Philippe Xavier : « Je tenais à respecter l’univers de Paradis Perdu »

13 juillet 2004 0 commentaire
  • Le premier album de {Paradis Perdu} avait été remarqué lors de sa sortie. « {Enfer} » avait été dessiné par l'un des dessinateurs les plus doués des éditions Soleil. {{Alberto Varanda}} a décidé de se consacrer à une autre série, développée en compagnie de {{Chrisophe Arleston}}.

Ange, le duo de scénariste, a confié le dessin du deuxième album de Paradis Perdu à un jeune auteur, Philippe Xavier.

Ceux-ci avaient signé ensemble le premier tome d’une nouvelle série d’héroïc fantasy, Le Souffle (toujours aux éditions Soleil). Celle-ci raconte les aventures de deux jeunes jumeaux, qui détiennent un étrange pouvoir : celui de jouer avec le feu. Nablia sauve un jour deux personnes d’un incendie, sans souffrir des flammes. Elles semblent même s’écarter devant elle. C’est plutôt fâcheux dans un monde où la magie est totalement bannie ! Les deux héros deviennent bien vite des parias : si la magie renaît, les obscurs pourraient revenir. Les humains avaient été pendant des décennies leurs esclaves jusqu’au jour où ils les renversèrent.

Philippe Xavier : « Je tenais à respecter l'univers de Paradis Perdu »
Paradis Perdu T2.

«  Cette série est née grâce à la complicité de Jean Wacquet, l’éditeur en chef de soleil, explique Philippe Xavier. Il avait apprécié mes planches parues dans Heavy Metal, et nous avons échangé quelques mails. Jean m’a inventé une histoire qui s’intitulait alors ‘Le Souffle du Dragon’. Mais son travail l’empêchait de donner l’attention qu’il aurait voulu à ce projet, et a confié le synopsis à Ange ».

Paradis Perdu T2.

Les auteurs ont modifié la trame de l’histoire, si bien que le premier album du Souffle ne ressemble pas au projet initial. Philippe Xavier a dessiné le premier album, Le Feu et le Sang, aux Etats-Unis avant de revenir en France...

Ange et les éditions Soleil décidèrent rapidement de lui confier la destinée graphique de Paradis Perdu. « Varanda et moi-même avons les mêmes influences graphiques, que ce soit dans le domaine de la peinture ou dans les comics, souligne Philippe Xavier ». Cela explique sans doute leur choix. Le jeune dessinateur a bénéficié d’une confiance sans faille des principaux intéressés. Le concepteur graphique de l’univers, Alberto Varanda, n’est pas intervenu dans la réalisation de l’album...

Paradis Perdu T2.

Le jeune dessinateur a-t-il eu des difficultés à reprendre la destinée graphique de personnages inventés par Varanda ? Un auteur que beaucoup considère d’ailleurs comme un ‘Maître’. « Cela n’a pas été un problème, car j’ai travaillé pendant plus de six ans dans le monde des comics aux Etats-Unis, sourit Philippe Xavier. Il faut avant tout prendre du recul, s’adapter. L’objectif n’est pas de faire du Alberto Varanda, ce qui serait bien entendu impossible. Il me fallait avant tout respecter l’univers de la série, et faire du Paradis Perdu  ! J’ai donc conservé certains aspects graphiques, puis me suit approprié progressivement la série, dans un style proche du premier album. Le vrai challenge a été de réitérer cet exploit sur un quarante-six planches en maintenant une qualité suffisante !  »

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un extrait de Paradis Perdu T2

Illustrations : (c) Xavier, Ange & Soleil.

  Un commentaire ?