De Père en FIV – Par William Roy – La boîte à bulles

4 juillet 2014 0 commentaire
  • Oligoasthénotératozoospermie : sous ce nom barbare à rallonge se cache l’impossibilité, ou presque, pour Guillaume Leroy d’avoir des enfants. Pour son premier album, William Roy décrit avec justesse et humour le pénible processus de la FIV, ou Fécondation In Vitro.
De Père en FIV – Par William Roy – La boîte à bulles
De père en FIV – Par William Roy ©La boîte à bulles2014

Guillaume Leroy, la trentaine, a une vie bien chouette. Un appart sympa, un couple stable et un boulot qui lui plaît.

Avec la maturité, vient l’envie de paternité (et de maternité). Après deux ans de tentatives infructueuses, Guillaume et son épouse décident de passer des examens. La réponse tombe, cinglante : Guillaume souffre d’oligoasthénotératozoospermie… Il n’est pas tout à fait stérile mais c’est tout comme. En tout état de cause, le problème, c’est lui.

Vient alors l’heure des questions, des remises en cause… l’espoir est peut-être dans le « presque » stérile, qui veut dire pas « complètement ». Le couple prend alors la décision de tenter une FIV.

Premier album hautement biographique, « De père en F.I.V. » est une chronique du quotidien, simple, honnête et touchante. Cet album parle à cette génération de trentenaires qui voient leurs couples devenir trio, ou a contrario, les amis dont le compteur reste cruellement bloqué à zéro dans la mise en route d’une progéniture. William Roy arrive brillamment à sortir de ce carcan narratif presque naturel.

Par son humour tout d’abord. Le personnage de Guillaume Leroy tourne ce qu’il peut en dérision comme une carapace protectrice face à la lourdeur et aux atteintes à la pudeur inhérentes au processus. William Roy affronte les explications techniques en faisant intervenir une sorte d’émule du professeur de la Rubrique-à-brac de Gotlib…. Il n’y a pas mieux pour vulgariser les concepts scientifiques. C’est drôle, frais, frontal, vulgarisant sans jamais tomber dans la vulgarité. Exercice difficile mais parfaitement exécuté.

Ensuite, par la mise à nu dont l’auteur fait preuve dans la description du cheminement, de ses angoisses et sur la façon dont son couple traverse cette épreuve. Celle-ci est simple et touchante, l’élégance générale du récit fait mouche.

Graphiquement, le trait reste très classique voire un peu figé par moment. En revanche, l’auteur fait preuve d’un sens du cadre et du découpage original, inventif et particulièrement réussi. William Roy est aussi monteur et réalisateur, et son approche de la mise en scène mérite une mention spéciale.

Ce roman graphique de 150 pages est touchant, drôle, et même instructif (je ne sais pas vous, mais moi je ne savais pas ce que oligoasthénotératozoospermie voulait dire avant ce livre). Il parlera évidemment surtout aux jeunes (et moins jeunes) parents dans la mesure où certains messages, certaines angoisses ont peu de chances de trouver écho chez des lecteurs plus jeunes. Mais pour les premiers, il le fait à merveille.

Une très belle explication de qu’est-ce que c’est donc que l’oligoasthénotératozoospermie
De père en FIV – Par William Roy ©La boîte à bulles2014

(par Gallien Chanalet-Quercy)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?