Les Trésors de Marvel enfin révélés

17 octobre 2012 5
  • Dans un coffret-collector, découvrez la passionnante histoire de la Maison des Idées au travers du récit de l'un de ses principaux artisans, mais aussi au travers des objets cultes qui ont construit sa légende.

La BD est entrée dans les musées, nul ne l’ignore plus désormais. Par ailleurs, les musées de la BD entrent de plus en plus dans nos bibliothèques. Après l’imposant L’Art de la bande dessinée chez Mazenot qui avait été fait avec le Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême, voici le domaine américain qui s’ouvre avec Les Trésors de Marvel aux éditions Hors Collection, le même éditeur à qui l’on doit une autre perle patrimoniale sortie ces jours-ci L’Intégrale Uderzo.

Les Trésors de Marvel enfin révélés
Chaque chapitre est agrémenté d’objets rares : croquis des premiers personnages...

La démarche est ici très différente des deux premières. Alors que L’Art de la bande dessinée s’inscrit dans une collection destinée à valoriser les chefs d’œuvre de tous les temps, la fameuse collection Mazenod, et tandis que la seconde donnait à nous faire découvrir les prémices inconnus du génie du dessin qui allait enfanter Astérix, Les Trésors de Marvel s’enrobe de tous les attributs du Companion Book pour Fan Boy pour nous livrer en revanche une histoire pointue et intelligente du comic book qui en arrive même à nous laisser sur notre faim.

Ses auteurs, d’abord, ne débarquent pas de n’importe où : Roy Thomas est devenu en 1965 l’assistant de Stan Lee avant de devenir l’un des principaux éditeurs de la maison et le gardien de l’univers Marvel. Peter Sanderson est un professeur de lettre à l’université et a pu donner au premier la distance nécessaire à une bonne relation historique du phénomène Marvel.

Rares Trading Cards et même... une action de la compagnie !

Car c’est un phénomène. Créée en 1939 -l’année du Magicien d’Oz soulignent avec malice les auteurs, la "Maison des idées" sera à l’origine de quelques-unes des bandes dessinées les plus célèbres du 20e Siècle : The Human Torch, Namor, Captain America, The Fantastic Four, Spider-Man, Daredevil, Hulk, Thor, The Avengers... L’impulsion de Martin Goodman a été décisive . Cet homme venu de l’industrie des "Pulps", ces romans à cinq sous vendus 10 cents, les "dime novels", en a appliqué les codes et les registres à la bande dessinée : en particulier un certain sensationnalisme qui ne laissa pas d’inquiéter les éducateurs.

Le parcours de Marvel des origines à nos jours où les super-héros dominent de la tête et de leurs (larges) épaules le cinéma d’Hollywood est parfaitement fascinant et très bien synthétisé par les deux auteurs qui en dégagent les lignes de force avec brio.

A côté de cela, le simple récit de l'histoire de la "Maison des Idées" est en soi une captivante épopée.

En supplément, chaque chapitre est agrémenté d’objets en fac-simile qui réifient ce voyage dans le passé : les premiers croquis de Bill Everett pour Namor et The Human Torch, le synopsis du Fantastic Four N°1, la carte de membre de la Merry Marvel Marching Society, le programme de la première convention Marvel de 1975, ou encore une action de la Marvel Entertainment de 1993.

Excelsior !, comme dirait Stan Lee.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Cet ouvrage sera en librairie le 8 novembre 2012.

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Les Trésors de Marvel enfin révélés
    19 octobre 2012 05:21, par la plume occulte

    Roy Thomas est une immense figure du monde des comics.Un sacré bonhomme !Il s’était fait remarquer ,jeune,par le fanzinat et sa parfaite connaissance de l’âge d’or des comics ,et,aussi, par quelques missives bien senties au courrier des lecteurs de Marvel et DC.Marvel et DC qui lui doivent beaucoup .

    Marvel, puisque c’est le sujet, où il était le référent pour la sacro-sainte continuité ,si importante à l’époque ,qu’il maîtrisait mieux que Stan Lee lui- même !En tant qu’éditeur en chef de cette pétaudière perpétuellement au bord de la faillite,il s’est appliqué à diversifier l’offre de genres de comics proposé par Marvel au lectorat .Et on se souvient,à ce sujet,de son adaptation comme scénariste du personnage Conan.Avec une remarquable qualité d’écriture.

    C’est sous son impulsion aussi que,voulant profiter plus avant du marché international,il y a eu une refonte de l’équipe des X-men-les nouveaux X-men-avec des membres venus de tout pays:un russe ,une africaine ,un irlandais,un allemand,un canadien....Avec le tonitruant succès que l’on sait.

    Il est à noter enfin ,et c’est important -surtout dans le cas de Marvel - que Roy Thomas était la figure de proue d’une nouvelle génération,la deuxième vague, de scénaristes qui avaient grandi en lisant des comics de romance, alors que les premiers scénaristes et dessinateurs étaient eux fans de pulps et de science fiction.Un très grand monsieur !

