X-O Manowar T.4 - Par Robert Venditti et Lee Garbett - Panini Comics

26 janvier 2015 2 commentaires
  • Aric de Dacia est un guerrier et un roi et est en passe de devenir ce qu'il a toujours combattu : un conquérant et un tyran. Nouveau départ pour X-O Manowar et dernière tentative pour endiguer un esprit belliqueux en lui inculquant quelques notions de sagesse. Mais y a-il seulement un espoir d'y parvenir ?

Aric de Dacia, guerrier et roi Wisigoth extirpé de force de son époque et de son monde, est de retour sur Terre après avoir pris sa revanche sur ses ravisseurs extraterrestres grâce à la toute puissante et mystérieuse armure de Shanhara.

Une arrivée sur notre chère planète bleue qui a tôt fait d’alerter les gouvernements du monde entier y voyant là une invasion alien, alors que cet anachronisme personnifié et les autres survivants de son peuple posent leurs tentes, et leur gigantesque vaisseau spatial, en plein cœur de la Roumanie.

Il ne reste alors au lecteur plus qu’à voir comment cette situation va forcément dégénérer...

X-O Manowar T.4 - Par Robert Venditti et Lee Garbett - Panini Comics

© Valiant / Panini Comics

Après trois premiers albums et une intrigue qui traînait en longueur et finissait par ennuyer, il semble qu’enfin, la machine X-O Manowar et l’univers éditorial Valiant Comics passe la seconde et montre son ambition en commençant véritablement à créer des pistes de lecture entre les différents titres du catalogue, conférant davantage de cohérence à l’univers proposé.

Dans cet album par exemple, il est plaisant de voir le récit gagner en consistance et en intérêt grâce à l’implication de deux personnages importants issus des titres Archer and Armstrong de Fred Van Lente et Clayton Henry ou Harbinger de Joshua Bysart. Surtout lorsque l’on sait que ces interventions auront par la suite un impact conséquent sur la conduite de la ligne éditoriale.

Loin d’être un chef d’œuvre du genre, cet ouvrage sait faire preuve de qualités certaines. Robert Venditti joue par exemple à de nombreux moments la carte de l’humour à travers des personnages drôles malgré eux, en dehors de leur temps et de leurs traditions qui contrastent avec les mœurs et le confort de notre époque.

L’autre élément intéressant à suivre s’avère être la caractérisation de son personnage principal. Atypique et très antipathique, Aric de Dacia est l’image même du super-héros fonceur et peu enclin à la réflexion qui, associé à l’impression inquiétante qu’il renvoie et au fait qu’il se retrouve noyé dans une société qu’il ne peut comprendre, embrasse à la fois la cause du sauveur et celle du destructeur, donnant ainsi lieu à un résultat incertain.

Ce quatrième volume de X-O Manowar réconforte et parvient à faire naître quelques attentes, malgré quelques défauts encore présents. Une deuxième phase débute pour l’univers Valiant après une trop longue première partie introductive. Il semblerait que les dés soient finalement jetés pour des enjeux plus élevés.


© Valiant / Panini Comics

(par Marco ZANINI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Peut-on savoir qui a traduit ce comic book de l’anglais (américain) ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 27 janvier 2015 à  06:18 :

      Tout le catalogue Valiant Comics publié chez Panini est comme toujours traduit par Ben KG et Makma.
      Ca comprend donc les titres X-O Manowar T.1 à 4, Archer & Armstrong T.1 à 3, Harbinger T.1 à 3, Bloodshot T.1 à 3, Shadowman T.1 et 2, et Harbinger Wars.
      Je n’ai personnellement jamais constaté de grosses coquilles à ce niveau-là.

      Répondre à ce message