Qui remportera la fève du FIBD en 2014 ?

14 janvier 2014 43 commentaires
  • Le 41e FIBD d'Angoulême aura lieu du 30 janvier au 2 février 2014, avec à la clé un nouveau mode de scrutin qui consiste à solliciter les auteurs à choisir le "Grand Prix" sur une short-list de 25 créateurs de BD éligibles où l'on retrouve aussi bien l'Argentin Quino que le Britannique Alan Moore, l'Étasunien Chris Ware, le Japonais Taniguchi, le Suisse Cosey, que les Français Binet ou Joann Sfar. Un prix gloubi-boulga qui continue à décrédibiliser un palmarès devenu illisible.

La liste a été révélée le 8 janvier 2014, trois jours après la date symbolique de la "Fête des rois".

Qui remportera la fève de la bande dessinée en 2014 ? L’un des 25 "nominés" sortis du chapeau des organisateurs : Binet - Christophe Blain - Charles Burns - Pierre Christin - Daniel Clowes - Richard Corben -Bernard Cosey - Étienne Davodeau - Nicolas de Crécy – Edika - Emmanuel Guibert – Hermann - Alejandro Jodorowsky - Manu Larcenet - Milo Manara - Lorenzo Mattotti - Alan Moore - Katsuhiro Otomo - Quino - Marjane Satrapi - Joann Sfar - Jiro Taniguchi - Jean Van Hamme - Chris Ware - Bill Watterson.

Un prix largement international, ouvert aux scénaristes (une première, depuis l’année dernière !) mais qui garde, en ce qui concerne les dessinateurs, une écrasante majorité d’auteurs "complets", c’est-à-dire qui sont à la fois dessinateurs et scénaristes.

Qui sont les électeurs ?

"Tou-te-s les auteur-e-s édité-e-s en langue française,
quelle que soit leur nationalité
." Tous les auteurs ? Voire. Comment la Hongroise Miriam Katin, l’Israélien Asaf Hanuka, le Finlandais Ville Ranta ou la Tchèque Lucie Lomova sont-ils au courant qu’ils ont un droit de vote sur ce scrutin francophone ?

Qui remportera la fève du FIBD en 2014 ?
Jean Van Hamme. Pour la première fois, en 2014, un scénariste pourrait sérieusement devenir Grand Prix de la Ville d’Angoulême
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

D’après nos renseignements, le FIBD s’est rapproché des éditeurs pour qu’ils fournissent la liste de leurs auteurs au Festival. Ceux-ci ont reçu par mail de la part des organisateurs la liste des 25 nominés et un lien Internet avec un identifiant et un mot de passe.

Parallèlement, les membres de l’Académie feront également un choix limité à trois noms.

Comment s’est constituée la liste des nominés ?

D’après nos renseignements, il s’agit de la liste des 20 noms recueillis auprès des membres de l’Académie des Grands Prix par Benoît Mouchart l’année dernière, des noms qui tournaient depuis plusieurs années auprès des membres du jury, auxquels on a opportunément ajouté des scénaristes et des auteurs-hochets pour satisfaire les grands éditeurs en place.

Une fois sur le site, les auteurs-électeurs (combien seront-ils ? On espère que le FIBD le communiquera) se trouvent face à une liste nominale de 25 créateurs où ils peuvent cocher trois noms, quitte à en choisir un et à revenir trois jours plus tard pour compléter les deux autres. Une fois le champ des trois noms rempli : clic, et le vote est forclos. On entre dans la suite de la procédure.

"Un second tour soumettra les 3 noms issus du premier tour au vote des deux collèges séparément, les résultats étant pondérés à 50/50". Pourquoi un second tour ? Le premier ne suffit pas ? une fois encore, l’organisation du scrutin par le FIBD s’enfonce dans l’à-peu-près...

