Newsletter ActuaBD

Le Parlement européen refuserait de distribuer gratuitement « Le Complot » de Will Eisner à ses députés ?

  • The Transatlantic Institute, un {think tank} bruxellois, avait entrepris d’offrir gratuitement aux députés membres du parlement et à leur entourage, 785 exemplaires du « {Complot} » du grand dessinateur américain {{Will Eisner}}, une bande dessinée qui raconte l’histoire de la fabrication du célèbre faux, « {Les protocoles des sages de Sion }». Refus poli des services de la présidence du Parlement.

On se souvient de la formidable entreprise de Will Eisner qui entreprit à 86 ans de raconter en bande dessinée l’histoire d’un faux créé par la police du tsar, Les Protocoles des Sages de Sion, devenu en quelques années la matrice fantasmatique de l’idéologie antisémite, inspirant Adolf Hitler pour l’écriture de Mein Kampf : Le Complot, paru aux éditions Grasset. Cette bande dessinée eut un grand succès en France, vendant plus de 30.000 exemplaires, bien plus que ce que Eisner vendait d’ordinaire dans ce pays.

Un think tank [1] bruxellois spécialisé dans les affaires européennes, et plus particulièrement dans les relations entre les États-Unis, Israël et la Communauté européenne, avait entrepris de distribuer le chef-d’œuvre de Will Eisner accompagné d’un petit fascicule explicatif signé du directeur de cette institution, Emmanuele Ottolenghi, intitulé : « Le mensonge qui ne veut pas mourir ».

Mardi dernier, M. Ottolenghi recevait une lettre des services de la Présidence du Parlement formulant un refus de distribuer ce document « en raison de son contenu ». La lettre avance en outre que, « indépendamment de l’opinion favorable que nous cultivons chacun d’entre nous pour les thèses qui sont exposées dans cet ouvrage », les services de la députation européenne se refusaient de faire de la publicité et que le thème de cet opuscule ne s’inscrivait pas dans l’agenda des députés. M.Ottolenghi a formulé un recours contre cette décision auprès de la questure du Parlement à Luxembourg, en particulier Madame Astrid Lulling, en charge des questions administratives. Elle devrait prendre sa décision dans une semaine, au moment de la session plénière mensuelle du Parlement à Strasbourg.

La Communauté serait pourtant bien inspirée d’autoriser cette distribution car, récemment encore, le président du Parlement européen, Hans-Gert Poettering, avait dû faire retirer de la librairie du Parlement une version française romancée du faux tsariste que la BD dénonçait précisément. Quand le poison se distille, il est bon d’avoir l’antidote sous la main...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1Un think tank ou groupe de réflexion est une institution privée indépendante d’experts, le plus souvent de sciences sociales, chargée de réfléchir et d’analyser une série de thèmes susceptibles de se transformer en propositions de politique publique.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Scandale au Parlement européen
    16 juin 2007 09:47, par Franck

    Entre la mésaventure d’Obion et cette information, je pense que le mot "scandale" est plus approprié pour cet article, non ?
    à moins que nous n’ayons pas les mêmes valeurs...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik le 16 juin 2007 à  10:11 :

      Nous ne devons pas avoir les mêmes valeurs, en effet.

      L’article sur le Parlement européen a un titre au conditionnel qui se conclut sur un point d’interrogation. Ce qui veut dire que le Parlement n’a jusqu’à présent fait aucun scandale, même si nous avons quelques inquiétudes.

      Quant à l’affaire Vilebrequin qui mobilise un syndicat et qui fait bien du remous un peu partout sur le Net, oui, elle fait scandale, et nous n’en sommes pas les responsables. Nous ne faisons qu’informer nos lecteurs.

      Par ailleurs, nous avons offert nos colonnes aux responsables de Casterman pour qu’ils puissent répondre aux attaques qui leur sont faites.

      Enfin, cette affaire est exemplaire du dialogue éditeur/auteur/libraire et c’est pourquoi nous avons pensé que sa relation devait aller au-delà de l’anecdote.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 18 juin 2007 à  00:05 :

        Cela va en effet bien au-delà de l’anecdote. La décision à venir du parlement européen sera une décision politique. Je tiens à attirer l’attention de tous les lecteurs de ce site sur le remarquable travail journalistique des gens d’Actua-Bd qui s’étend bien au delà des frontières de la bd. Et c’est pour ça que je lis des bd -entre autre.

        Répondre à ce message

  • En même temps, les députés européens, ils ont l’argent pour se le payer.

    Et si ce généreux think tank offrait plutôt ce livre aux écoles et aux bibliothèques...

    Répondre à ce message

  • Le boulot d’Eisner est un peu scolaire, dans cet album. Dans ses derniers ouvrages, "Fagin" est dix fois mieux. Je sais que ça n’était pas la question ici mais bon...

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD