Rouge T2 : Ma douce enfant - Par Maudoux & Sourya - Ankama Editions

18 février 2014 0
  • Marquée par le grand retour de l'invincible Masiko, cette trilogie spin-off de "Freaks Squeele" poursuit son exploration de la jungle lycéenne, entre bourre-pifs et déchaînement hormonal.

Afin de préserver sa fille Xiong Mao de la vengeance de ses anciennes ennemies appartenant aux triades, la terrible Masiko a choisi de se retirer de la circulation. Pendant ce temps, au lycée, l’héritière doit déjouer les mauvais tours orchestrés par sa maléfique demi-sœur. Heureusement, l’aide de Sélène, une camarade amoureuse de Xiong Mao et pouvant se liquéfier, et de Fei Long, un ami d’enfance veillant sur elle à la demande de son père mafieux, ne seront pas de trop !

Ce nouvel épisode démarre alors qu’une tueuse à gages à quatre bras traque Xiong Mao...

L’action de la série en trois tomes, Rouge, se déroule quelques années avant celle de la saga Freaks’ Squeele, scénarisée et dessinée par Florent Maudoux. Toujours au scénario de Rouge, ce dernier laisse le débutant Sourya mettre en image ce spin-off, dans un registre de chronique lycéenne mettant l’accent sur les doutes adolescents et la découverte des corps.

Rouge T2 : Ma douce enfant - Par Maudoux & Sourya - Ankama Editions
©Sourya/Ankama Editions

Nous retrouvons indéniablement la patte du scénariste Florent Maudoux derrière cette série spin-off : du sexe, des arts martiaux et un peu d’humour référencé pour la forme, mais surtout des conflits familiaux et des personnages en perpétuelle confrontation face à leur propre destin.

Graphiquement, les progrès accomplis par le dessinateur Sourya sur ce deuxième tome sont flagrants : à mesure que l’héroïne Xiong Mao s’affirme et prend son destin en main, le trait s’affine, les ambiances colorées et les contrastes nocturnes sont plus travaillés. La texture granuleuse (trop ?) présente dans le tome 1 se fait aussi plus discrète.

©Sourya/Ankama Editions

Le choix des couleurs, allant jusqu’à celle de la maquette de couverture, n’est pas non plus anodin. Alors que le tome 1 était parsemé de couleurs chaudes, à l’image du titre de la série (selon Florent Maudoux, le symbole chinois associé au rouge renvoie également aux triades), la dominante de ce tome 2 est cette fois le bleu : la couleur de l’eau (Sélène, l’amie de Xiong Mao, a le pouvoir de se changer en eau), comme la froideur des lames qui clôturent cet album (et qui renvoient à la Xiong Mao adulte bien connue des fans de la série Freaks’ Squeele).

Cette préquelle a le mérite de proposer un registre différent des deux autres séries associées à cet univers : moins sombre que Funérailles, et moins épique que Freaks’ Squeele, Rouge se révèle à la hauteur grâce à son orientation "jeunesse", surfant sur la légèreté fantastico-lycéenne qui faisait le charme du début de Freaks’ Squeele.

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?