Coupes sombres dans les budgets

Est-ce que ce nouveau mode d’élection résoudra le problème du Grand Prix ?
Pas si sûr. En réalité, ce qui est dans le viseur des organisateurs du Festival, c’est l’Académie des Grands Prix et son financement. Réunir les académiciens a un certain coût : une vingtaine de personnes à faire venir à Angoulême, à loger et à nourrir. Mais cela avait une certaine gueule de voir régulièrement des grands auteurs comme jadis Eisner, Fred ou Bilal, venir à Angoulême pour élire un de leurs pairs. Mais le choix d’élire des auteurs de plus en plus jeunes (Zep, Dupuy-Berberian, Baru, etc.) et la longévité des auteurs de BD a augmenté la charge de ce prix pour le Festival qui réussit de moins en moins à se faire financer par les sponsors. Il nous semble évident que ce qui faisait la spécificité du FIBD, à savoir son Académie, est en train de vivre ses derniers jours.

Au profit de quoi ? D’un suffrage de la profession dont le profil sera de toute façon contestable (sur les quelque 1300 auteurs repérés par Gilles Ratier, combien vivent vraiment de la bande dessinée ? Très peu), et les choix, j’en fais le pari, ne seront pas moins problématiques que dans les années précédentes.

"Pourquoi on fait un Grand Prix ?"

Telle est la vraie question qui mérite d’être débattue aujourd’hui. Il ne nous semble pas que ce nouveau mode de scrutin réponde à ces questions. Sous leurs oripeaux démocratiques, ces réformes ne résoudront rien. Elles obtiendront seulement de faire perdre plus encore son identité à un Prix qui n’avait pas démérité jusqu’à présent, en dépit de l’activisme récent de jeunes excités trop pressés de dégommer leurs aînés.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
43 Messages :
  • Si je puis me permettre, niveau a-peu-près, vous n’êtes pas au-dessus de tout reproches non plus : l’an dernier Moore, Van Hamme et Christin faisaient déjà partie de la liste d’éligibles, et étaient déjà seulement scénaristes, que je sache.
    Pour le reste, la question que s’est posé le FIBD, c’est de savoir comment ouvrir un peu le champ des possibles futurs grand prix et justifier le mot "international" dans l’intitulé du festival. Quand on en est à donner le GP à Baru ou JC Denis alors qu’Alan Moore, Quino ou Otomo ne semblent avoir aucune chance, c’est la preuve d’un manque de vision de l’ensemble de la bd.

    Répondre à ce message

  • Qui remportera la fève du FIBD en 2014 ?
    14 janvier 2014 13:34, par L Lépine

    S’il faut choisir, je vote pour Hermann

    Répondre à ce message

  • Qui remportera la fève du FIBD en 2014 ?
    14 janvier 2014 13:57, par marcel

    Un prix largement international, ouvert aux scénaristes (une première !)
    Jean Van Hamme. Pour la première fois, en 2014, un scénariste pourra devenir Grand Prix de la Ville d’Angoulême

    Faux. La liste de preselectionnes de l’annee derniere comprenait deja Christin, Moore et Van Hamme.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 14 janvier 2014 à  14:53 :

      Jacques Lob , scénariste, a reçu le grand prix en 1986.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 14 janvier 2014 à  17:12 :

        Jacques Lob était aussi un dessinateur.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Mael R. le 14 janvier 2014 à  17:25 :

        Oui, mais ils ont bien argumenté en expliquant qu’il était aussi auteur complet, c’est hypocrite mais c’est ainsi. Trois titres sont d’ailleurs parus chez Futuropolis : L’Homme au Landeau (1977), Les aventures de Roger Fringant (1981) et Batmax (1986).

