Descender T1 - Par Jeff Lemire et Dustin Nguyen - Urban Comics

27 février 2016 0 commentaire
  • Dans un univers futuriste qui se remet à peine d'une gigantesque catastrophe s'éveille un petit robot qui se révèle la clef, à l'échelle de ce monde, du savoir, et du pouvoir. Jouant des rapports entre l'homme et la machine, ce Descender s'annonce prometteur, mêlant à l'action et à l'anticipation une certaine dose de poésie et de métaphysique.

L’espace conquis, le monde fonctionne autour d’un équilibre entre neuf grandes puissances planétaires. Et les robots, à la technologie extraordinairement développée, servent les vivants. Jusqu’au jour où d’immenses machines, de la taille d’astres stellaires, n’apparaissent subitement et ne sèment la mort et le chaos avant de disparaître aussi mystérieusement qu’elles s’étaient manifestées.

Depuis, dix ans ont passé. Et l’entente entre les peuples et civilisations a fait place à l’intrigue et à la méfiance. Surtout, chacun craint le retour de ces montres dont on ne sait toujours rien, ni des origines, ni des intentions. Le déchiffrement de certaines données a cependant permis d’identifier des similitudes entre ces créatures, surnommées les "moissonneurs", et un modèle de robot de compagnie pour enfant.

Mais, alors qu’on croyait tous les exemplaires de ce modèle détruits à la suite de pogroms contre les machines, l’un d’eux, endormi depuis des années, se réveille. Rapidement repéré par les différentes factions qui se disputent le pouvoir sur les ruines de l’ancien empire galactique, Tim - c’est le nom de cet androïde à visage d’enfant - devient le centre d’une lutte sans merci à l’échelle de l’univers.

Descender T1 - Par Jeff Lemire et Dustin Nguyen - Urban Comics
Apparition d’un Moissonneur, à l’orée de l’espace
Descender T1 © Jeff Lemire & Dustin Nguyen

Voyage aux confins des étoiles, dans un univers rongé par la peur, la tromperie et l’intolérance, Descender s’impose d’emblée par le caractère touchant de la situation posée, par les thématiques complexes qu’il aborde et développe habilement, et par la qualité du dessin de Dustin Nguyen.

Première menace : des mercenaires peu amènes...
Descender T1 © Jeff Lemire & Dustin Nguyen

On pourra sans doute trouver parfois un peu fade, ou banale, l’équipe de personnages accompagnant Tim dans cette quête qui pour l’heure le dépasse complètement. Mais la construction de ce personnage de robot se distingue par une finesse qui l’inscrit dans la tradition des beaux personnages d’Intelligence Artificielle.

L’intrigue, quant à elle, se déploie à la manière d’une enquête policière à échelle galactique. Et les mystères qu’elle brasse charrient leur lot de révélations surprenantes et proprement captivantes. Surtout, comme souvent avec les grands récits de Science-Fiction, c’est in fine la nature humaine qui se trouve explorée et questionnée, les travers des personnages et sociétés dépeints constituant le reflet de nos propres errements.

Dans ce registre, Jeff Lemire, à qui l’on doit les poétiques et métaphysiques Trillium et Sweet Tooth, se montre juste et habile dans son discours et dans sa narration. D’autant qu’il est bien aidé par le dessin et la couleur d’un Dustin Nguyen, dont on a pu récemment découvrir le Little Gotham, au sommet de son art.

Heureuse conjugaison de deux talents du comics, Descender s’affirme comme un nouvelle série prometteuse dont on a déjà hâte de découvrir la suite.

Tim découvre ce qui s’est passé durant ses dix années de sommeil
Descender T1 © Jeff Lemire & Dustin Nguyen

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Descender T1 : "Étoiles de métal". Par Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (dessin et couleur). Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection Urban Indies. Sortie le 29 janvier 2016. 10 euros.

Commander Descender T1 chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?