Record du monde pour une planche d’Hergé chez Artcurial

25 mai 2014 13 commentaires
  • 2,5 millions d'euros, tel est le prix payé par un collectionneur pour le dessin des fameuses pages de gardes bleu foncé des éditions Casterman (entre 1937 et 1958), un document mythique, de la main du seul Hergé, qui symbolise parfaitement l'une des icônes les plus marquantes du XXe Siècle.
Record du monde pour une planche d'Hergé chez Artcurial
A droite, le commissaire-priseur F. Tajan, à gauche, l’expert Eric Leroy.

On se doutait qu’il se passait quelque chose. Depuis mercredi, c’était le défilé dans l’exposition des pièces dans l’hôtel Dassault du Rond-Point des Champs-Élysées où se trouvent les locaux d’Artcurial. Cent personnes en permanence pendant trois jours. Du jamais vu. De fait, la vente n’a pas déçu les attentes, des vendeurs comme des collectionneurs.

"C’est un moment historique pour la bande dessinée, nous dit un collectionneur qui tient à garder l’anonymat à propos de ce record. On l’a explosé avec 2,1 millions pour ces pages de garde, cela donne 2,5 millions environ avec les frais. Pour tout amateur de bande dessinée, c’est une reconnaissance de la BD par l’argent, mais il faut au-delà de cela continuer à penser que cela doit être du plaisir, parce que l’on peut aussi se faire plaisir avec un dessin à 300 euros. On a aussi le sentiment que a BD va être enfin reconnue comme un art à part entière. Il y a vingt ans, cela n’intéressait personne, on nous prenait pour des idiots, et depuis quelques années, on voit bien que cela intéresse de plus en plus de gens. Les grandes images du siècle qui vont rester seront à mon sens Tintin et Astérix pour les Européens et Spider-Man et Batman pour les Américains. Cela fait partie de l’inconscient collectif, cela me semble important."

Un très beau catalogue a été édité, avec mentions des estimations. On peut encore le télécharger sur le site d’Artcurial.

Pas de "bulle"

C’est un marché de passionnés. L’acheteur de la planche est bien connu des gens de la salle. C’est l’héritier d’une grande fortune qui s’est assigné de posséder une planche originale de chaque auteur important du XXe siècle, quel qu’en soit le prix. "S’il avait fallu mettre quatre ou cinq millions d’euros, il l’aurait fait", nous dit le même amateur qui souligne que c’est une pièce mythique qui devait battre un record.

"C’est beaucoup d’argent, dit-il, mais c’est peu d’argent par rapport à une pièce d’art contemporain. On n’est peut-être qu’au début d’un marché qui va monter énormément encore car des pièces comme cela, il y en a très peu, très peu souvent. Il ne peut donc pas y avoir de "bulle" sur le marché de la bande dessinée parce que dès qu’une pièce est vendue, elle va mettre quinze ans peut-être avant de ressortir. Il y a beaucoup de dessins mais des pièces majeures, il y en a très peu."

"Quand les musées s’y intéresseront vraiment, cela va changer les choses, nous dit un autre collectionneur. Hergé, c’est le pape de la bande dessinée. C’est normal que cela fasse ce prix. Quand on voit qu’ils ont fait 700 millions de US$ pour la dernière vente Christie’s d’art contemporain, je trouve que ce sont des petits prix. Je pense qu’il y a plus de gens qui connaissent Tintin que bon nombre de peintres côtés aujourd’hui."

Même les albums ont atteint des chiffres records. Ici, pour un des 500 exemplaires de "Tintin au Pays des Soviets" signés Tintin & Milou (1930) : 34 000 euros.

Y a-t-il des "boursicoteurs de la BD", des gens qui achètent et revendent leurs pièces, qui font du broking dans le domaine de la BD. "Il y en a, nous dit un financier, mais très peu. Il est difficile de boursicoter dans un secteur qui n’est pas "liquide", en tout cas au niveau des pièces les plus importantes. Franquin a fait mille planches de « Gaston Lagaffe », combien s’en vend-il par an ? Deux ou trois. On peut boursicoter sur un marché de capitaux dont un ou deux pour cents changent de mains tous les jours, pas quand on ne voit qu’une ou deux pièces importantes tous les six mois. Ce sont des aficionados qui achètent."