        On se souvient de l’affiche qui en découla : http://focus.levif.be/medias/212/108632_1987-dessin-de-jacques-lob.jpg

        Sinon je passe sur la définition d’auteur selon M. Pasamonik (pq pas, c’est son affaire) mais dans l’état actuel des règles je devrai pouvoir voter. Or aucun de mes éditeurs ne m’a envoyé de quoi le faire. Malgré mes plaintes le fibd m’a expliqué "nous ne pouvons rien faire sans aval de l’éditeur" et je ne voterai donc pas. Tout ça est très intelligent.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Richard le 14 janvier 2014 à  19:34 :

          Si, comme votre pseudo le laisse supposer, vous êtes Mael Rannou, il est normal que vous ne votiez pas, car vous êtes plutôt un chroniqueur, et vos publications sont autoproduites (fanzines) ou publiées par des associatifs, pas des éditeurs stricto-sensu ayant pignon sur rue. Ce ne sont pas les éditeurs qui contactent les auteurs, mais le FIBD qui envoie les identifiants aux auteurs qui ont un contrat en cours chez un véritable éditeur. Si tous les bloggeurs, fanzineux et intervenants sur des forums bd pouvaient voter, ça serait ingérable. Je sais bien qu’à notre époque tout le monde se prend pour un auteur, mais il faut bien qu’il y ait des rêgles (ce sont d’ailleurs les mêmes pour obtenir des bourses du CNL).

          Répondre à ce message

          • Répondu par Un dessinateur le 14 janvier 2014 à  23:49 :

            C’est un grand plaisir de vous voir remettre ce brave Maël à sa place, soyez-en remercié ! Sincèrement.

            Répondre à ce message

          • Répondu par Mael R. le 15 janvier 2014 à  21:45 :

            Cher Richard c’est bien moi mais il semble que vous connaissiez mal mon CV. Je suis bien chroniqueur et éditeur de fanzines mais ce n’est pas à ce titre que je prétendais au vote, j’ai bien lu les règles et je sais que ça ne me rendrait pas éligible.

            Mais n’en déplaise à "un dessinateur", il se trouve que je suis aussi scénariste de deux livres publié par des éditeurs diffusés en librairies, ayant un stand éditeur sur le festival. Les deux ouvrages en questions m’ont d’ailleurs ouvert par leur tirage le droit aux bourses du CNL puisque vous en parlez (mais je n’en ai pas demandé).

            D’ailleurs le festival m’a bien confirmé que mes éditeurs étaient reconnu par leur staff, mais ils n’ont pas envoyé le mail permettant de voter. A priori l’un d’entre eux semble se réveiller mais je trouve tout de même cela bien aléatoire.

            Répondre à ce message

        • Répondu par Un auteur le 14 janvier 2014 à  22:23 :

          Je suis auteur moi-même. J’ai reçu d’abord un courriel d’un de mes éditeurs qui me demandait l’autorisation de donner mon adresse internet aux organisateurs d’Angoulême. J’ai accepté. Puis j’ai reçu un courriel de ces derniers et j’ai pu choisir mes trois "lauréats" (Cosey, Watterson et Hermann). Franchement, on avait l’embarras du choix...

          Répondre à ce message

      • Répondu par marcel le 14 janvier 2014 à  17:38 :

        Certes. Mais il etait aussi dessinateur (L’homme au landau, par exemple), meme si ce n’est pas ce qu’on a le plus retenu de lui.
        D’ailleurs, il avait dessine l’affiche de l’annee suivante, ce qui pose le (petit) probleme de savoir qui pourrait realiser l’affiche si un scenariste venait a etre elu.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Mael R. le 14 janvier 2014 à  19:31 :

          "D’ailleurs, il avait dessine l’affiche de l’annee suivante, ce qui pose le (petit) probleme de savoir qui pourrait realiser l’affiche si un scenariste venait a etre elu."

