Die T. 2 – Par Kieron Gillen, Stéphanie Hans & Clayton Cowles – Panini Comics

13 janvier 2021 0 commentaire
  • 30 ans après, cinq amis se retrouvent à nouveau prisonniers d’un jeu de rôle d’Heroic Fantasy… mais ils ne sont visiblement pas d’accord sur le fait d’en partir ou d’y rester définitivement.

Suite directe du premier tome, ce nouvel album nous replonge dans l’univers d’Heroic Fantasy où sont à nouveau prisonniers Ash et ses amis. Nous avions quitté le groupe alors qu’il venait d’éclater, suite à la destruction de l’une des plus grandes cités de ce monde virtuel, un anéantissement qu’ils avaient eux-mêmes provoqué afin de s’enfuir initialement de ce monde.

Ce deuxième tome continue d’offrir une épaisseur certaine à cet univers, le scénariste Kieron Gillen parvenant à l’inscrire contre toute attente dans… la continuité de la littérature anglaise du XIXe siècle ! Au-delà de l’arrivée des emblématiques vampires qui sont associés à cette période, c’est la carte du romantisme littéraire de ce siècle qui va surtout jouer dans ces épisodes.

Si nous avons apprécié la profondeur, inattendue, que prend cet univers de fiction dans cet album, nous n’avons malheureusement pas été captivés par l’intrigue. En effet, au-delà de l’objectif initial visant à retourner dans le monde réel pour nos héros, rien de bien nouveau. C’est essentiellement dans l’écriture des personnages que réside l’intérêt de l’album à nos yeux.

Die T. 2 – Par Kieron Gillen, Stéphanie Hans & Clayton Cowles – Panini Comics
Dans une ville ravagée (à cause d’eux !), la dictatrice Ash et le chevalier triste Matt semblent à court d’options pour retourner dans le monde réel...
© Kieron Gillen Limited & Stéphanie Hans Studio.
© Panini Comics

Comme pressenti lors du premier tome, et comme espéré de la part de Kieron Gillen, l’écriture des personnages se révèle dans ce second tome fine et intéressante. Multipliant les révélations sur le passé des personnages dans cet univers fictif, le scénariste parvient à dégager de multiples thématiques, là encore inattendues. Ainsi, le personnage d’Ash, un homme dans le monde réel et une femme dans la fiction, est au centre d’enjeux intrigants et de thèmes bien sentis.

Les autres héros ne sont pas en reste : par exemple, à travers eux, le scénariste aborde des thèmes très variés comme la pratique du crunch dans l’industrie vidéoludique [1] ou du respect dans la séduction contemporaine.

Ce second tome de Die peut aussi compter sur les belles planches de la dessinatrice Stéphanie Hans qui continue de donner une jolie contenance à cet univers. Dans l’ensemble, ce tome nous a davantage convaincu que le premier, grâce des développements inattendus et intéressants de la galerie proposée de personnages. En l’état, la série Die mérite assurément le coup d’œil et nous sommes curieux de lire les nouveaux développements que réserve Kieron Gillen à ses protagonistes.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Die T.2 : Scission. Par Kieron Gillen (scénario), Stéphanie Hans (dessins) et Clayton Cowles (lettrage version originale). Traduction de Makma/Mathieu Auverdin. Panini Comics. Sortie le 2 décembre 2020. 160 pages. 20,00 Euros.

[1Pratique, de plus en plus décriée, consistant pour les éditeurs de jeux vidéo à multiplier les heures supplémentaires pour les salariés à l’approche de la date de sortie annoncée d’un jeu, ce dans des conditions de travail souvent peu enviables. Voici un lien vers un article d’un site spécialisé si vous souhaitez davantage connaître ce sujet.

  Un commentaire ?