Tex Willer, l’essence du Western

7 août 2012 9 commentaires
  • Amateurs du genre Western, ne boudez pas votre plaisir ! Retrouvez l'essence du western avec l'une des meilleures séries du genre : le fumetti Tex Willer créé en 1948 par Gian Luigi Bonelli (scénario) et Aurelio Galleppini (dessin), sans doute la BD de western la plus vendue au monde.

Tex Willer, l'essence du WesternBlueberry, Comanche, Buddy Longway, Durango, Jim Cutlass… vous êtes dépités par la disparition de vos héros de BD Western préférés, ceux qui vous faisaient rêver étant gamins ? Vous vous amusiez en lisant Lucky Luke, les Tuniques bleues, Smith et Wesson mais voilà… le temps a fait son effet : soit ces séries sont arrêtées, soit la magie n’y est plus.

Peut-être qu’alors vous vous êtes mis à écumer tous les bouquinistes de votre ville. Vous avez ainsi pu découvrir quelques « antiquités » de qualité, comme Amargo, Sunday, Mortimer

Puis l’espoir est revenu du côté des nouveautés avec de bons albums comme Wayne Redlake (500 fusils), Trio Grande (Adios palomita), Western (Rosinski), Wyoming doll (Franz) et même un certain « Little Big Joe »… Mais ce ne furent au final que des one-shots ou des séries malheureusement avortées !

Plus récemment, Chinaman (TaDuc), Angela (Vatine), Bouncer (Boucq) et même Kid Lucky (celui d’Achdé) auront su combler un peu votre manque. Mais avouons-le, le compte n’y est toujours pas !

Alors, ne vous apitoyez plus, il est temps de vous lancer à la conquête de Tex Willer !

Certes, ce nom ne vous est pas inconnu mais Tex Willer c’est beaucoup plus que la revue Rodéo. Ce personnage a totalement ressuscité au début des années 1990 avec la collection des « Tex Spécial » qui a permis à de grands noms de la B.D. de se lancer dans la réalisation de ses aventures (plus de 200 planches noir et blanc pour chaque histoire).

Si je vous cite « Victor De La Fuente », « José Ortiz », « Colin Wilson », « Raphaël Marcello », « Frisenda », « Jordi Bernet », « Guido Buzzelli », « Alfonso Font », « Mastantuono », le lecteur franco-belge avisé que vous êtes devrait voir resurgir en mémoire des noms de séries B.D. comme « Les Gringos », «  La Jeunesse de Blueberry », « Clarke et Kubrick », « Les Anges d’acier », « Dr. Justice », « Ken Parker », « Aliot », « L’Homme du Bengale », « Taranis », « Torpedo », « Morgane », « Elias le maudit », « Bri d’Alban », « Tarao » etc.
De quoi vous interpeller, non ?

La collection des Tex Spécial correspond à un album géant annuel avec, à chaque fois, un dessinateur différent. Le dernier paru chez Clair de Lune, le n°25 « Vers l’Oregon » est superbe, aussi bien graphiquement qu’au niveau de l’histoire et de la narration.

Mais vous l’aurez compris, c’est bien la collection complète qui vaut le détour. Avant de vous lancer à tout acheter, je vous propose de prendre le temps de lire en priorité les titres suivants « Spécial n°5 - Flammes sur l’Arizona », « Spécial n°6 - L’Attaque du train de Fort Défiance », « Spécial n°14 - Le Dernier Rebelle », « Spécial n°16 - Les Prédateurs du désert », « Spécial n°21 - Le Prophète Hualpai » et encore le très sombre « Spécial n°23 – Patagonie ».

À noter que les scénarios proposés par Nizzi sont souvent gage de qualité (un nom à retenir) !

Sur le mois de juin, Clair de Lune aura sorti pas moins de quatre albums de Tex, dont deux très attendus par les fans, car dessinés par l’immense Buzzelli et le très grand Marcello.

Depuis fin 2008, Clair de Lune a repris avec succès le flambeau de Semic et de Erko et ravit non seulement les inconditionnels de Tex, mais aussi tous les amateurs de Western. Osez franchir le pas, ne boudez pas votre plaisir et vous serez pris avec délectation dans l’engrenage.

L’éditeur a également le mérite de publier intégralement l’autre série parallèle, celle des « Tex Maxi ». Le principe est le même si ce n’est que la qualité graphique n’est pas toujours au rendez-vous. Est-ce dû au nombre de planches démesuré (plus de 300 pages à réaliser par le dessinateur pour chaque histoire) ? Je citerais essentiellement en référence les « Maxi n°4 – Les Deux Visages de la vengeance », « Maxi n°6 - Rio Hondo » et « Maxi n°9 - La Piste des embuscades » (Ces trois, en grande partie pour la qualité des dessins).

