vérité. Elle remet donc en question sa vision du monde, celle fondée par des générations successives d’adorateurs attachés personnellement à leur créateur.

Effectivement, cette conception ne semble pas être unique, la drogue absorbée par les hérétiques les détachant de dieu sans les anéantir. Au contraire, ils semblent en tirer une capacité de décision complètement absente de la société des élus. Et la prophétie annonçant la chute de ce dieu omnipotent existe, mais mise à l’index, elle apparait inaccessible.

Chevauchant les interprétations des livres saints censés dispenser la parole sacrée et irréfutable de dieu et le fanatisme sans borne de certains, allant jusqu’au sacrifice de leur propre vie, l’intrigue superbement construite par Valérie Mangin parle dès son abord de la manipulation de l’écrit et de la parole. Faut-il se soumettre à son destin ? Quels sont les desseins du tout-puissant ? Peut-on s’écarter de la route qui semble être toute tracée ? Telles sont les questions auxquelles Skell va être confrontée.

Pour acquérir ce qu’elle croit être bon et conquérir sa liberté, elle va remettre en cause les croyances établies, les confrontant à sa raison. Entre soumission et rébellion, émancipation et servilité, c’est un tour de force scénaristique que nous offre Valérie Mangin. Car Skell ne fait, en contestant les idées dominantes, que suivre les images d’un autre livre. Écrit par qui ? Et pourquoi ? Plus l’espoir fut grand et plus abrupte sera la chute. Quand tombe le couperet final, ce n’est que pour enfermer l’homme dans un nouveau cercle de servilité, et la somme de ses expériences passées redevient nulle. Ainsi l’héroïne reste simple pion, créature d’un démiurge révélé par une brillante et astucieuse mise en abyme.

Le Livre de Skell - Chant 2/2
Valérie Mangin et Stéphane Servain - Quadrants ©

Le travail de Stéphane Servain au dessin est toujours d’excellente facture. Grave et sombre, il soutient une narration fluide et condensée dont on regrette seulement qu’elle soit attachée à ce sacro-saint format des 46 pages. En illustrant la lutte entre liberté et croyance, illusion et vérité, ce Livre de Skell offre un second tome époustouflant qui, sans effacer complètement les défauts du premier opus, confirme Valérie Mangin comme une grande scénariste.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?