Concrete Tome 1 : Étrange Armure - Paul Chadwick - Semic Books

9 octobre 2004 1 commentaire
  • Après une tentative avortée voilà quelques années, l'excellente série {Concrete} débarque pour de bon dans nos bacs. Ne vous laissez pas abuser... Il s'agit de bien plus que d'une énième histoire d'enlèvement extraterrestre.

De Dazzler à Concrete

Paul Chadwick, créateur au milieu des années 80 du personnage éponyme, est malheureusement très peu connu en France. Il n’a jamais travaillé longtemps sur un personnage de superhéros, et il a même pendant un moment quitté l’industrie des comics pour travailler dans l’illustration ou le cinéma.
Concrete Tome 1 : Étrange Armure - Paul Chadwick - Semic BooksAprès quelques travaux pour un petit éditeur indépendant, Chadwick dessine en 1985 les derniers numéros de la série Marvel Dazzler, dont le titre (« Celle qui éblouit ») était, il faut le dire, assez trompeur... Mais son dessin tranche par son réalisme et, déjà, son refus du mélodrame, pourtant l’un des piliers des comics de superhéros. Cela expliquant peut-être son peu de présence dans ce genre.
Plus récemment, Chadwick a eu l’occasion de travailler en 1999 sur Dr Strange (une mini-série traduite en France en 2000 dans le magazine Marvel Knights pour laquelle il a assuré en partie les dessins) ou en 2000 sur la série d’Alan Moore Tom Strong, pour une courte mais jolie histoire prenant place dans la jungle amazonienne - comme d’habitude, Moore choisit une histoire adaptée à son collaborateur.
En 2003, Chadwick dessine un numéro spécial de Star Wars montrant le début de la relation amoureuse entre la princesse Leia et Han Solo, et en 2003, scénarise une histoire d’une des séries de cet univers foisonnant.
La même année, il dessine également deux numéros de la série Y, The Last Man (en VF Y, Le Dernier Homme, la traduction venant de commencer chez Sémic).
Parmi tous ses travaux hors Concrete, on peut regretter qu’aucun éditeur français n’ait jugé bon de traduire Gifts of the Night, une excellente mini-série de 1998 qu’il a écrite pour Vertigo, la collection adulte de DC. John Bolton, le dessinateur, est alors au sommet de son art, et cette sombre histoire totalement réaliste prenant place dans un passé moyenâgeux mériterait de sortir de l’oubli dans lequel elle est tombée.
Également inédites en France, 3 histoires courtes dans l’univers de Matrix ont été réalisées. Elles sont disponibles en ligne et en VO, , et .
Une planche de The World BelowPour clore ce rapide tour d’horizon de la carrière BD de Paul Chadwick, signalons sa tentative de lancer chez Dark Horse en 1999 une série de SF, The World Below (Le Monde d’En-Dessous), qu’il scénarisait et dessinait. Mettant en scène un groupe d’explorateurs partis à la découverte d’un mystérieux monde souterrain, cette série rendait manifestement hommage à la SF d’antan, dans une perspective résolument moderne. Le public n’a malheureusement pas suivi.
Tous les scénarios de Chadwick sont la preuve de son intelligence et de son humanisme, et son graphisme est toujours riche et élégant. Mais c’est sans aucun doute sur Concrete, la série dans laquelle il a mis le plus de lui-même, que ces qualités se combinent le mieux.

De pierre et de coeur

Un extrait d'une histoire courte de 1994.
En 1986 paraît donc dans une anthologie défunte la première histoire de Concrete. Chadwick décidait alors de nous plonger en 8 pages noir & blanc dans la vie de son personnage sans expliquer pour le moment d’où venait cet homme de pierre. Il continuera jusqu’à aujourd’hui à publier de nombreuses histoires courtes, alors que parallèlement, il lancera en 1987 une série de comics également en noir et blanc, qui sera remplacée à partir de 1991 par des mini-séries en couleur.

