Double Masque - T1 : La Torpille - par Dufaux & Jamar - Dargaud

17 septembre 2004 0 commentaire
  • {{Dufaux}} & {{Jamar}} avaient signé le bouleversant parcours d'adolescents dont le quotidien fut chamboulé par un personnage aux contours aussi noirs que ses desseins : la mort ! Leur album, {Les Voleurs d'Empire}, se distinguait par une ambiance particulièrement noire, mais fort heureusement contrebalancé par la présence des personnages de Madeleine & Anaïs, deux héroïnes fort attachantes... Ce duo d'auteur nous revient aujourd'hui avec une nouvelle série, "Double Masque".

En 1802, Bonaparte vient d’être proclamé premier consul. Il ordonne aussitôt qu’on lui amène un homme. François, surnommé « la Torpille », vient d’être pris en flagrant délit d’escroquerie. A sa grande surprise, il est mené dans les bureaux du premier consul.

Bonaparte lui confie une mission délicate : retrouver le nécessaire de voyage que lui a dérobé une prostituée du nom d’Opale. L’objet dissimule un secret qui ne peut être divulgué. La belle avait un puissant commanditaire : furieux d’avoir été démis de ses fonctions de ministre de la police, Fouché a payé très cher pour qu’elle lui ramène l’intrigant objet. Hélas, pour l’heure, autant pour lui que pour son rival, Opale demeure introuvable.

Flairant une affaire d’Etat d’extrême importance, « la Torpille » a, de son côté, entrepris d’enquêter pour son propre compte. L’intrique est en place, l’aventure peut commencer.

Jean Dufaux excelle une fois de plus dans la réinvention de l’histoire en s’inspirant de personnalités historiques pour nourrir son récit. Le personnage de « La Torpille » n’est d’ailleurs pas sans rappeller Giacomo C. Les larcins de ce personnage sont souvent vecteurs de situations cocasses qui séduiront le lecteur. Fidèle à lui-même, Jean Dufaux a incorporé une légère touche de fantastique à cette nouvelle série.

Le dessinateur Martin Jamar a légèrement simplifié son graphisme pour l’occasion. Véritable orfèvre du détail, il n’hésite pas à dessiner Paris sous des plans audacieux. Ce dessinateur est autodidacte se détache des influences de ses pairs. Son style, par conséquent, attrape un charme particulier.

Les auteurs nous le promettent : le prochain tome conclura l’intrigue et devrait sortir d’ici seulement quelques mois. Martin Jamar s’attelle aujourd’hui aux premières planches d’un troisième album...

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?