Plunge - Joe Hill & Suart Immonen - Urban Comics

29 mai 2021 0
  • Disparu en même temps que son équipage en 1983, le navire d'exploration le "Derleth" refait mystérieusement surface après presque quarante ans. Le vaisseau disparu émet depuis peu un léger signal de détresse et attire l'attention d'une multinationale qui décide alors de mettre en place une équipe d'expédition pour se rendre sur place. À bord du "McReady", notre équipage hétéroclite se dirige alors vers le Détroit de Béring, n'imaginant nullement les horreurs innommables qui les attendent patiemment dans les eaux glacées du Grand Nord.

Après le très bon Basketful of Heads en avril dernier, Urban Comics poursuit sa publication des titres de la collection horrifique Hill House avec Plunge. Ce nouveau récit nous plonge au sein d’une épouvante plus viscérale au cœur de l’océan glacial arctique, loin de l’horreur récréative de l’album précédent et son voyage au travers de l’Amérique conservatrice des années 1980. Cependant, les Eighties ne sont pas très loin et forment même le socle de cette épopée.

Bien que l’action du récit se situe approximativement de nos jours, elle puise son origine dans le naufrage du Derleth en 1983, tout comme Joe Hill trouve son inspiration dans de nombreuses œuvres représentatives de cette époque. L’histoire d’un équipage bourru se dirigeant naïvement vers un signal de détresse pour n’y découvrir que la mort et la désolation évoque bien évidemment Alien (1979) de Ridley Scott et sa suite Aliens (1986) réalisée par James Cameron. Sans trop en dévoiler, les créatures de cet album ont elle aussi une fâcheuse tendance à pénétrer l’organisme humain - sans son consentement - pour y survivre, à l’instar de nos xénomorphes favoris.

Plunge - Joe Hill & Suart Immonen - Urban Comics
Quels mystères attends nos héros au coeur de l’épave du Derleth ?

L’autre inspiration majeure de Plunge réside dans les travaux du maitre de l’épouvante John Carpenter. L’imagerie d’un groupe isolé dans le grand nord faisant face à des choses venues d’ailleurs prenant parfois forme humaine pour s’exprimer vient tout droit de son film culte The Thing (1982). L’un des personnages principaux du récit porte d’ailleurs même le nom de Carpenter est dirige un navire appelé le MacReady qui est le nom du héros principal du film susnommé, cela ne s’invente pas.

Mais tout comme nos héros finissent par découvrir que leurs mésaventures ont une origine bien plus ancienne et mystérieuse que le naufrage d’un navire il y a quarante ans, le scénariste emprunte aussi énormément à une horreur indicible, plus profonde et plus ancienne, celle de l’écrivain fantastique Howard Phillips Lovecraft.

Dès le synopsis et l’évocation du "Derleth", les lecteurs cinéphiles les plus aguerris auront compris que Joe Hill s’apprête à rendre hommage au maitre de Providence. August Derleth est en effet le nom d’un fidèle de Lovecraft qui aura été l’un des premiers à publier ses écrits. Dès son chef-d’œuvre Locke & Key, Hill avait d’ailleurs déjà prouvé son admiration pour les univers créés par l’écrivain de Rhode Island. Entre cultes païens et Grands Anciens, Plunge s’inscrit pleinement dans l’héritage du mythe de Cthulhu.

L’une des grandes surprises de cet album se trouve inscrite en lettres blanches dès sa couverture et se nomme Stuart Immonen. Dessinateur-star de l’industrie des comics, l’artiste canadien est principalement connu pour avoir travaillé sur des séries telles que All-New Captain America, All-New X-Men, Ultimate Spider-Man ou encore Fear Itself, le grand évènement Marvel de l’année 2011. C’est donc loin des super-héros en collants et des scènes d’actions dantesques que nous retrouvons aujourd’hui cet artiste au talent indiscutable et encore une fois, il ne déçoit pas.

Même les Dents de la Mer s’invitent à la partie.

Les sublimes planches qui composent cet ouvrage valent à elles seules l’achat.
Immonen excelle dans la réalisation des visages et rend ses personnages très expressifs et attachants, il n’est pas en reste pour représenter les créatures - réelles ou imaginaires - qui peuplent ces pages. L’ambiance qui se dégage de l’album doit aussi beaucoup à Dave Stewart qui colorise avec justesse les différents décors du dessinateur qu’il s’agisse de fonds-marins, d’épaves de bateaux où d’île du grand Nord.

Deuxième album et deuxième excellente surprise pour l’imprint Hill House. Encore une fois, Joe Hill régale par son savoir-faire et sa connaissance de l’horreur, mêlant avec justesse la terreur et l’humour. Plunge est une sorte de nouvelle modernisée du mythe de Cthulhu qui s’inspire des plus grandes œuvres horrifiques des années 1980. Un cercle vertueux de l’horreur qui parlera de toute évidence aux lecteurs, même si certaines références un peu lourdes peuvent parfois le sortir du récit. Mais les fantastiques planches de Suart Immonen auront vite fait de le replonger au cœur de l’épouvante. Embarquez donc sans hésitation avec l’équipage du McReady, si vous l’osez...

Voir en ligne : Plunge sur le site des éditions Urban Comics

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Plunge - Joe Hill (scénario) - Stuart Immonen (dessin & encrage) - Dave Stewart (couleur) - Arnold Petit & Camille Gardeil (traduction) - cartonné - 168 pages - 16,00 € - Urban Comics - DC Black Label (Hill House) - sortie le 28 mai 2021

Contenu VO : Plunge #1-6 (2019) publié par DC Comics.

Illustrations : © DC Comics / Urban Comics

Joe Hill sur ActuaBD :
- Lire la chronique de Basketful of Heads
- Lire la chronique de Locke & Key : faut-il tuer le père ?
- Lire la chronique de Locke & Key : la série Netflix annoncée pour février 2020

  Un commentaire ?