          Un faux problème je pense (mais j’ai bien noté que vous disiez "petite), il y a plein de solutions, la plus simple étant de demander à un des collaborateurs avec lequel il a le plus travaillé de dessiner l’affiche. Pour Van Hamme Rosinki, Franq ou Vance, pour Moore Campbell, Gibbons, Lloyd ou O’Neill, etc. Quoique Moore dessine aussi (et ma foi plutôt bien) http://mindlessones.com/tag/astounding-weird-penises/

          Répondre à ce message

          • Répondu le 15 janvier 2014 à  03:19 :

            Ça va être joli, la jalousie entre les "collaborateurs", comme vous dites...

            Répondre à ce message

            • Répondu par Mael R. le 15 janvier 2014 à  21:44 :

              Je ne crois pas que ça se batte vraiment pour faire une affiche... Et puis zut quoi, on est entre grandes personnes, ils peuvent très bien se mettre d’accord, voire faire une affiche à plusieurs, si on en est à ce degré de susceptibilités...

              Répondre à ce message

      • Répondu le 14 janvier 2014 à  17:44 :

        Principalement scénariste mais également dessinateur - moins souvent mais pas de façon anecdotique.
        http://www.bedetheque.com/biblio-auteur-239-BD-Lob-Jacques.html

        Répondre à ce message

  • Comment confirmer son vote ?
    J’ai essayé de voter (sur un mobile), mais mes 3 votes n’ont pas l’air d’avoir été comptabilisés...

    Répondre à ce message

  • Qui remportera la fève du FIBD en 2014 ?
    14 janvier 2014 17:18, par Stéphane Beaujean

    Bonjour.
    Je peux répondre à la question qui laisse perplexe sur le besoin d’un second tour. C’est une décision qui a été prise pour éviter l’élection d’un grand prix avec une majorité trop faible.

    En effet, avec 20 à 30 nommés, en un tour, le gagnant aurait pu arriver en tête avec 3,34 à 5,1 % des voix. Ce qui faisait trop peu.
    Nous voulions un plébiscite massif. D’’où le second tour.

    Et puis, le scrutin unilatéral majoritaire à deux tours est un peu inscrit dans l’ADN républicain français (Même si là il n’est pas question de politique et que 3 candidats sont retenus, et non deux)
    Je ne sais pas si c’est la meilleure solution, mais c’est celle qui nous est parue le plus juste.
    Voilà, si vous avez d’autres questions auxquelles je peux répondre,
    n’hésitez pas.

    Stéphane Beaujean, du comité de programmation.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Un dessinateur le 14 janvier 2014 à  19:31 :

      Vous vous fichez de nous ; l’an passé j’ai demandé pendant tout le festival aux collègues (des dizaines) pour qui ils avaient voté et les deux noms qui revenaient de façon exclusive étaient Allan Moore et Akira Toriyama. Majorité trop faible ? Willem les aurait coiffé au poteau ? La participation des auteurs au choix du grand prix de l’an passé était un jeu de dupes, et l’élection de cette année semble prendre le même chemin. Le premier tour n’est là que pour justifier les choix incohérents d’un jury sénile et autarcique ; on ne m’y reprendra plus.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Stéphane Beaujean le 15 janvier 2014 à  07:17 :

        Bonjour Dessinateur.
        L’année dernière, les auteurs votaient au premier tour, plébiscitaient 5 favoris. Et au second tour, les Grands Prix votaient, parmi les 5 favoris.

        Cette année, nous avons ajusté le système. Et au second tour, Grands Prix et collège d’auteurs votent au second tour. Les résultats en seront forcément modifiés. Je vous invite à essayer de voter à nouveau, vous verrez bien.