    Dans les années 40,l’industrie du comic book était florissante et certains éditeurs étaient là sans aucune autre conviction que de faire un profit rapide:le vénérable Martin Goodman était de ceux-là !Martin Goodman l’homme qui n’aimait pas qu’on lui dise non.Martin Goodman totalement convaincu que les comics étaient lu par des enfants très jeunes ou des adultes à demi analphabètes et, qui interdisait donc qu’il y ait trop de dialogues et des mots de plus de deux ou trois syllabes...Donc de l’action de l’action et surtout pas de caractérisation et d’échanges entre les personnages.Martin Goodman qui ,pourtant ,avait un sens inné de la couverture qui attire l’œil dans les kiosques ;en cette époque où l’achat était impulsif et non un rendez-vous régulier.Martin Goodman qui apprenant du big boss de DC ,avec qui il jouait au golf ,que leur comics de super héros" The Justice Ligue Of América"se vendait bien tane Stan Lee ,à qui il lâche soudain la bride ,de créer un comics de super-héros.

    Un mélange des genres super-héros,romance,et monstre-ça tombe bien,Jack Kirby est un spécialiste de ces genres- qui définira la ligne Marvel.On connait la suite....

    Répondre à ce message

    • Répondu par la plume occulte le 19 octobre 2012 à  12:57 :

      Le comics de super-héros créé alors par Stan Lee et Jack Kirby ,mélange de héros costumés,romance,monstre est bien sûr" The Fantastic Four 1".Là,Stan Lee a fait du comics tel qu’il pensait qu’ils devaient être.

      La ligne Marvel ,c’est l’idée qu’il y a un être humain sous le costume bariolé,qui vit dans une ville existant vraiment :New York.Alors que chez DC,les héros masqués évoluent dans des villes imaginaires ,Gotham ,Métropolis pour Batman et Superman.Chez Marvel toujours ,la vie des personnages est un courant continu encré dans le réel ,de son époque , d’où la sacro-sainte continuité à suivre scrupuleusement et, qui s’est rapidement avérée être un boulet et un solide casse tête !

      Même si tout est relatif,la grande différence surtout entre les maisons DC et Marvel,et un artiste comme Ethan Van Sciver en a fait de la dénonciation un cheval de bataille,c’est la violence particulière ,chez Marvel ,dans les rapports humains. Violence qui touchait même leur plus grands artistes ! Mais c’est une autre histoire...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Dartay le 20 octobre 2012 à  15:08 :

        Vous semblez vous intéresser à Martin Goodman, alors voila quelques précisions sur ce qu’il fit après avoir vendu Marvel à Cadence vers 1970. Son fils Charles (surnommé Chip)devait rester chez Marvel comme editor, mais il fut licencié vers 1974. C’est peut-être ce qui donna à Goodman l’idée de relancer le label Atlas, bien connu au cours des années cinquante. Il lança quelques 23 comics différents et cinq magazines noir et blanc, parfois avec de grands noms du comics (on retrouve ainsi Neal Adams, Steve Ditko, Russ Heath, John Severin, Wallace Wood, Howard Chaykin et Michael Fleischer). Mais ces titres ne parviennent pas à s’imposer sur un marché dominé par Marvel et DC, donc ils ont chacun entre un et quatre numéros au maximum. Evidemment, Martin engagea son fils Charles, mais aussi Larry Lieber qui n’est autre que le frère de Stan Lee ! Certains titres furent traduits par la revue française Titans à ses débuts (il y eut aussi un album Iron Jaw).
        Jeune maison, Atlas dut faire des efforts pour recruter des auteurs connus : augmentation du prix de la planche, restitution des originaux, droits d’auteurs en cas de réussite d’un personnage sur le long terme (le problème, c’est que ces séries furent trop brèves), ces idées étant par la suite reprises par les deux grands éditeurs.

        Répondre à ce message

        • Répondu par la plume occulte le 21 octobre 2012 à  01:01 :

          Toutes ces largesses soudaines-et cette liste en particulier- de Martin Goodman pour recruter des grands noms ont du faire s’étrangler le king Jack Kirby ;pas le dernier à avoir subi les brutalités du management à la sauce Marvel !

          Répondre à ce message

  • Les Trésors de Marvel enfin révélés en français !
    19 octobre 2012 11:38, par Michel DARTAY

    Car il doit s’agir de la traduction de The Marvel Vault, sorti il y a cinq ans aux Etats-Unis.
    Une mine d’informations sur ce qui est devenu, après bien des tribulations, un très important éditeur de BD, traduites dans de nombreux pays, mais aussi un important fournisseur de franchises exploitables un peu partout, notamment au cinéma.
    J’avais lu le livre en VO à l’époque : il regorgeait de fac similés de documents rares de l’époque, reproduits sur un papier qui ressemblait à celui d’origine, assemblès à la main. J’avais d’ailleurs noté que le livre avait été imprimé en Chine.

    Répondre à ce message