De "Violent Cases" à "Sandman" : Neil Gaiman et Dave McKean mis à l’honneur

20 janvier 2017 0 commentaire
  • Trois ouvrages récents viennent rendre hommage au splendide travail effectué ces dernières décennies par le tandem composé du scénariste Neil Gaiman et du dessinateur Dave McKean. Depuis leurs débuts ensemble sur "Violent Cases", qui profite là d'une belle édition, jusqu'à Sandman et ses origines. Des origines que l'on découvre avec "Ouverture", dont l'illustrateur a une fois encore signé les couvertures, comme en témoigne un imposant artbook.

C’est bien avant Sandman que Neil Gaiman et Dave McKean débutèrent leur collaboration, alors que tous deux émergeait de la scène BD britannique. C’est ce que nous raconte l’éminent Paul Gravett dans la préface à Violent Cases, cette première œuvre des deux artistes dont Urban Comics offre une belle édition dans sa collection prestige "Urban Graphic".

De "Violent Cases" à "Sandman" : Neil Gaiman et Dave McKean mis à l'honneur

Nous sommes en 1987, à un moment particulièrement charnière de l’histoire du comics. L’année précédente a vu paraître The Dark Knights Returns de Frank Miller et Watchmen d’Alan Moore tandis que débutait Maus d’Art Spiegelman. C’est aussi l’année où sera publié Batman : Year One. Le "Graphic Novel" est en train de se faire une place réelle dans le paysage du comics sous la houlette de quelques noms qui marqueront de leur empreinte les décennies suivantes.

Et au fond, Neil Gaiman et Dave McKean sont de ceux-là et c’est avec Violent Cases, initialement préfacé par Alan Moore, qu’ils prennent ce train à peine lancé. On est là face à un travail autant expérimental que matriciel, aussi troublant que puissant. Récit à la première personne, saturé par une narration qui s’affirme comme littéraire, à la manière d’une nouvelle strictement transposée, le volume déploie l’art graphique du dessinateur qui ne cesse de varier technique, trait et composition tout en ménageant une cohérence impressionnante. Indéniablement, il se passe quelque chose, que le lecteur ressent confusément.

Violent Cases, ou l’étrange histoire d’un petit garçon qui se fait remettre son bras, démis par son père, par l’ostéopathe d’Al Capone
© Neil Gaiman / Dave McKean

Plus tard, Dave McKean se distingue en dessinant Arkham Asylum, scénarisé par Grant Morrison tandis que Neil Gaiman se lance dans sa saga désormais culte : Sandman. Nous sommes en 1989. Et si les dessinateurs varient au fil de la réalisation de l’œuvre, la continuité repose sur les couvertures de la série, elles toujours réalisées par son complice Dave McKean.

De 1989 à 1996 - période de la série principale de Sandman - puis de 1997 à aujourd’hui, voilà près de trente ans de collaboration autour d’un objet unique que compile le magnifique artbook Sandman - Les Couvertures de Dave McKean. Un copieux volume de plus de 400 pages qui retrace l’historique de la saga par le biais du travail de son illustrateur particulier. Non seulement une autre manière d’aborder Sandman, mais surtout une façon de rendre justice à l’art de Dave McKean.

Sandman n°17, acrylique, encre et plumes de paon, 1990.
© Dave McKean / DC Comics

Et si le volume couvre même une production toute contemporaine, c’est que Neil Gaiman a très récemment offert à ses lecteurs un récit complet se situant juste avant la série principale et élucidant certains éléments à partir desquels s’était déployée l’aventure de Rêve. C’est Ouverture, initialement paru entre 2013 et 2015.

On y retrouve nombre de protagonistes de la saga, à commencer par les Éternels dont Rêve. Qui se lance dans une quête visant à retrouver ses parents, le Temps et la Nuit. Un beau récit, poétique et métaphysique, qui ravira les fans de l’univers de Sandman, à n’en pas douter. D’autant que le dessin de J. H. Williams III s’avère somptueux, et témoigne d’un esthétisme léché, à la hauteur des ambitions de la série. On y trouve notamment des planches qui se déplient pour former de vastes et sidérantes fresques.

Le volume s’achève par un gros dossier proposant des entretiens des auteurs - au nombre desquels il faut aussi compter le coloriste Dave Stewart -, différents textes de Neil Gaiman et une mise en scène du processus artistique allant du dessin au lettrage en passant par la couleur. Des compléments passionnants loin d’être anecdotiques.

Ainsi, avec Violent Cases, Les Couvertures de Sandman et Ouverture, Urban Comics célèbre de belle façon ces deux grands artistes que sont Neil Gaiman et Dave McKean.

Retrouvailles avec sa mère
© DC Comics

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander Violent Cases chez Amazon ou à la FNAC
- Commander Sandman - Ouverture chez Amazon ou à la FNAC
- Commander Sandman - Les Couvertures par Dave McKean chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?