        Cordialement
        Stéphane Beaujean, comité de programmation

        Répondre à ce message

        • Répondu le 15 janvier 2014 à  23:59 :

          Non, je ne voterai pas ; j’ai cautionné implicitement une imposture et je ne veux pas que ça se reproduise. Le système est identique, les nuances sont cosmétiques.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Alexandre Franc le 14 janvier 2014 à  19:41 :

      Bonjour Stéphane,
      2 questions :
      - si ce mode de scrutin perdure dans les années à venir, aurons-nous les mêmes auteurs nominés pendant 25 ans, moins le lauréat, plus un nouveau chaque année ? N’est-ce pas un peu fastidieux pour les votants, et désespérant pour les prétendants au titre ?
      - mais surtout, sur quels critères et avec quelle légitimité ont été choisis ces 25 auteurs ? En politique, les candidats se présentent eux-mêmes, soutenus par un parti. Ici, ils semblent sortis d’un chapeau. Pourquoi eux et pas les autres ? À tout prendre, je me demande si je ne préférais pas l’ancien système, avec son copinage éhonté, mais assumé.
      bien cordialement,
      AF

      Répondre à ce message

      • Répondu par Stéphane Beaujean le 15 janvier 2014 à  07:28 :

        Bonjour Alexandre.
        Je ne peux rien promettre pour le futur, car nous apprenons en marchant. Nous préférons comprendre pas à pas le système qui semble le mieux adapté plutôt que de l’imposer à priori.
        Donc les décisions vont se prendre au fur et à mesure. En concertation. Et rien n’est acté à ce jour. Il est possible, en plus du gagnant, que nous fassions sortir les deux ou trois auteurs moins plébiscités, pour renouveler en partie la liste l’année prochaine. Mais, une fois encore, les résultats du premier tour nous aiderons probablement à comprendre ce qu’il est plus intelligent de faire ou non.

        Pour la sélection des nommées, elle est née une concertation entre le comité de programmation et les Grands Prix. Evidemment, elle est arbitraire. Mais c’est peut être là que ce joue l’identité d’un événement.

        Cordialement
        Stéphane Beaujean

        Répondre à ce message

        • Répondu par un auteur bayday le 15 janvier 2014 à  10:59 :

          Sfar, Larcenet, Blain...

          Vous savez qu’il y a d’autres auteurs en dehors de ce "club" que l’on nous sert à toutes les sauces ?
          J’ai bien reçu les codes de connexions pour voter mais je préfère boycotter cette tartuferie.
          Ras le bol de voir le petit carré VIP, qu’on voit partout dans les médias (même sur des émissions sur la santé... WTF ???) en contraste avec les "galériens de la BD" qu’on voit nul part et qui n’ont pas beaucoup de considération de la part du microcosme de la BD et des médias.

          Maintenant, faire un foin parce que l’on n’a pas reçu ses Si c’est pour sembler faire partie du petit monde de la BD, c’est une reconnaissance bien ridicule. Ce qui compte c’est de faire ses livres, le reste c’est sans intérêt.

          ps : La plupart des collègues à qui j’ai posé la question de savoir si ils ont voté, boycottent le vote pour exactement les mêmes raisons que moi...

          Répondre à ce message

        • Répondu par Alexandre Franc le 15 janvier 2014 à  20:40 :

          bonjour Stéphane,
          merci de votre réponse. Comme vous dites, cette sélection est arbitraire. Finalement, qui me gêne dans ce fonctionnement, c’est qu’on soumettre à un vote démocratique une sélection faite de manière opaque et non démocratique. Il faudrait choisir entre l’opacité et la démocratie... En tant que votant, j’ai davantage l’impression d’être convié à un jeu organisé par le festival qu’à un véritable vote.
          Bien cordialement, AF

          Répondre à ce message

    • Répondu le 14 janvier 2014 à  20:35 :

      Ah bon ! Ils sont candidats ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pilpo le zobbit le 14 janvier 2014 à  22:58 :

      Il n’y a pas assez de tous ces grands auteurs belges qui font encore et toujours la richesse de la bande dessinée, c’est moche cet ostracisme.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Mael R. le 15 janvier 2014 à  09:26 :

      Personnellement, et j’en ai parlé à madame Bas, c’est le choix des votants qui m’interrogent. Bien qu’auteur accrédité ayant publié 2 albums diffusés en langue française je ne peux voter car aucun de mes éditeurs ne m’a envoyé de quoi le faire. Et du coup je ne peux pas voter.

