Steel Ball Run T1 – Par Hirohiko Araki – Tonkam

29 janvier 2013 1 commentaire
  • Ambiance western pour cette septième partie de {Jojo’s Bizarre Adventure}! Prêts pour une course effrénée de 6000 kilomètres à travers l’ensemble du continent américain ?

1890 : Stephen Steel donne le coup d’envoi de la plus grande course jamais organisée, la "Steel Ball Run". Il s’agit de rallier, avec la même monture, New-York depuis San Diego, de traverser tous les États-Unis de la côte Ouest à la côte Est. Le prix pour le vainqueur : 50 millions de dollars ! Malgré les 1200 dollars de frais d’inscription, ils sont plus de 3500 à se présenter sur la ligne de départ.

Parmi eux, l’indien Sandman, le jeune Noir Pocoloco, le prodige britannique Diego Brando, Urmd Abdul montant un Chameau, Dot Han descendant de Gengis Khan ou encore le cow-boy Mountain Tim. Mais surtout les deux héros de cette incroyable équipée : le mystérieux Jayro Zeppeli (dont la transcription du nom est objet de polémique), équipé de boules d’acier dont la rotation semble produire des miracles, et l’ancien jockey Johnny Joeystar, aujourd’hui en fauteuil roulant !

Cet improbable tandem promet déjà, et la tension monte très rapidement dans un volume d’exposition qui donne déjà le départ de la course. Présentation efficace des personnages, premier duel en pleine rue, contacts au plus près des chevaux : la plongée dans dans l’action est immédiate. Celle-ci se déploie dans un cadre familier au lecteur, celui du western, néanmoins marqué par ces légers décalages, ces petites bizarreries qui donnent son nom à la saga.

Steel Ball Run T1 – Par Hirohiko Araki – Tonkam

Hirohiko Araki s’est accordé une réelle pause - la première se sa carrière - après la fin de Stone Ocean pour mûrir un nouveau projet. Steel Ball Run se présente ainsi comme un nouveau départ et non comme une suite chronologique de l’univers de Jojo’s Bizarre Adventure. C’est l’occasion idéale pour ceux qui ne se sont jamais penchés sur cette œuvre culte de se lancer. Bien évidemment, de nombreux clins d’œil aux précédentes parties parsèment la lecture, mais rien qui participe directement à l’intrigue qui se met en place.

Avec un mangaka au sommet de son art, tant du point de vue graphique que narratif, tant dans la mise en scène que dans la caractérisation des personnages, Steel Ball Run s’impose comme une des série à suivre impérativement cette année.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Steel Ball Run T1 – Par Hirohiko Araki – Tonkam
    31 janvier 2013 13:24, par ange bleu

    C’est un véritable plaisir d’avoir cet objet tant convoité enfin entre les mains !

    Le volume est essentiellement introductif effectivement mais le mélange entre le classique efficace (Western) et la pointe d’étrangeté typique à la série rend le tout très savoureux et excitant !

    Graphiquement nous sommes encore dans le découpage classique d’Araki et je suis curieux de voir ce que vont donner les fameux pleines pages qui vont arriver et qui font la marque graphique de SBR - espérons que l’édition leur rendra justice !

    Répondre à ce message