"Il suffisait de voir le sourire du commissaire-priseur pour être sûr que cela allait faire un record. nous dit-on encore. Ils étaient trois acheteurs potentiels. Celui qui l’a acheté était vraiment venu pour cela. Il a pris la main tout de suite et ne l’a jamais lâchée. Par contre, il y avait deux acheteurs au téléphone d’Éric Leroy, l’expert de la vente, le premier téléphone a monté et, dans sa tête, il devait être à 1,5 millions [la page était estimée à 7-900 000 euros par l’expert. NDLR] ; il est monté jusqu’à 1,750 millions et là il a lâché, la salle a repris la main et le deuxième téléphone a monté en se donnant sans doute un maximum de 2 millions. Mais il était face à quelqu’un qui avait les moyens de répondre..."

Tout n’a pas été acheté cependant avec la même ferveur : des peintures d’Hergé ou un crayonné de Tintin promis à des gros scores n’ont pas trouvé d’acheteur. Les grosses pièces se sont arrachées à des prix records, le reste est resté, à quelques exceptions près, dans les estimations prévues. Idem pour les albums : l’état neuf se vendait cher, le défraîchi beaucoup moins. La prime revient toujours aux pièces d’exception.

"C’est l’évolution du marché, analyse l’expert de la vente, Éric Leroy. De toute façon, on savait très bien que les pages de gardes étaient une des pièces qui pouvaient battre le record de [la couverture] de Tintin en Amérique de 2012. C’est une pièce complètement unique. Il y a les gardes bleu-fonce, les gardes bleu-clair qui sont à la Fondation, au musée. Cela avait déjà fait un gros prix en 1992 : 430 000 francs [67 667 euros], ce qui était le prix d’un bon studio à Paris. C’est un gros prix pour une pièce unique."

Aujourd’hui dimanche doit avoir lieu la deuxième partie de la vente, plus "généraliste" : Franquin, Bilal, Uderzo, Moebius... sont au menu, qui annoncent d’autres records. Nous y reviendrons.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Assistez en live à la vente de cet après-midi en direct en vous connectant sur Artcurial.

Photos : D. Pasamonik (L’Agence BD)

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • 2.5 millions d’euros !!
    Pour assister à ces ventes aux enchères, il faut montrer patte blanche ? C’est ouvert au grand public ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 mai 2014 à  12:41 :

      Tout le monde peut y assister. Évitez de vous gratter trop ostentatoirement le nez quand il y a une enchère ;)

      Répondre à ce message

      • Répondu par lebon le 25 mai 2014 à  12:46 :

        Entendu à la salle Horta il y a quelques années. le commissaire priseur s’adresse à un type qui fait un geste en passant dans une allée "attention cher monsieur, ici, dire bonjour à un ami ça peut coûter cher", hilarité générale.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Emilie le 25 mai 2014 à  13:17 :

        Et pourquoi doit-on éviter de se gratter le nez pendant une enchère ? (ça peut toujours servir)

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 mai 2014 à  16:22 :

          eh bien parce que le moindre petit geste de la main peut être interprété comme une enchère... qu’il vous faudra honorer.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Emilie le 25 mai 2014 à  21:45 :

            Un éternuement avec la main sur la bouche peut donc coûter très cher...

            Répondre à ce message

          • Répondu par Eric Tavernier le 25 mai 2014 à  22:20 :

            ça m’est réellement arrivé chez artcurial en 2005 d’enchérir et remporter le lot en disant bonjour à un ami !
            (je le raconte ici : http://bit.ly/1p8u3DU ) .
            et moi qui croyait que ça n’existait que dans les mauvais films ...

            Répondre à ce message

            • Répondu par emilie le 26 mai 2014 à  16:21 :

              C:est martant
              Mais vous ne vous en etes pas si mal sorti.ca aurait pu etre pire.Tardi
              600 euros, ca va emcore

              Répondre à ce message

  • Puisqu’il s’agit de pages de garde, ne faudrait-il pas retitrer votre article, Didier ? Le reste de la presse s’est contenté de "planche", sans doute en bêlant bêtement une dépêche de presse, mais ActuaBD vaut mieux que ça !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred le 26 mai 2014 à  02:16 :

      C’est bien une planche de dessins, ce n’est pas comme si on disait "page" qui sous-entendrait une page de bd, de lecture. Le titre est bon.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 27 mai 2014 à  22:14 :

      Vous cherchez midi à 14 h.

      Répondre à ce message

  • Finies les cravates hors de prix, Moulinsart s’adresse à nouveau aux pauvres, ils ré-éditent la fusée de Tintin (pas la vraie, un modèle réduit) à un prix extrêmement abordable.

    https://www.tintinboutique.com/fr/catalogue/images-mythiques-21/produit/fusee-tintin-832

    Répondre à ce message

    • Répondu par Cobb le 12 avril 2015 à  23:50 :

      530,00 € la fusée de 72cm, extrêmement abordable dites-vous ?

      Répondre à ce message