Panthère Noire - Reginald Hudlin & John Romita Jr - 100% Marvel

22 mars 2006 0
  • Créé en 1966 par le mythique tandem {{Stan Lee}} - {{Jack Kirby}}, la Panthère Noire est le premier super-héros de couleur vedette d'un comic-book, mais également, encore ajourd'hui, un des plus controversés.

La Panthère Noire fait partie de ces super-héros atypiques chers au cœur des premiers artistes de la maison d’édition Marvel. Chef d’état du Wakanda (un pays africain fictif avancé technologiquement), T’Challa (alias la Panthère Noire) possède également une force et une agilité exceptionnelles qui lui permettent de vaincre toutes les menaces qui pèsent sur son pays.
En parallèle, il revendique une supériorité physique et morale de son peuple sur les populations blanches occidentales, censeés être corrompues et indignes de toute confiance, ce qui n’est pas sans créer des tensions diplomatiques avec les États-Unis. Dans le contexte des années 60, ce personnage correspondait à l’état d’esprit révolutionnaire de certains Afro-américains, à l’origine de groupes politiques comme le « Black Panther Party ».

Si ce héros est quelque peu tombé dans l’oubli depuis quelques années (malgré des apparitions dans « les Vengeurs » et quelques épisodes scénarisés par Christopher Priest), il renaît aujourd’hui grâce à un duo de choc, Reginald Hudlin au scénario et John Romita Jr au dessin.
Ce premier récit en 6 parties propose une version moderne du premier super-héros noir (bien avant Blade, le Faucon, Cage ou Triathlon) mais toujours aussi militante. Un groupe de super-vilains, dont chaque membre est originaire d’un pays colonialiste (Grande-Bretagne, France, Belgique...) décide ainsi, avec la complicité du Vatican, de renverser le gouvernement wakandais afin d’occidentaliser le pays et d’y imposer la religion chrétienne.
Le scénario, plutôt habile, joue sur l’affrontement culturel et géopolitique des peuples, sans pour autant idéaliser la communauté noire. Un pays africain frontalier du Wakanda s’associe ainsi aux super-héros "racistes" pour pouvoir enfin renverser son adversaire de toujours.
Côté dessin, John Romita Jr, en grande forme, a dessiné des planches certes assez académiques, mais parfaitement adaptées au récit musclé de Reginald Hudlin, scénariste de cinéma qui vit ici sa première expérience dans l’univers de la bande dessinée. Les scènes d’action sont ainsi très efficaces, avec des planches dignes des plus belles productions hollywoodiennes en cinémascope, superbement encrées par l’irréprochable Klaus Janson (Daredevil, Batman : Dark Knight Returns, Spider-Man, Wolverine...).

Grâce à ce retour en force, la Panthère Noire redevient indiscutablement un personnage de tout premier plan qui ne devrait pas manquer de séduire une nouvelle génération de lecteurs, amateurs de super-héros atypiques et politiquement incorrects.

(par Alain Haimovici)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?