Bénédicte Moret : " Au début, ce fut un parcours du combattant que de réduire nos déchets "

23 mars 2020 0 commentaire
  • Après avoir publié trois albums de sa série "La Famille (presque) zéro déchet", Bénédicte Moret a rejoint cette année les éditions du Lombard chez qui elle nous propose la suite de ses aventures familiales, loufoques et écologiques. Rencontre.
Bénédicte Moret : " Au début, ce fut un parcours du combattant que de réduire nos déchets "
Ze Journal de la Famille (presque) zéro déchet
Bénédicte Moret © Le Lombard

Comment est né le projet de la Famille (presque) zéro déchet ?

Bénédicte Moret : Le projet est né il y a six ans. À l’époque, mon époux Jérémy et moi bossions déjà dans l’écologie. Lui était directeur associatif/coordinateur de projet et moi je suis illustratrice et dessinatrice de formation mais j’ai toujours allié mon métier avec mes convictions. J’ai travaillé avec la fondation de Nicolas Hulot et plein d’autres associations environnementales.

Mon époux et moi avons toujours collaboré ensemble mais, il y a six ans, nous nous sommes retrouvés sans projet. Au lieu de ne rien faire, nous avons eu l’idée de lancer un projet personnel qui nous sortirait de notre zone de confort. C’était l’occasion de vivre une aventure familiale dans laquelle nous serions totalement libres artistiquement, sans patron pour nous dire quoi faire. Ce serait juste pour notre gueule.

Nous avons alors eu l’idée de vivre un an sans déchets car cette problématique nous a toujours intéressés. Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure en ouvrant un blog puis en publiant un livre. Mais nous nous sommes très rapidement rendus compte de la difficulté de faire du zéro déchet au quotidien. Nous avons donc changé notre nom : nous sommes passé de la “Famille zéro déchet” à la “Famille (presque) zéro déchet”. Ce changement de nom a été salutaire car notre démarche apparaissait du coup moins radicale. Ainsi, les gens ont pu s’identifier à nous et s’approprier notre démarche. Aujourd’hui, nous avons atteint notre objectif de ne produire qu’un seul litre de déchets par an !

Pourriez-vous nous expliquer votre méthode pour produire moins de déchets ?

La première étape c’est d’analyser sa poubelle. Dans notre cas, nous nous sommes aperçus que la grande majorité de nos déchets viennent de l’agroalimentaire. Donc, nous avons déserté les grandes surfaces au profit des commerces de proximité. Nous avons réinventé notre manière de consommer. Nous avons banni les sacs en plastique au profit des cabas et des caddies. Bref, nous avons repris les habitudes de nos grands parents et c’est ce que les commerçants dans les marchés nous disent : « avant, c’était comme ça ». C’est un renouveau !

Ensuite, il faut d’abord éduquer ses enfants dans ce sens, si on en a. Il faut leur inculquer de bonnes habitudes. Par exemple, nous avons acheté des pailles en inox à nos enfants, des pailles dorées qui sont très belles ! Du coup, ils ont envie de les utiliser et lorsque nous allons en famille boire un verre dans un café, ils demandent systématiquement une menthe à l’eau sans paille. Ainsi, ce genre de petites habitudes deviennent attractives pour eux car ils ont de beaux objets réutilisables. Nous les avons habitués graduellement en leur proposant pleins de petits défis du quotidien pour réduire leurs déchets.

Une dernière astuce pour réduire les emballages : utilisez des bocaux ! Nous avons acheté pleins de bocaux en verre et personnellement, je dois avouer que j’adore mes bocaux ! J’ai d’ailleurs demandé à mon père de me construire un meuble sur-mesure pour que je puisse ranger tous mes bocaux dans la cuisine.

Ensuite, je suis partie à la recherche d’aliments vendus sans emballage. Aujourd’hui, le commerce en vrac est tendance mais à l’époque, c’était un vrai parcours du combattant que de trouver des aliments vendus sans emballage.

Autre exemple : le shampoing solide n’existait pas il y a six ans, j’ai donc dû faire mon shampoing moi-même et je peux vous dire que j’ai galéré ! Appliquer nos idées au quotidien fut un vrai défi mais nous nous sommes accrochés. Aujourd’hui, c’est devenu super simplen et c’est tant mieux !

Étant donné que vous aviez débuté votre projet sur un blog, pourquoi éditer des livres ? Cela crée aussi du déchet, vous dirait un détracteur.

Contrairement aux idées reçues, le numérique pollue beaucoup ! De plus, nos livres sont imprimés sur du papier recyclé et l’encre utilisée est végétale. Ils ne sont pas imprimés à l’autre bout du monde. Surtout, un livre ce n’est pas un déchet ! Un livre, c’est un objet que l’on lit, que l’on partage au sein de sa famille ou que l’on prête à nos amis. Un livre a une grande valeur pédagogique et si nous arrivons à convaincre ne fut-ce que dix personnes d’appliquer notre méthode, ce sera déjà une victoire !

Vous mettez votre propre famille en scène dans cette BD, pourquoi ?

À la base, j’avais un précédent projet dans lequel je mettais ma famille en scène. Vous savez, je travaille de chez moi et mon environnement est ma première source d’inspiration. Mais je n’ai jamais concrétisé ce projet. Par contre, je suis parti de la même démarche pour raconter notre aventure contre les déchets. Les 3/4 des choses que je raconte dans le livre sont arrivées, soit à ma famille, soit à des amis.

Avez-vous d’autres projets d’albums sur la Famille (presque) zéro déchet ?

J’ai deux projets dans l’univers de la Famille (presque) zéro déchet. Le premier projet concerne les chats présents dans nos BD ! Les chats ont gagné une identité dans cet album paru au Lombard, qu’ils n’avaient pas dans mes bouquins précédents. Ce n’était pas quelque chose de planifié mais du coup, j’ai envie d’exploiter leur potentiel narratif.

Le second projet se situera dans l’univers des enfants de la Famille (presque) zéro déchet. Ils adorent des super-héros « zéro déchet » dont un en particulier, le personnage de Slipman. Ma BD racontera l’enfance de Slipman et son parcours initiatique pour devenir un super-héros pro de l’écologie.

Ze Journal de la Famille (presque) zéro déchet
Bénédicte Moret © Le Lombard

Voir en ligne : Découvrez cette série sur le site des éditions du Lombard

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

En médaillon : Bénédicte Moret à la Foire du Livre de Bruxelles 2020
Photo : Christian Missia Dio

Ze Journal de la Famille (presque) zéro déchet, par Bénédicte Moret, éditions du Lombard. Album paru le 7 Février 2020. 152 pages, 19,99 euros.

- Commander cet album sur Amazon ou à la FNAC

Suivez Bénédicte Moret sur Facebook , Instagram et son blog

  Un commentaire ?