Vietnam Journal par Don Lomax : au plus près des GI’s

2 juillet 2019 1 commentaire
  • 58 200 soldats américains ont perdu la vie durant la guerre du Vietnam, et près de 2000 autres sont encore porté disparu aujourd'hui. Contrairement à la Seconde Guerre mondiale, ce conflit entacha profondément l'histoire des États-Unis. Ancien vétéran, Don Lomax s'intéresse ici à ces jeunes gens envoyés au bout du monde mener une guerre qui les dépassait...

1967, voici deux ans que l’Amérique intensifie sa présence au Vietnam. Scott Neithammer alias "Journal", reporter de guerre, est envoyé auprès des troupes américaines pour rendre compte du conflit. Il va rapidement réaliser que dans cette guerre bien plus complexe qu’il n’y paraît, les soldats américains sont aussi perdus que lui. Certains même commencent à perdre la raison...

Ici, il n’y a pas de politique, pas d’analyse, pas de prise de position anti-américaine ou anti-communiste, seulement des récits courts et poignants sur le quotidien des GI’s. Des témoignages où l’on est à la fois pris de sympathie et de dégoût pour les soldats américains, et c’est en ça que cet album réussit bien sa fonction de "Journal". On sent que l’auteur a vécu cette guerre de l’intérieur et que toutes ces histoires sonnent terriblement juste.

S’il y a bien des grands perdants de ce conflit ce sont ces soldats : rejetés par l’opinion publique, reniés par leur gouvernement et haïs au Vietnam, ils ont été les boucs émissaires de cette guerre, et cela se comprend au regard des exactions qu’ils ont parfois commises.

Vietnam Journal par Don Lomax : au plus près des GI's
1967, Scott Neithammer débarque au Vietnam.
© Apple Comics / Delirium

Mais qui faut-il incriminer ? Les soldats ? Ou bien le gouvernement derrière toutes ces décisions ? Un gouvernement qui savait d’ailleurs depuis bien longtemps que le conflit s’enlisait et que les chances de victoire étaient maigres. En se mettant à une échelle humaine, cet album ne peut nous empêcher de prendre en pitié cette troupe qui va de désillusion en désillusion, victime des décisions prises par ses supérieurs.

Une certaine absurdité se dégage de ces pages. Les appelés se raccrochent donc à ce qu’ils peuvent : à la camaraderie ou, à défaut, à un animal de compagnie, à une veste prétendument porte-bonheur, l’alternative étant de sombrer dans la folie...

"Combien de temps avant que je devienne cinglé comme tout le monde, et est-ce que je m’en rendrais compte ?"
© Apple Comics / Delirium

Bien évidemment ce récit n’offre qu’un point de vue américain et n’a pas vocation d’être une analyse détaillée de la guerre du Vietnam, simplement des échantillons de vie via diverses anecdotes.

À l’image du récit, les dessins hypers détaillés de Don Lomax, entre réalisme et caricature, immergent le lecteur dans la jungle vietnamienne avec un étonnant accent de vérité : une immersion réussie dans le quotidien des troupes américaines qui nous amène à cette réflexion encore bien d’actualité : entre un bourreau et son commanditaire qui est responsable ?

Cette œuvre inédite en France et éditée par Delirium délaisse le grand format cartonné habituel de l’éditeur pour un album souple et plus petit, parfaitement adapté l’idée d’un journal. Il vaut le détour !

© Apple Comics / Delirium

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Vietnam Journal - Don Lomax (scénario et dessin) - Alex Nikolavitch (traduction) - Delirium - 144 pages - 20,00 € - sortie 17 mai 2019

Contenu vo : Vietnam Journal - Book One : Indian Country publié aux U.S.A. par Apple Comics

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Très bonne présentation et description de cette excellente BD américaine.

    Je l’ai achetée et lue. Je la recommande vivement. Elle est un témoignage poignant du quotidien des hommes impliqués dans cet horrible conflit.
    Les histoires se lisent facilement et racontent les différentes missions relayées par un journaliste. Elles sont sans concession et même si elles sont un peu dures, elle peuvent être lues par tous. C’est passionnant, on se retrouve au cœur de l’action.

    J’espère que cette magnifique série enfin traduite connaîtra le succès qu’elle mérite aussi chez nous. On veut la suite !

    Répondre à ce message