Newsletter ActuaBD

Archipel - T2 : Les Marchands de sable - par Corbeyran et Barbay - Delcourt

  • Yohann Barbay confirme avec cet album son originalité et sa capacité à dépeindre un monde troublant scénarisé par Corbeyran. Ensemble, ils réalisent un univers d'eau, d'îles et de grands déluges auxquels s'ajoute l'atmosphère onirique des rêves du héros.

Le professeur Costello détient toujours Sally prisonnière. Sur le chemin du bagne, Harry et Howard sont libérés par un convoi de saltimbanques, fervents défenseurs de la liberté. Grâce à une voyante, Howard retrouve la trace de Sally et part la délivrer au mépris de tous les dangers.

Le monde dans lequel se déroule l’histoire est relativement restreint, ce qui limite les possibilités d’évolution mais peut être considéré comme une garantie de ne pas avoir une série à rallonge. Avec Archipel, Corbeyran situe ses personnages dans un univers qui semble exister en vase clos et que l’on aurait bien du mal à situer dans le temps ou dans l’espace. Le fantôme de Jules Verne plane sur la série : un submersible, un peuple marin énigmatique, des îles etc. La création d’un langage spécifique ne fait que renforcer l’originalité de cet archipel qui gagne en authenticité. Mais placé en fin d’album, le glossaire arrive un peu "après la bataille" pour le lecteur. Il semblerait plus judicieux, pour faciliter la lecture et en faire une référence, de le situer dans les premières pages.

Archipel - T2 : Les Marchands de sable - par Corbeyran et Barbay - Delcourt
Extrait du prologue
© Corbeyran/Barbay/Delcourt

Le graphisme de Yohann Barbay est atypique et progresse par rapport au premier album. Son prologue est une merveille et une magnifique invitation à plonger dans le récit. Le dessinateur juxtapose des planches (voire des cases) encrées (séquences de rêve) et non encrées (séquences réelles) ; le tout fonctionne bien et crée une atmosphère assez particulière. Son trait nerveux et aiguisé réussit à illustrer un univers basé sur un mélange de passé et de futur. La mise en couleur n’est pas déplaisante, mais la dominante "rose" qui parcourt l’album du début à la fin peut paraître monotone ou répétitive à certains moments. Heureusement l’eau est là pour nous offrir d’autres horizons chromatiques...

La série est prévue en 4 tomes et chaque épisode se déroulera sur une île différente. Il est parfois agréable, pour le lecteur, de se savoir dans un univers maîtrisé par le scénariste. Cela peut lui permettre de se laisser séduire par une série qu’il sait limitée. C’est le cas pour Archipel et ce n’est pas moins bien pour autant.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD