2020 : La bande dessinée entre au Collège de France

7 juillet 2020 1 commentaire
  • Après l'élection de Catherine Meurisse à l'Académie des Beaux-Arts et une exposition d'Emmanuel Guibert au même endroit, c'est maintenant le Collège de France que la bande dessinée prévoit d'investir. Cinq dates, cinq auteurs et autrices majeurs, pour cinq conférences et entretiens qui feront dates, entre octobre 2020 et janvier 2021, sous l'ombre tutélaire du pingouin Alfred, la mascotte de Zig et Puce d'Alain Saint-Ogan.

Après l’annonce de l’exposition Emanuel Guibert - biographies dessinées à l’Académie des beaux-arts, c’est un nouveau temps fort de cette année nationale de la BD, BD2020 (à rallonge puisqu’elle s’étendra jusqu’à juin 2021), qui se dévoile. Une série de conférences et d’entretiens dans l’une des institutions les plus prestigieuses et reconnues du pays : le Collège de France, avec une programmation de choix.

En effet, Benoît Peeters, Catherine Meurisse, Emmanuel Guibert, Jean-Marc Rochette et enfin Chris Ware développeront donc leurs vues sur le 9e art à travers des conférences et entretiens avec des professeurs du Collège. L’intitulé de l’événement, La Bande Dessinée au Collège de France, paraît un peu généraliste, d’aucuns diraient même trop vague, mais démontre néanmoins la volonté d’aborder le 9e art dans sa globalité. On comprend ainsi mieux la présence de l’auteur américain Chris Ware qui vient compléter un panel bien franco-français.

La conférence de Benoît Peeters, un "Éloge de la bande dessinée", est prévue pour le 7 octobre, Catherine Meurisse sera invitée le 12 novembre pour un entretien avec un professeur du Collège, de même pour Emmanuel Guibert le 25 novembre, Jean-Marc Rochette le 10 décembre et Chris Ware le 26 janvier 2021.

2020 : La bande dessinée entre au Collège de France

Cet événement marque une nouvelle étape dans la reconnaissance de la bande dessinée au niveau universitaire et institutionnel. Un statut finalement assez peu contesté ces dernières années vu l’importance qu’a prise cet art, qui souffrait malgré tout d’un certain manque de reconnaissance, d’où la nécessité de profiter de cette année de la BD, un objectif affiché du Rapport Lungheretti.

L’initiative du Ministère de la culture a par ailleurs été souvent critiquée pour son manque de moyens et d’ambitions depuis janvier, des difficultés d’exécution accentuées par la crise du coronavirus. On a pointé (avec raison) le manque d’impact du Rapport Racine et le peu d’événements et de temps forts organisés en dépit des promesses du ministre. Mais force est de constater que BD 2020-2021 a encore des as dans sa manche et nous réserve quelques beaux moments.

Espérons que la transition de ministre n’impactera pas cette dynamique. La nouvelle locataire du 3 rue de Valois Roselyne Bachelot se dit elle-même fan de BD, on est donc en droit d’attendre un accompagnement à la hauteur ;

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :