Radisson – T3 : « Coureurs des bois » – Par Jean-Sébastien Bérubé – Glénat Québec

2 novembre 2011 0
  • Avec ce troisième tome de {Radisson}, Jean-Sébastien Bérubé poursuit son adaptation graphique des {Extraordinaires aventures d’un coureur des bois} (1668-1669), mémoires du célèbre aventurier. Une série historique qui devrait plaire aux amateurs de récits d’aventure.

Coureurs des bois débute en 1658, sous le règne du gouverneur Pierre Voyer d’Argenson. La Nouvelle-France est alors au bord de la faillite et la guerre fait rage entre les Français et les Iroquois qui les encerclent. Au mois d’août 1658, Médard Chouart des Groseillers, capitaine de Trois-Rivières, décide de partir en expédition afin de découvrir la mythique Mer du Nord (Baie d’Hudson).

Accompagné de Pierre-Esprit Radisson, son beau-frère, ainsi que de quelques alliés hurons et outaouais, celui-ci quitte illégalement la colonie. La compagnie perce alors le blocus iroquois afin de partir à la découverte des terres de l’Ouest et du Nord.

Ce voyage, qui durera deux ans, permettra à Radisson et à des Groseilliers d’explorer les territoires des Sioux et des Cris, et de devenir ainsi les premiers Européens à entrer en contact avec ces populations autochtones. Témoins privilégiés de leurs us et coutumes, Radisson et des Groseillers en profitent également pour former d’utiles alliances et pour rapporter une incroyable quantité de fourrures. Pourtant, l’avenir est incertain pour ces coureurs des bois qui, par leur audace, auront réussi à sauver la colonie. Quel sort attendra les aventuriers à leur retour en Nouvelle-France, en 1660 ?

Radisson – T3 : « Coureurs des bois » – Par Jean-Sébastien Bérubé – Glénat Québec
Radisson T3 : « Coureurs des bois » par Jean-Sébastien Bérubé, Glénat Québec
DR.

Coureurs des bois s’inscrit bien dans la lignée de Fils d’Iroquois et de Mission à Onondaga. Depuis son premier séjour chez les Iroquois, le jeune Pierre-Esprit semble avoir gagné en maturité. C’est d’ailleurs en raison de l’expérience qu’il a acquise que Médard Chouart des Groseillers fait de Radisson son compagnon d’expédition. Cependant, ce nouvel album comporte moins de tensions et de scènes d’action que les ouvrages précédents, Jean-Sébastien Bérubé choisissant plutôt de chroniquer la vie de coureurs des bois partis à la conquête des grands espaces.

Bref, en exploitant la même veine graphique que dans les ouvrages précédents, et en nous proposant une lecture fluide, ce nouvel album de Radisson ne devrait pas décevoir les lecteurs habituels de la série.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?