Bédéis Causa 2016 : le meilleur de la BD québécoise

28 février 2016 3
  • Alors que le 29e Festival de la BD francophone de Québec approche à grands pas, l’organisation a dévoilé, cette semaine, les finalistes aux prix Bédéis Causa, qui récompensent la crème de la BD québécoise. Difficile de prédire les gagnants de cette édition 2016, où plusieurs grands titres se côtoient.

Depuis 1988, le Prix Bédéis Causa constitue la plus importante distinction de la bande dessinée accordée au Québec. Conçu au départ comme un prix mettant en lumière la production québécoise tout en remerciant les auteurs franco-belges invités par le Festival de la bande dessinée francophone de Québec (FBDFQ), son palmarès s’est resserré et continue à mettre la bande dessinée du Québec en lumière, tout en distinguant une œuvre étrangère.

Grand Prix de la Ville de Québec

Section particulièrement relevée cette année, le Grand Prix de la Ville de Québec, qui couronne le meilleur album de langue française publié au Québec, compte cinq finalistes.

En effet, Paul dans le Nord (La Pastèque) nouvel album de la série phare de Michel Rabagliati, offrira une juste compétition à Whitehorse, première partie (Pow Pow) de Samuel Cantin, La Petite Patrie (La Pastèque) de Julie Rocheleau et Grégoire Normand (d’après Claude Jasmin), ainsi qu’à C’est pas facile d’être une fille, T.2 : « Tout va bien aller » (Mécanique générale) de Bach, album humoristique dans lequel l’auteure revient sur ses préparatifs de mariage. Incubus, le troisième tome de la série Promise (Glénat Québec) par Mikaël et Thierry Lamy, vient compléter cette shortlist. Rappelons que le deuxième tome de ce western fantastique avait remporté la palme l’an dernier.

Prix Albéric-Bourgeois

Récompensant le meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur québécois (scénariste ou illustrateur), le Prix Albéric-Bourgeois retient lui aussi l’attention avec plusieurs grands noms. Sans surprise, on y trouve Un bonheur presque parfait (Dupuis), septième tome des Nombrils par Delaf et Dubuc, tout comme À tombeau ouvert, troisième tome de La colère de Fantômas (Dargaud) d’Olivier Bocquet et Julie Rocheleau. Soulignons que Rocheleau, également finaliste au Grand Prix de la Ville de Québec, a déjà remporté le Prix Albéric-Bourgeois en 2014 et 2015 pour les deux précédents volumes de La colère de Fantômas. Enfin, le deuxième tome de Broadway : une rue en Amérique (Quadrants) par Djief complète la sélection. Cette série avait d’ailleurs été remarquée en 2015, puisque le premier volume de Broadway était également en lice l’an dernier.

Bédéis Causa 2016 : le meilleur de la BD québécoise
Mosaïque des albums en compétition
Image : courtoisie du Festival de la BD francophone de Québec

La relève

Attribué à un jeune auteur, le Prix Réal-Fillion vise à souligner le travail d’un illustrateur ou d’un scénariste québécois s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel. Cette année, trois noms sont à retenir : Valérie Amiraux pour Salomé et les hommes en noir (Bayard), Mat Ordog pour Les pieds palmés T.1 : « Les terres arides » (Michel Quintin) et Grégoire Normand – également finaliste au Grand Prix de la Ville de Québec – pour La Petite Patrie (La Pastèque).

La remise des prix Bédéis Causa aura lieu le 16 avril prochain, dans le cadre du Festival de la BD francophone de Québec. La cérémonie sera également l’occasion de remettre le Prix Maurice-Petitdidier (Coup de cœur du jury pour un album francophone publié à l’étranger), le Prix traduction, ainsi que le Prix Albert-Chartier, décerné en hommage à un organisme ou un individu ayant marqué la BD au Québec. En 2015, ce prix a été décerné à l’éditeur montréalais Drawn and Quarterly.

Jacques Hurtubise
Photo : Le Bédénaute

Hommage à Jacques Hurtubise

Pour cette 29e édition, le Festival a tenu à rendre hommage à Jacques Hurtubise, décédé en décembre 2015. Décerné en collaboration avec Brouillard Communication, le Prix Jacques-Hurtubise récompensera un auteur émergent en lui versant une bourse de 1000 CAN $ visant à l’aider à mener à terme un projet déjà en chantier de publication en autoédition. Le lauréat sera également exposé lors de la prochaine édition du FBDFQ.

Le Prix Jacques-Hurtubise étant décerné sur dépôt de candidatures, les candidats sont invités à soumettre leur projet avant le 1er avril 2016.

Co-fondateur du magazine Croc et auteur du Sombre Vilain (sous le pseudonyme Zyx), Jacques Hurtubise demeure une figure marquante de l’histoire de la BD québécoise.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :