PR n °17 : La part d’ombre de Vaillant

7 septembre 2009 3
  • Depuis près d'un an et demi, Richard Médioni, l'infatigable ex-rédacteur de Pif gadget a entrepris de nous raconter dans le moindre détail l'histoire des éditions Vaillant et de l'aventure de Pif Gadget.

Chaque numéro s’articule autour d’un dossier reprenant la genèse d’une série publiée par Vaillant ou est consacré à un héros publié dans le magazine.

Dans leur dernière livraison les rédacteurs n’hésitent pas à revenir sur une zone d’ombre de l’histoire de la bande dessinée francophone peu connue : les publications ouvertement favorables à l’occupant pendant la Seconde Guerre mondiale dont la revue “Le Téméraire“ reste celle qui a marqué le plus les esprits.

PR n °17 : La part d'ombre de Vaillant
L’ouvrage de Pascal Ory.

En consacrant le dossier à l’un de ses auteurs, Auguste Liquois, Période Rouge revient donc sur les pages noires de l’histoire de la BD de cette époque. Aspect peu connu sauf de ceux qui ont parcouru l’excellent essai Le Petit Nazi illustré, de Pascal Ory seul ouvrage à faire référence sur le sujet.

Comment un auteur a-t-il pu à la faveur des changements politiques de l’après-guerre passer d’un discours violemment raciste, antisémite et collaborationniste à une série glorifiant la résistance comme Fifi le gars du maquis publiée par Vaillant, revue soutenue par le Parti communiste ?

Quand les héros de Liquois défendent la France de Pétain.

La question renvoie au contexte bien particulier de l’après-guerre et illustre les retournements idéologiques des artistes de cette époque, certains n’hésitant pas à passer d’un extrême à l’autre en quelques mois. Auguste Liquois fut incontestablement de ceux-là. En revenant sur l’itinéraire de ce dessinateur l’un des plus en vue du Téméraire, Période Rouge apporte un éclairage à la fois historique et pédagogique sur un aspect peu connu (et fort heureusement assez marginal) de l’histoire de la BD.

Avec Fifi gars du maquis, Liquois défend une certaine idée de la résistance à l’occupant.

De belles pages sont aussi consacrées à la mémoire de Jean Trubert, (un pilier du Vaillant des premières années), un article revient sur les origines du célèbre détective Ludo, et bien d’autres informations complètent ce Période Rouge de septembre.

Encore un numéro indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la BD.

À télécharger gratuitement comme les autres numéros après s’être abonné à l’adresse suivante : perioderouge@orange.fr

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :