Les éditions Dupuis reprennent le contrôle de Gaston Lagaffe et du Marsupilami

26 mars 2013 13 commentaires
  • C'est officiel : Les éditions Dupuis, filiale de Media-Participations , prennent le contrôle de Marsu-Productions. Un retour au bercail pour les œuvres de Franquin mais aussi pour un catalogue de quelque 150 titres où l'on retrouve également Natacha ou Le Chaminou.

Les éditions Dupuis reprennent le contrôle de Gaston Lagaffe et du MarsupilamiPendant longtemps, Franquin était inféodé aux éditions Dupuis puisque Spirou était un personnage qui appartenait à l’imprimeur de Marcinelle.

Une première brouille avec son éditeur le poussa à créer une autre série chez Le-Lombard-de-chez-Leblanc-en-face, Modeste & Pompon, au milieu des années 1950. Charles Dupuis le récupéra en le laissant développer le personnage de Gaston en 1957. En 1968, Franquin abandonna Spirou à Jean-Claude Fournier pour se consacrer pleinement à Gaston.

Mais en 1984, les Dupuis vendent leur affaire. Une rupture supplémentaire se profile. Franquin avait déjà été faire ses Idées noires chez Fluide Glacial et décide de relancer le personnage du Marsupilami (un personnage que Franquin avait créé en 1952 pour Spirou mais dont il avait conservé les droits) avec le dessinateur Batem et le scénariste Greg en 1986, sous une nouvelle marque d’édition : Marsu-Productions.

Le dernier album du Marsupilami dessiné par Batem et scénarisé par Colman, l’un et l’autre franquinilogues patentés.

Là apparaît pour la première fois Jean-François Moyersoen qui, ayant racheté le personnage de Gaston à Franquin en 1993, devint le principal animateur de l’univers franquinien, au-delà même de la disparition de l’artiste en janvier 1997.

Sous l’impulsion de Moyersoen, plus de 150 titres ont été publiés par le label monégasque parmi lesquels 27 albums du Marsupilami, des publications collector (des fac-similés grand format à tirage limité) mais aussi les spin-off Marsu-Kids et Gastoon.

Il s’adjoint bientôt les nouvelles aventures de Natacha, de Chaminou, du P’tit bout de Chique de Walthéry, ainsi qu’une ou l’autre nouvelle collection comme Ratapoil de Wasterlain ou Leonid & Spoutnika de Bercovici. Du grand public dans la trace laissée par l’éditeur de Marcinelle.

Les acteurs de l’après-Franquin : Jean-françois Moyersoen, l’éditeur, Frédéric Jannin, commissaire d’expo et coloriste à ses heures, et Batem, le talentueux dessinateur du Marsupilami.
Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Homme d’affaires entreprenant, Moyersoen développa sa maison à travers son siège social monégasque mais aussi, pour ce qui concerne les licences, au travers de sa filiale néerlandaise. Le Marsupilami fut décliné en de nombreux objets dérivés et en dessins animés. Idem pour Gaston que Moyersoen réussit à porter au petit écran. Le seul point noir est que la défense de ses intérêts avait obligé les éditions Dupuis à effacer les Marsupilamis de certaines couvertures, notamment de ses intégrales de Spirou.

C’est donc cette structure, dont elles détenaient une part minoritaire depuis déjà quelques temps, que Moyersoen a revendue aux éditions Dupuis, filiale de Media-Participations qui diffusait déjà ce label depuis quelques années.

La transition devrait être assurée dans les prochains mois au départ de Monaco avant de passer complètement dans le giron de Dupuis dès 2014, laquelle repensera complètement la stratégie éditoriale et commerciale, maintenant que le catalogue est réunifié.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
13 Messages :