Tout doit disparaître - Par Simon Hureau - Futuropolis

10 janvier 2007 1 commentaire
  • Dans un village reculé et sinistré de la France, en Basse-Normandie, deux adolescentes tentent de grandir sereinement. ... Pas facile dans un endroit pas très folichon ! Le désespoir, l’ennui et le désenchantement les minent au quotidien.

Les jeunes filles ont l’impression d’être perdues entre les Parisiens prétentieux en mal de campagne qui achètent des propriétés dans ce coin rural, et les autochtones qui ont pour la plupart des problèmes de santé et autres troubles psychologiques.

Leur quotidien va changer le jour où elles rencontrent Mélusine, une adolescente de la même tranche d’âge, qui est beaucoup plus ouverte et mature qu’elles. Délurée, elle n’hésite pas à les entraîner vers des occupations amusantes : des concerts – où la drogue circule à tout va – à des après-midi à refaire le monde sous un pont, tout en en se moquant des villageois… Peu à peu, une véritable amitié naît entre elles… Les deux héroïnes vont se laisser embarquer dans une véritable descente en enfer, mêlant violence et tragédie sanglante.

Même si le livre est épais (environ 200 pages), la narration de Simon Hureau est à la fois fluide et haletante. Le lecteur est véritablement pris en haleine par l’atmosphère du récit amenée avec maîtrise. Graphiquement,Tout doit disparaître est servi par un style nerveux allant à l’essentiel. Une pépite !

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Tout doit disparaître - Par Simon Hureau - Futuropolis
    10 janvier 2007 11:14, par jérôme béard

    Quelle découverte que ce titre ! Je ne connaissais pas Simon Hureau et je l’ai découvert grâce à ce récit magnifiquement dessiné. J’ai pu revoir à travers ce récit des amies du lycée de l’époque : la description est plus vraie que nature. Un seul bémol : le camion est-il réel ou est-ce une allégorie ? Simon dit qu’il est réel, j’aurais préféré y voir une allégorie.
    Merci à Futuropolis de nous proposer des livres de cette qualité (papier, format, reliure) et à Simon Hureau pour cette histoire. Vraiment un des coups de coeur de 2006.

    Répondre à ce message