« Les Mondes de Thorgal » remporte le Prix ActuaBD/Conseil Général des Jeunes de Charente.

28 janvier 2012 7 commentaires
  • Le jury des jeunes élus du Conseil Général des Jeunes de Charente a récompensé l'album "Les mondes de Thorgal T1 : Raïssa" de Yann et Surzenkho. Tony Sandoval remporte le "Coup de Coeur du Jury" pour "Doomboy".

Ce samedi 28 janvier 2012, à 12h30, après avoir délibéré dans la matinée, les cinq collégiens membres du jury ont décidé d’accorder le Prix ActuaBD/Conseil Général des Jeunes de Charente à un album de la série parallèle de Thorgal, Louve tome 1 : Raïssa (éditions Le Lombard), scénarisée par Yann et dessinée par Roman Surzenkho. Nos jeunes jurés ont également choisi de récompenser l’auteur Tony Sandoval et son album Doomboy (Editions Paquet) en lui accordant leur "Coupe de Coeur".

Les jeunes élus ont eu, peu après avoir annoncé leur vote, la grande surprise de voir débouler dans le studio, l’auteur mexicain Tony Sandoval, ainsi que le dessinateur de la série originelle de Thorgal : Grzegorz Rosinski lui-même ! Les deux auteurs ont ainsi pu échanger avec les collégiens, en direct au micro de l’émission radio Supplément Week-End, co-diffusée par Radio FMR Toulouse et par l’Onde Miroir.

« Les Mondes de Thorgal » remporte le Prix ActuaBD/Conseil Général des Jeunes de Charente.
Les membres du jury et le trophée.
Photo : Thomas Berthelon

L’album Les Mondes de Thorgal a séduit le jury par son graphisme : « Pour nous, c’était une évidence : c’est sublime », s’est exclamé le jury. De son côté, Doomboy a beaucoup ému les jurés (certaines ont pleuré), qui ont été très étonnés d’apprendre de la bouche même d’un Sandoval malicieux que les couleurs de son album étaient entièrement numériques.

« Sandoval exprime parfaitement l’émotion » a même ajouté Rosinski, découvrant Doomboy en direct.

Les membres du jury, Tony Sandoval et Grzegorz Rosinski, devant les locaux du Conseil Général.
Photo : Chantal Sok

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Visiter le site du Conseil Général des Jeunes de la Charente

En médaillon : Tony Sandoval et Grzegorz Rosinski. Photo © Chantal Sok

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Affligeant de récompenser (et avant de sélectionner) ce genre de sous-produit, ces horribles spin-off qui encombrent les linéaires et signent petit à petit la mort de la bande dessinée de création au profit du marketing et du fric facile. On veut faire crever la BD et c’est avec ce genre de sabotage qu’on y arrive malheureusement (en plus le scénario de Yann est particulièrement nul).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Gogol 1er le 29 janvier 2012 à  13:04 :

      Encore un commentaire affligeant de "révolte facile".
      Bon courage pour survivre dans ce monde de marketing et de fric facile, Patrice. Toutefois, le marketing n’a jamais pu imposer de mauvaises BD (cf l’échec des BD de Sulitzer, à l’époque, ainsi que les bacs des soldeurs qui regorgent de BD marketées mais creuses) mais permet de faire connaître au milieu des avalanches de nouveautés certains albums auxquels l’éditeur croit particulièrement. Et vous oubliez de noter que Sandoval, également primé, n’a rien de ce que vous dénoncez. Après, que vous n’aimiez pas le scénario de Yann, c’est votre droit ...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 29 janvier 2012 à  18:49 :

      Apparemment, vous n’avez rien au compris au film. Je vous en donne un petit résumé, Monsieur Patrice !

      1 : les auteurs se plaignent de gagner de moins en moins d’argent.

      2 : les libraires aussi. Certains ferment leur boutique

      3 : chez les éditeurs, la concentration rode

      Donc, il me semble que sans ce que vous appelez "d’horribles spin-off qui encombrent les linéaires et signent petit à petit la mort de la bande dessinée de création au profit du marketing et du fric facile", le marché irait globalement bien plus mal. Je crois savoir que ce livre s’est vendu au moins à 50 000 exemplaires (voire plus), son succès bénéficie à l’ensemble de la profession. Les auteurs sont contents, les libraires aussi. Quant au Lombard, je suis sûr qu’il édite quelques livres qui se vendent à moins de dix mille exemplaires. « Les Mondes de Thorgal » permettent donc de financer des livres mooins rentables.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 29 janvier 2012 à  21:41 :

        « Les Mondes de Thorgal » permettent donc de financer des livres moins rentables.

        Faux, c’est une vieille rengaine que l’on sait fausse depuis bien longtemps. Et ce genre de sous-produit fait beaucoup de mal à la bande dessinée, comme les trucs Bamboo et Joker.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Marin le 30 janvier 2012 à  09:35 :

          Les succès des profs ou des sisters et autres rugbymen permettent à Bamboo sur la collection Grand Angle de hervé Richez d’aborder d’autres thèmes BD et de les faire, c’est indiscutable et m’a été confirmé plusieurs fois par les auteurs.
          Ne mettez pas tous les éditeurs dans le même sac à daubes aussi radicalement.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Fred le 30 janvier 2012 à  14:41 :

            Ca me fait marrer les éditeurs qui veulent se racheter une conscience après avoir fait du fric sans vergogne.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 1er février 2012 à  22:39 :

      Tiens, au fait : avez-vous bien regardé le jury qui a récompensé ces albums ? Non ? Alors vous remarquerez que ce sont des enfants, et que dans notre cas, je pense qu’ils sont bien loin des considérations mercantiles et de vos états-d’âmes de lecteurs. Tout simplement parce-que qu’ils ont aimés ces albums...et donc, ont jugés important de les récompenser.

      Répondre à ce message