      Je trouve ça un rien énervant, surtout qu’on avait enfin pensé à Quino !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 15 janvier 2014 à  11:07 :

        C’est qui vos éditeurs ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Mael R. le 15 janvier 2014 à  13:54 :

          Ce n’est pas vraiment le sujet et je ne suis pas là pour les pointer.

          Mais l’un d’entre eux avait un gros pb informatique et va faire le nécessaire maintenant qu’il a récupéré sa connexion.

          Il reste que cela pose les électeurs dans un aléatoire risqué.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 16 janvier 2014 à  00:03 :

            Si vous finissez par effectivement voter alors OUI, il y aura un gros problème sur la nature des votants !

            Répondre à ce message

          • Répondu le 16 janvier 2014 à  01:01 :

            j’espère que ça vous fera du bien de voter pour cette sélection....Vous avez l’air d’en avoir besoin pour avoir le label "auteur".

            Répondre à ce message

            • Répondu par Mael R. le 16 janvier 2014 à  10:39 :

              Ho non je crois qu’il y a bien des auteurs qui n’ont pas ce droit de vote.

              C’est jusque l’ayant j’aimerai autant l’exercé, et que je trouve que cela pointe un dysfonctionnement de la procédure peut-être pas envisagé par les organisateurs. Autant aider à améliorer pour les années futures.

              Répondre à ce message

              • Répondu par un auteur de BayDay le 16 janvier 2014 à  12:01 :

                C’est marrant, quand on vous "googeulise", quelle avalanche de photos sur vous, d’articles (locaux) sur vous... Je ne pensais pas que faire 2 fanzines pouvait générer autant regards. Et à bien regarder, même si pour vous ça représente un pas dans la sphère professionnelle de la bande dessinée, je vous assure que ça reste très très en marge...
                Donc avoir votre vote, votre sentiment sur le scrutin (bidon) de cette élection, je ne vois pas trop ce que ça apporte mis à part vous donner le sentiment d’être dans la "place" : ce qui n’est pas le cas.

                Je vous dirai également que vous vivez dans un fantasme. Le petit monde de la BD est décevant à bien des égards et quand on voit dans quelle voie le métier se dirige depuis quelques années, il n’y a vraiment pas de quoi fantasmer.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Yaneck Chareyre le 16 janvier 2014 à  21:02 :

                  C’est beau le courage de poster anonymement. Assumez donc vos propos !

                  Répondre à ce message

  • Ahahlol ! Les vieux Grands prix ne sont pas d’accord qu’on leur pique leurs prérogatives. Ils sont pour la démocratie, mais seulement si c’est eux qui votent ! Bravo Willem, Druillet, Munoz, Bilal, Schuiten, Cestac, Pétillon, Juillard, Goossens, Margerin, Vuillemin, Veyron, Jean-C. Denis, Baru, Boucq et Dupuy (sans Berberian).

    http://www.livreshebdo.fr/article/les-sages-du-festival-de-la-bd-dangouleme-boudent-le-grand-prix

    Répondre à ce message

  • Hors-sujet, certainement... Quoique. Moi je me demande quand on se décidera à remplacer le logo du "Fauve" ou le renouveler. 7 ans déjà (environ). De nos jours cela va très vite pour une identitée visuelle. Celle-ci est marquée par le temps- elle était déjà très inscrite dans une époque. Je pense qu’il y a (j’extrapole) une convention tue qui rééaxmine l’identité visuelle tous les 10 ans. C’est trop à mon avis. Si le terme "Fauve" en tant que distinction ne me dérange aucunement, l’identité visuelle m’apparait pourtant de plus en plus absconce. La marque n’est pas assez forte pour rester dans le temps. Trop dâtée. Ce n’est pas qu’un détail je crois. Il y a des réformes à faire sur ce festival, sur beaucoup de plans. Je voulais juste attirer l’attention sur ce sujet tout aussi important pour sa portée que la réforme des votes.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Toris le 16 janvier 2014 à  16:35 :

      Vous n’aimez pas Trondheim, c’est un fait, ça se voit, mais l’identité visuelle qu’il a mise en place est très chouette, toujours d’actualité et renouvellée chaque année. Ca modernité lui permettra de vivre encore quelques années.

