Matt Peterson : London Running - Par Bollée & Stom - Casterman / L’Équipe

30 mai 2012 2 commentaires
  • À l'occasion des Jeux Olympiques de Londres 2012, un reporter-photographe de L'Équipe met à jour un complot international contre un athlète marathonien tchèque. Laurent-Frédéric Bollée met son talent de reporter et de raconteur d'histoires au profit d'un récit un peu téléphoné.

Laurent-Frédéric Bollée (A-D Grand Rivière, L’Ultime Chimère, L’Idole & le fléau, Speedway, Un Long destin de sang, Apocalypse Mania et bientôt un XIII Mystery...) n’est pas un débutant dans la bande dessinée. Ce n’est pas non plus un débutant dans le journalisme sportif où il est plutôt spécialisé dans les sports moteurs, notamment sur Motors TV. Il n’est donc pas étonnant de le trouver dans ce projet qui a pour théâtre les futurs Jeux Olympiques de Londres 2012.

Si la description de l’événement n’est pas inintéressante, notamment dans la perspective des premiers jeux de Londres de 1908, l’argument de cet album est ici convenu : un enlèvement pour faire pression sur un champion. On aurait pu s’en accommoder : après tout, les Jeux Olympiques sont eux aussi un rituel attendu.

Ce qui pèche ici, c’est que nous avons affaire au ixième complot international d’une multinationale prête à tout pour emporter des marchés locaux, jusqu’à tuer des champions. Une intrigue qui efface toute la générosité de la geste olympique. À cela s’ajoutent des personnages et un dessin peu charismatiques. La performance n’est pas à la hauteur des ambitions, hélas.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Stom le dessinateur de cette Bande dessinée ne serait-il pas plus simplement Jean-Yves Delitte dont on reconnait le trait si caractéristique ?
    Sa production est tellement grosse, qu’il veut la dégrossir en utilisant un nom d’emprunt ? Sacré Delitte sont tous les personnages quelle que soit la série on les mêmes têtes. Ce qui n’empêche pas le monsieur de faire de très bon décors.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 16 juin 2012 à  03:11 :

      C’est d’ailleurs difficile de suivre les intrigues chaque personnage ressemblant aux autres.

      Répondre à ce message