Sun-Ken Rock, éd. deluxe, T. 2 – Par Boichi – Ed. Doki-Doki. Culotte party !

16 mars 2019 0 commentaire
  • Le second tome de l’édition deluxe du manga d’action Sun-Ken rock nous propose deux parties bien distinctes et assez inégales. Si l’action avance bien au début, la seconde partie est un mélange de flash-back et d’action. Ce volume comprendre les tomes 3 et 4 de la série classique.

A la fin du premier tome, nous avions laissé notre héros et sa bande aux mains d’un groupe de moines fous, pour un entraînement que l’on devine dantesque. Nous ne sommes pas déçus ! Entre les brimades, les courses en haute montagne et les repas frugaux, ils en bavent. Rien de très original donc si ce n’est la présence de Kae-Lyn, experte en maniement du couteau à sashimi qui va mettre du piment au milieu de ce déferlement de testostérone.

De retour en ville, la situation ne s’est bien évidement pas arrangée et Ken décide de prendre le pouvoir dans un des quartiers chaud de Séoul pour y assurer la tranquillité des habitants. Après leur entraînement, ce sont quasiment des pouvoirs surhumains que le groupe a acquis.
Une fois la paix revenu, Ken peut enfin penser tranquillement à Yumi. La seconde partie est axée sur elle et son passé, qui réserve bien des surprises.

Sun-Ken Rock, éd. deluxe, T. 2 – Par Boichi – Ed. Doki-Doki. Culotte party !
Des contre-plongée toujours très intéressantes
© Boichi - Doki-Doki

Ce tome est un peu en-dessous du premier. Les dessins sont toujours magnifiques mais le scénario est un peu « too much ». La force acquise par le groupe de Ken leur permet de faire face sereinement à une armée de « jo pok » (mafieux coréens) et le passé de Yumi est… énorme...
Toutefois, c’est aussi la recette du succès de cette série, et on se laisse entraîner dans cette débauche de combats et de filles aux plastiques parfaites. De même, le second degré est très présent. Ken continue à habiter dans un petit appartement crasseux alors qu’il gagne des millions. On retrouve aussi ce trait dans les déformations des proportions (en particulier les cous) et dans certaines cases volontairement caricaturales.
Mais ce qui marque le plus dans ce tome, ce sont les poses des personnages féminins. Attention, loin d’être lascives, elles sont en pleine action car elles se battent aussi bien que les hommes. Mais leur tenue et les cadrages nous montrent très souvent leurs dessous, culotte de petite fille très asiatique et qui manque singulièrement de dentelle. Dans l’interview de fin d’album, Boichi indique d’ailleurs qu’il s’est lâché dans ces épisodes et qu’il aurait pu les intituler « rincez-vous l’oeil ! ». Voici un auteur qui ne manque pas d’humour et qui sait exactement à quel public il s’adresse. Toute la matière à de beaux et stupéfiants combats est réunie.

Les éditions deluxe des publications manga proposent aux lecteurs occidentaux un bel objet. Ici, la couverture rouge est magnifique et l’interview de l’auteur à la fin est très intéressante. Par contre, le carnet graphique est assez succinct et n’apporte pas grand-chose.

La motivation selon Kae-Lyn
© Boichi - Doki-Doki

(par Jérôme BLACHON)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?