Dofus Monster : Sphincter Cell - Par Fako, Faouz.b & CyclöpHead - Ankama Editions

6 septembre 2013 0 commentaire
  • Dans les égouts, le maître en arts martiaux Sphincter Cell prend sous son aile deux jeunes rats pour venger leurs semblables d'un infâme crocodile géant, aidé de quatre tortues. Bienvenue dans une version underground d'une célèbre licence, mais pas que...

Dans les galeries souterraines de la cité Bonta, un guerrier solitaire ne va pas tarder à faire parler de lui. Son nom : Sphincter Cell. Ayant échappé de peu à la mort suite à son combat avec le saurien Ali Grothor, notre héros prend sous son aile deux jeunes rats et entreprend de leur apprendre l’art de la calligraphie.

De leur côté, deux mercenaires roublards sont envoyés par un collectionneur d’art à la recherche de pierre peinte à l’effigie du roi des crocos. La guerre entre les sauriens et les rats réduits en esclavage est imminente.

En lisant ces lignes, les connaisseurs de l’univers de Dofus savent que toute ressemblance avec des autres univers existants n’est absolument pas fortuite. On retrouve donc pelle-mêle des références aux Tortues Ninja, au jeu vidéo Splinter Cell, mais aussi à Jabba the Hutt de Star Wars. Les jeux de mots plus ou moins foireux rivalisent de crétinerie, dans la pure tradition de l’univers originel orchestré par le scénariste Tot.

Dans une histoire suivant le principe des shonen mangas, le héros Sphincter Cell essaie ici d’inculquer à ses deux disciples les notions de maîtrise de soi, d’explosivité, et de patience. Gare à celui qui échoue, car la punition… met à mal la dignité des deux apprentis.

Dofus Monster : Sphincter Cell - Par Fako, Faouz.b & CyclöpHead - Ankama Editions
©CyclöpHead/Ankama Editions

Le scénario de Fako et Faouz.b, mettant en scène le soulèvement d’un peuple opprimé, privilégie surtout les combats, et met l’accent sur trois groupes de personnages amenés à se rencontrer dans un final explosif. Ce nouvel épisode de la série Dofus Monster (chaque tome est consacré à un monstre issu de l’univers Dofus) s’attarde sur un personnage déjà apparu dans le manga Dofus, et à l’instar des précédents tomes, pousse le lecteur à revoir son jugement sur une créature qu’il croyait connaître en développant son passé. Ici, le méchant rat d’égout se révèle en guide protecteur et bienveillant de ses semblables, habité par de nobles motivations.

Mais c’est surtout le dessin de CyclöpHead qui remporte l’adhésion, utilisant des noirs très puissants pour décrire l’ambiance obscure et moite des égouts. La maîtrise du noir et blanc, la précision de son trait épais et anguleux, cohabitant avec un refus quasi-systématique des zones de gris, donnent un rendu à la fois underground et magnifique à ses planches.

Définitivement dans le top 3 des meilleurs Dofus Monsters.

©CyclöpHead/Ankama Editions

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?