      Répondre à ce message

  • Seize Grands prix du Festival de la BD, dont Willem, actuel président, ont signé ce mercredi un communiqué dans lequel ils désapprouvent le nouveau mode de désignation du Grand prix. Ce que dénoncent les anciens Grands prix, c’est le "caractère hybride" du dispositif, et surtout "la décision unilatérale" du Festival Dans leur communiqué, ils font savoir qu’ils suspendent leur vote en qualité de Grand prix. Mais qu’ils se réservent de voter ou pas, comme le reste de la profession.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Yaneck Chareyre le 16 janvier 2014 à  07:07 :

      Voici le lien pour ceux qui sont intéressés :
      http://culturebox.francetvinfo.fr/grand-prix-de-la-bd-dangouleme-la-fronde-de-16-sages-148009

      Moi ça me va comme réaction, au sens où je suis ravi que l’académie des grands prix perde le monopole du vote, vu ce qu’ils en font depuis des années.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Mael R. le 16 janvier 2014 à  10:40 :

        “Soit c’est un vote des professionnels, soit c’est un vote de l’Académie”

        Il a raison, et c’est très bien d’être assez honnête pour réclamer leur propre perte de pouvoir, ils le disent ils voteront en tant qu’auteurs mais refusent la mascarade de l’académie. Supprimons donc le vote de l’Académie, ils le réclament et ça simplifierai beaucoup de choses.

        Répondre à ce message

  • Qui se cassera les dents sur la fève du FIBD en 2014 ?
    17 janvier 2014 12:37, par Oncle Francois

    Je ne vois pas trop ce que font certains noms sur cette liste. Watterson a du talent, mais je crois qu’il a arrété la BD depuis longtemps. Sfar a déjà eu des prix, Satrapi aussi, sapristi ! en plus elle essaie maintenant de faire ou du cinéma ou de la peinture, ce qui montre qu’elle n’est pas vraiment attachée à la BD, qui lui aura tout de même permis d’obtenir richesse et célèbrité.

    Chez les scénaristes, on peut sentir qu’on essaie de rattraper des décennies d’oublis. Van Hamme, Christin et Jodo publient trente ou quarante ans, ils n’ont jamais eu de Grand prix, mais ne doivent pas se plaindre puisque leurs talentueux confrères disparus (Goscinny, Charlier , Greg) n’ont pas été plus félicités de leur vivant.

    Le donner à Hermann montrerait que la patience vient à bout de tout. Le donner à Larcenet ou à Blain serait compréhensible, car ils ont parfois livré des livres drôles et réussis (mais pas toujours !). Voila voila voila...faites vos jeux....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Yaneck Chareyre le 18 janvier 2014 à  13:29 :

      Il faut que les livres soient drôles pour avoir droit au Grand Prix ? C’est ce que je comprends de ce que tu dis, François, et ça me pose problème.
      Parce que c’est trop souvent le cas, malheureusement.

      Larcenet et Blain, ce ne sont pas leurs ouvrages comiques qui sont grands. C’est Blast pour Larcenet, ou Quai d’Orsay pour Blain. Et c’est pour ces ouvrages là qu’ils méritent une distinction.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 18 janvier 2014 à  16:37 :

        Quai d’Orsay de Blain est un livre super drôle, c’est une comédie, plus que Isac le pirate par exemple. Blast de Larcenet est drôle aussi, mais pour d’autres raisons, il est plus risible, drôle sans le vouloir, comme le Schpounz de Pagnol.

        Répondre à ce message