L’aspect moins positif reste l’alternance entre un format Prestige et un format Souple. Les albums ne seront pas toujours évidents à disposer de façon logique ou chronologique dans votre bibliothèque. Je passe volontairement sur les quelques fautes de traduction qui sont vraiment dommageables.

Certains relèveront un ordre de parution chez Clair de Lune qu’il n’est pas forcément évident à comprendre (si ce n’est en terme de prestige marketing pour la phase de démarrage). Il faut, je crois, surtout retenir la volonté de l’éditeur de combler les trous et de contenter le lecteur francophone. Il faut également remercier Clair de Lune pour sa volonté de suivre l’actualité des parutions programmées en Italie.

Dernier point, et pas des moindres, Clair de Lune s’est aussi lancé dans la série régulière, celle des Tex numérotés jamais parus en France. Après la qualité des « Tex Spécial », je craignais de lire des histoires au rabais. Force est de constater que le très bon « Mescaleros / N°458-459-460 » par José Ortiz, le grandiose « Les Justiciers de Vegas / 601-602 » par Mastantuono et les magnifiques numéros « 438+439+440 » par R. Marcello nous poussent à en redemander.

Alors bienvenue à Tex Willer en France et merci à Clair de Lune dont l’initiative mérite d’être encouragée vivement !

(par Jean-Sébastien CHABANNES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le Blog des Éditions Clair de Lune

Tex Spécial N°1

Commander ce livre chez Amazon

Tex Spécial N°25

Commander ce livre chez Amazon

Tex tomes 601-602 - Les justiciers de Vegas

Commander ce livre chez Amazon

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Tex Willer, l’essence du Western
    7 août 2012 14:01, par l’Apache

    Enfin !
    Enfin un article sur Tex Willer sur un site d’infos de BD connu comme le votre.
    Oui, Tex Willer est une très grande série Western qui mérite qu’on s’y attarde. Les dessinateurs tels Ortiz ou Marcello nous gratifient de somptueuses images.

    Clair de Lune a également sorti en albums souples les deux premiers tomes d’un monument du Western italien : l’Histoire de l’Ouest de Gino d’Antonio.
    La série débute durant l’année 1804 et l’expédition de Lewis et Clark pour se terminer avec l’année 1890 et le massacre des Sioux à Wounded Knee.
    Chaque épisode nous relate la véritable histoire de l’Ouest au travers de la famille McDonald-Adams.
    Des personnages ayant réellement vécus parsèment les épisodes, tels Sitting Bull, Géronimo, Wild Bill Hickock, etc...
    Le troisième tome devrait sortir d’ici peu.
    A ne surtout pas rater !

    Répondre à ce message

  • D’accord, Tex est un bon western ! Mais cela parle de quoi au juste ? Quelles sont les différences par rapport aux autres séries du genre ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 8 août 2012 à  12:30 :

      Disons, que c’est un western très classique (héros sans peur et sans reproche, inflexibles et incorruptibles).
      Les histoires sont le plus souvent les thèmes classiques du western ("nettoyage" de villes, poursuite de bandits, défense de fermes, de veuves et d’orphelins, histoires indiennes, histoires de cavalerie, polar parfois, et même quelques histoires fantastiques et surnaturelles).
      L’intérêt n’est pas jamais dans la découverte de la fin, mais dans le cheminement de l’histoire, dans le temps que l’auteur prend pour raconter son histoire.
      C’est très très classique, disons-le, mais pour peu qu’on apprécie ce genre (il y a sans doute une grosse part qui vient de l’enfance dans tout ça), on y prend toujours énormément de plaisir.

      Répondre à ce message

  • Tex Willer, l’essence du Western
    8 août 2012 16:55, par SCHMITT

    Bonjour

    Pour moi qui lisait des "Illustrés" dans les années 50, les 2 grands westerns qui ont retenus mon attention et dont j’ai conservé les publications françaises d’époque (les seules BD, en fait que j’ai gardé) sont :
    - Laredo Crockett de Bob Schoenke, et
    - Casey Ruggles de Warren Tufts
    C’était écrit par des américains dans les années 50 et leurs héros n’étaient pas des "super héros". Ils tombaient amoureux de toutes les jolies filles qu’ils rencontraient(des mecs normaux en somme). Ne haïssaient pas les indiens ni les blacks (très, très étonnant aux States à l’époque) mais pouvaient cependant descendre froidement les méchants comme dans la réalité.
    Concernant les italiens, je pense que "Kid Oklaoma", voire "Buffalo Bill" étaient bien supérieurs à Tex.
    Mais.....c’est une affaire de goût et d’époque !

    Répondre à ce message