Les Déracinés - Par Catherine Bardon & Winoc - Philéas

6 février 2021 0
  • Quand une adaptation de roman atteint un tel degré d'émotion, et vous projette dans la grande Histoire à travers un destin familial poignant, comment ne pas saluer cette bouffée d'espoir au milieu de notre grisaille ?

Il faut fuir, et vite. Pour les juifs allemands et autrichiens, cette année 1938 confirme l’horreur du régime nazi et de la menace sur cette communauté. À l’initiative des Américains, une conférence spécifique sur ce problème "migratoire" se déroule à Évian.

Aucun pays n’est prêt à accueillir ces juifs indésirables. Aucun. Sauf la République Dominicaine, petit état d’Amérique centrale de moins d’un million d’habitants à l’époque. Pour Almah et Wilhelm, couple autrichien plutôt bourgeois et instruit, le départ devient possible début 1939. Mais l’installation dans le nouveau pays fait figure d’arrivée sur une île déserte. Car oui, la petite ville de Sosua n’a quasiment aucun bâtiment construit.

Le superbe élan romanesque de cette adaptation, par l’autrice elle-même, de son best-seller, illumine ce début d’année 2021. On y retrouve la même force que dans nombre de récits de sauvetage, mêlant faits historiques glaçants et bourgeonnement social en terre étrangère. Mieux encore, les relations humaines, notamment sentimentales, qui jalonnent l’album ajoutent au plaisir de lecture, et à la force du témoignage. Car le roman original (son premier, salué par plusieurs prix) de Catherine Bardon s’inspire de faits réels. La République Dominicaine a accordé 100 000 visas aux juifs d’Allemagne et d’Autriche. Mais point de générosité désintéressée. En contrepartie, Les États-Unis ont largement subventionné ces arrivées.

Les Déracinés - Par Catherine Bardon & Winoc - Philéas

La description de cette plongée en terre presque tropicale, éblouie de couleurs et de soleil, nous emmène sur les traces des Conquistadors ou de Robinson Crusoé. Que de différences entre ces Européens de langue allemande et les Noirs et Métis dominicains. Des réfugiés, qui durant cinq ans, apprendront par la radio les épisodes de la Seconde Guerre mondiale, et un peu plus tard, la création de L’État d’Israël.

Dessin précis de Winoc, couleurs splendides de Bouët, Les Déracinés est un album qui ouvre un chapitre méconnu de la diaspora juive au XXe siècle et offre un message d’ouverture et de tolérance universel. Le parcours des migrants du vieux continent en Amérique n’a rien d’un ruissellement de bonheur. Il est humainement intense, politiquement palpitant. Il peut happer le lectorat du monde entier.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?