Les Belles Histoires de l’Oncle Paul - Par Jean Graton - Dupuis

21 novembre 2013 7
  • Le pédagogue à la pipe est de retour, grâce à Jean Graton dont Dupuis publie l'intégrale des courtes histoires édifiantes de l'Oncle Paul, un grand moment de l'histoire de la bande dessinée franco-belge.

On oublie souvent que l’avènement d’une "École belge" de la bande dessinée est le produit d’un groupe de gens : éditeurs, scénaristes et dessinateurs, qui constitue un terreau sur lequel ont pu fleurir des talents internationalement connus comme Franquin, Peyo, Morris, Roba, etc.

C’est le cas pour L’Oncle Paul. Création de l’agence de bande dessinée World Press dirigée par Georges Troisfontaines pour fournir Spirou en bandes dessinées éducatives susceptibles d’amadouer la redoutable commission de censure de la Loi de 1949, quel est l’amateur de BD né dans les années 1950-60 qui ne l’a pas rencontrée au détour des pages du journal de la bonne humeur ? Qui n’a pas été frappé par l’érudition et la curiosité éclectique de ses sujets émaillés de héros et d’anecdotes, à l’image de l’encyclopédie pour la jeunesse très populaire à l’époque, Tout l’Univers, qui éveillaient le lecteur à la culture générale ? En quatre à huit pages, les scénaristes Octave Joly, Jean-Michel Charlier ou Dino Attanasio (que l’on découvre dans ce registre) mais aussi, ponctuellement, Goscinny, bouclaient des scénarios passionnants qui donnaient envie d’en savoir plus, d’ouvrir une biographie ou un livre d’histoire.

À cela s’ajoutait une autre vertu de cette collection faite sur mesure pour Dupuis (l’oncle Paul est le portrait par Eddy Paape de Paul Dupuis, l’un des administrateurs de l’imprimerie de Marcinelle) : elle a servi d’écolage à la plupart des dessinateurs réalistes de l’époque. Lancée par des auteurs déjà chevronnés comme Eddy Paape ou Dino Attanasio, elle a vu passer Follet, MiTacq, Forton, Hidalgo, Uderzo, Pierre Dupuis, Aidans, Mézières, Herbert, Piroton, Mouminoux, Parras, Bielsa, Laffond,... pour ne citer que les plus connus.

Jean Graton est un de ses premiers piliers. Son compagnonnage avec Charlier à la World Press montre un cousinage assez marqué avec le dessinateur de Buck Danny, Victor Hubinon, dont Graton encre parfois les dessins. L’un et l’autre ont longtemps été méprisés parce qu’ils étaient des dessinateurs de genre (l’aviation pour l’un, l’automobile pour l’autre). Ce sont pourtant des artistes d’une grande probité et la lecture de ce recueil montre l’amplitude de leur registre graphique.

Cette édition (compilation des trois volumes parus chez Graton éditeur) jouit d’une introduction savante de notre confrère et collaborateur Morgan di Salvia. On regrettera deux choses : une coquille dans un titre (p. 170) et l’absence de crédit aux scénaristes. On aurait en effet aimé savoir qui a scénarisé l’histoire de Wallenberg, première mention de la Shoah dans une bande dessinée franco-belge après La Bête est morte de Calvo (Le Héros de Budapest, 1952. Grâce à BDoubliees.com, on sait que c’est Jean-Michel Charlier). Ce sera sans doute pour la prochaine réimpression.

Les Belles Histoires de l'Oncle Paul - Par Jean Graton - Dupuis
Les Belles Histoires de l’Oncle Paul - Par Jean Graton
(c) Dupuis

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
7 Messages :