Sémic a en fait décidé de commencer la publication en France par Strange Armor (Étrange Armure), la 4ème de ces mini-séries, datant de 1997 et qui reprend l’origine du personnage révélée des années auparavant, pour la développer sensiblement.
Ron Lithgow est un homme timide et un peu timoré qui écrit des discours pour un sénateur américain. Depuis sa jeunesse, il est fasciné par les grands aventuriers de la trempe de Burton ou Heyerdahl, mais il ne les a accompagnés que par les livres. Quand il se retrouve victime d’un enlèvement extraterrestre, son cerveau placé dans un corps de pierre, il réussit à s’échapper en laissant pour mort un ami à lui qui avait subi le même sort, et reprend contact avec le sénateur qui le croyait disparu. Récupéré par le gouvernement, il comprendra vite qu’il est l’objet de convoitises de la part de diverses organisations, certaines peu recommendables. Cette première partie de l’histoire, qui n’est finalement pas très originale, laisse tout de même Chadwick mettre en place ce qui est l’une des forces de la série : une focalisation sur les rapports humains, des portraits attachants et crédibles, et des péripéties qui ne semblent jamais gratuites.

Concrete et Maureen, une page d’Étrange Armure


Un autre aspect important réside dans l’introspection du personnage principal. Son corps peut être de pierre (encore que son nom signifie « béton »), mais son esprit est bien celui d’un homme qui rêvait d’aventures sans oser les vivre. La façon dont il échappera à l’influence du gouvernement et le chemin qui le mènera à l’acceptation de son nouvel état constituent le coeur de l’ouvrage. La rencontre avec Maureen Vonnegut, une belle scientifique chargée de son étude, participera d’ailleurs de la prise en main de sa propre vie. Chadwick présente avec beaucoup de finesse le béguin qu’éprouve immédiatement cet homme pour qui les relations amoureuses, déjà difficiles auparavant, sont désormais impossibles. Cette scientifique est un beau personnage qui prendra une importance considérable dans la série. Face à un Concrete plongé dans ses rêves et ses fantasmes, Maureen apportera une perspective pratique qui lui remettra souvent les pieds sur terre.
On retrouvera Maureen dans la plupart des autres histoires de Concrete, dont on peut espérer une traduction future. Concrete réalise alors certains des rêves de Ron Lithgow, comme celui de voyager dans des contrées éloignées, et Chadwick met toujours l’accent sur les relations entre les personnages, récurrents ou de passage.

La narration graphique de Chadwick et son trait fin et sensible sont à la hauteur de ses scénarios. Au fil des ans, il a développé un style illustratif qu’il met au service d’une narration sobre et solide qui se permet quelques effets comme ces frises qui ornent certaines pages (voir la page ci-dessus). L’un de ses points forts, en dehors du langage corporel de ses personnages (même de Concrete !), est la peinture de la nature, qu’il affectionne en écologiste convaincu. Certaines des belles aquarelles incluses dans le volume français en témoignent d’ailleurs. Car Chadwick est aussi un illustrateur accompli (il a réalisé lui-même la superbe peinture de couverture), et cela se ressent dans son travail d’auteur de BD.

Paul Chadwick est donc un auteur complet, qui met de ses convictions dans ses travaux personnels. D’ailleurs, cette idée d’un homme dont le cerveau est emprisonné dans un corps de pierre vient d’un rêve récurrent dans lequel Chadwick se retrouvait bien au chaud dans une gangue de pierre. Les aspects métaphoriques de son personnage sont d’ailleurs importants : le sentiment d’isolation que ressent Ron Lithgow (son nouveau corps ne possède ni toucher ni odorat) est une belle image de la solitude de chaque être humain, et son côté introspectif ne fait que renforcer cela.
La série peut donc se lire comme un conte philosophique dans lequel un être extraordinaire est plongé dans des situations (presque) ordinaires. Ce personnage profondément humaniste est une vision déformée de nous-mêmes, comme un miroir de pierre dans lequel se reflètent nos peurs, nos insécurités, mais aussi nos rêves et nos espoirs.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Paul Chadwick n’a pas de site, mais un fan lui en consacre un très bien fait.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • > Concrete Tome 1 : Étrange Armure - Paul Chadwick - Semic Books
    19 octobre 2004 18:30, par François Peneaud

    Nous avions noté dans l’article que Paul Chadwick avait déjà réalisé trois courtes BD se passant dans l’univers de Matrix.
    Il vient d’être annoncé que Chadwick écrit le scénario de The Matrix Online, un grand jeu multi-joueurs en ligne qui va être lancé en janvier.
    L’histoire se déroulera à la suite de la trilogie et fait partie du "canon" de la série, puisqu’elle est suivie de très près par les frères Wachowski.

    Source : Newsarama.

    Répondre à ce message