Patrick Dewaere - À part ça la vie est belle - Par LF Bollée & Maran Hrachyan - Glénat

11 janvier 2021 11
  • Dewaere nous parle. Il raconte tout. Les bons, les mauvais moments, le cinéma qui le propulse parmi les grands acteurs en quelques années, les rêves de musique. Et ce suicide, en 1982, qui sidère tous les cinéphiles de France. En bande dessinée, la courte vie de ce comédien majeur des années 1970 en France. Pari réussi avec ces épisodes qui croisent les époques, et un dessin profond et sensible.

Beau choix narratif que celui de Laurent-Frédéric Bollée, récemment acclamé pour La Bombe, et déjà auteur de 50 albums au scénario. Pour le dessin, une "débutante", venue d’Arménie jusqu’à Angoulême pour apprendre la BD au bon endroit. Maran Hrachyan réalise à 27 ans son premier album, avec le challenge ardu de représenter des personnes ayant existé. Son Dewaere apparaît dans toute sa fragilité, sa violence, ses frustrations. Et son Depardieu n’est pas mal non plus, lui qui a été autant ami que concurrent.

Sortant des sentiers battus du récit linéaire, l’album, comme en résonance avec la personnalité de l’acteur, passe d’une époque à l’autre, balayant la chronologie bien ordonnée. Même ceux, comme votre serviteur, qui ont lu des bios de Dewaere, apprendront des tonnes d’anecdotes sur le héros inoubliable de Série Noire (Corneau, 1979).

Un comédien, derrière une agressivité prête à bondir, qui prenait son travail très au sérieux, sans avoir jamais reçu de prix majeur. Comme pour ses chansons, un manque de reconnaissance qui a dû peser lourd sur la détente de sa carabine, en juillet 1982.

Patrick Dewaere - À part ça la vie est belle - Par LF Bollée & Maran Hrachyan - Glénat

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Personnellement ce type de lettrage informatique ne me donne pas du tout envie de lire les livres. Si les auteurs ne veulent pas lettrer à la main, qu’ils fassent au moins l’effort d’un lettrage informatique plaisant, pas aussi artificiel. C’est tout à fait possible de nos jours.

    Je vous renvoie vers cet article et vidéo sur le sujet
    https://www.actuabd.com/-lettre-de-bande-dessinee-dans-un-documentaire+

    Répondre à ce message

    • Répondu le 11 janvier à  17:56 :

      Au contraire, la typo fournit un gris optique très plaisant, qui contraste bien avec les couleurs très denses. J’ai eu l’occasion de feuilleter le livre en librairie. Le dessin est très réussi. Les personnages ont beaucoup d’épaisseur. Dewaere le méritait.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Xav le 11 janvier à  20:42 :

        C’est quoi ce concept de gris optique ? En BD le texte est un dessin comme le reste, il ne doit pas être un élément étranger posé sur la page, mais faire partie intégrante de l’esthétique de la page.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 11 janvier à  21:57 :

          Exactement le texte fait partie du dessin. Il doit s’y fondre ou s’en détacher mais toujours être en harmonie avec. Le gris optique ou gris typographique désigne la couleur grise plus ou moins dure et plus ou moins dense qu’on obtient quand on regarde un texte à une certaine distance ou en plissant les yeux. C’est un terme de typographe.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Anne Teuf le 11 janvier à  21:50 :

      Pour le coup il me semble que vous vous trompez, le lettrage de l’album est fait manuellement.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Fab le 11 janvier à  23:23 :

        Pour le coup il me semble que c’est vous qui vous trompez, le lettrage de l’album est informatique. Prenez le mot Patrick, qu’on retrouve plusieurs fois, ils se superposent tous exactement. Tous les a sont les mêmes, tous les r aussi sauf quand 2 se suivent (comme dans irréparable) où ils sont moins larges, ce qui est typique d’une font informatique.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 12 janvier à  06:49 :

        Et non, les planches sont nues et sans lettrages rajoutés par informatique. Bien essayé.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Anne Teuf le 12 janvier à  18:55 :

          En lettrage informatique, j’en connais de plus rébarbatives. Celle-ci est plutôt élégante, je trouve.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 12 janvier à  11:16 :

      Houlà vous allez en faire du post puisque toutes les bd c’est lettrage informatique et sinon votre prochain album lettré à la main c’est pour quand ????

      Répondre à ce message

      • Répondu le 12 janvier à  13:39 :

        Que dites-vous il y a encore énormément de bds lettrées à la main.

        Répondre à ce message