Le Livre des destins T4 : L’autre – Par Serge Le Tendre et Franck Biancarelli – Editions Soleil

7 février 2011 1 commentaire
  • Quand l’auteur de La Quête de l’oiseau du temps rencontre un érudit des comics américains, cela donne cette fable fantastique aussi complexe que passionnante, aussi référentielle et réjouissante qu’ouverte à la réflexion.

À quoi reconnaît-on une œuvre moderne ? Le plus souvent à sa capacité de s’adresser à son interlocuteur en lui racontant une histoire qui apporte en supplément une réflexion sur les conditions de sa création.

Cette ambition est présente dans les aventures de Roman Guénodon, un jeune amateur de lectures d’aventure au prénom prédestiné, qui se trouve confronté à un livre qui lui raconte son avenir.

Mais ce mistigri littéraire a eu d’autres propriétaires avant lui qui, eux aussi, veulent maîtriser leur avenir, parmi eux des nazis qui veulent assurer à leur leader un destin millénaire.

Le Livre des destins T4 : L'autre – Par Serge Le Tendre et Franck Biancarelli – Editions Soleil
Un ouvrage qui multiplie les références, entre l’Alex Toth de "Bravo pour l’aventure"...
(C) Éditions Soleil

Ce qui fait le prix de ce cycle de cinq albums dont le quatrième paraît le 26 février prochain, c’est la multitude de ses références aux grands classiques de la littérature fantastique comme à ceux de la bande dessinée, en particulier les comics américains.

Un peu à la façon des Aventures de Kavalier & Klay de Michael Chabon, les auteurs mettent en scène de jeunes dessinateurs de comics des années trente, dénommés au hasard Siegel & Shuster, dont le héros, Silverman, est en fait inspiré par un « ghostwriter » qui ne serait autre qu’une femme résidant à Berlin.

... à Frank Miller et Jim Steranko...
(C) Éditions Soleil

Graphiquement, les clins d’œil vont à Alex Toth, à Frank Miller, à Jim Steranko... Scénaristiquement, on convoque aussi bien Hugo Pratt que le mythe du Golem.

Cela donne une lecture haletante, d’une richesse infinie. Il faudra un certain temps avant que Le Livre des destins ne concède tous ses secrets.

... tout en proposant une intrigue passionnante.
(C) Éditions Soleil

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Il est vivifiant Franck Biancarelli en ces temps de disette.

    Il dit des choses intéressantes ,à contre courant.Ce qui fait de ses paroles un vrai discourt alternatif.

    En plus lui connait la BD et son art ce qui ne gâche rien.

    Si ça se trouve il en lit.

    Rien que sa planche en référence-mais pas en déférence:lui n’est pas un beauf ou un curé de la culture-à Steranko est une merveille de l’art de la BD.

    Et il n’en a pas été beaucoup question ces dernières semaines.

    Une planche qui amène des commentaires essentiels pour qui s’intéresse -vraiment- à l’art de la BD.Oui essentiels.

    Une personne est intéressée ?De vrais grands artistes de la BD ont parlés de ça.

    Il est vivifiant Franck Biancarelli en ces temps de disette.

    Répondre à ce message