Et vient la nuit - Par Travis Rommereim - Zine Panique

22 octobre 2019 0 commentaire
  • De nouveaux venus dans l'édition de bande dessinée alternative ! C'est toujours une bonne nouvelle, car c'est la garantie de faire quelques découvertes, sans que la concurrence en soit démultipliée. En l'occurrence, Zine Panique commence tranquillement et peut donc être qualifié de « micro-éditeur ». Avec comme entrée en matière la traduction d'un auteur américain méconnu.

Pour le moment, Zine Panique, c’est un site de vente en ligne, un compte Instagram et surtout un livre, traduction d’une bande dessinée étrange d’un dessinateur nord-américain. Rien de plus, mais il faut bien débuter ! Le tout est de se lancer. Le travail, forcément artisanal, et la passion, évidemment chevillée au corps, devraient faire le reste. Yann Deplanque est le maître d’œuvre de ce projet, se faisant pour l’occasion éditeur et traducteur.

Le premier ouvrage publié par Zine Panique - une référence à l’ « anti-mouvement » de Jodorowsky, Topor et leurs compères ? - est assez modeste par sa pagination et sa fabrication, mais est inédit en France. Et vient la nuit est la traduction de Night Time de Travis Rommereim, dessinateur adepte de l’auto-édition basé à Seattle. Paru à l’origine en 2017, ce court récit onirique se distingue par sa tonalité surréaliste et son ambiance étrange, quelque peu inquiétante.

Nous y suivons un personnage dont le visage lisse est troué de plusieurs orifices - est-ce un masque ? - et qui vit en compagnie d’une tête suspendue. Son entourage est constitué d’êtres fantastiques, aux comportements humains mais bizarres, dont la plupart est surmontée d’une tête d’animal ou de monstre. Tout porte à croire que nous sommes dans un rêve. La trame est onirique : enchaînements flous ou illogiques sauf pour ceux qui les vivent, situations dérangeantes et inexpliquées, sentiment de familiarité et d’étrangeté dans le même temps. Il suffit de se laisser porter, d’un dialogue incongru à une performance artistique tordue.

Et vient la nuit - Par Travis Rommereim - Zine Panique
Et vient la nuit © Travis Rommereim / Zine Panique 2019

Graphiquement, Et vient la nuit possède deux points forts. Le dessin, fin et précis, contraste avec l’atmosphère du récit. Le trait précis rend encore plus inquiétants les personnages et certaines situations. La risographie, en outre, permet de varier les ombres et les textures, ce qui donne du corps à une composition assez simple. L’impression a d’ailleurs été réalisée par le Studio Fidèle, spécialisé dans la « riso ». Pour le coup, il ne s’agit pas d’une coquetterie mais bien d’un choix à la fois économique et esthétique judicieux.

Voilà donc une découverte intéressante, certes humble, mais qui mérite que nous nous y attardons, ne serait-ce que pour son ambiance que ne renierait pas Charles Burns par exemple.

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Et vient la nuit - Par Travis Rommereim - Zine Panique - traduit de l’anglais (États-Unis) par Yann Deplanque - édition originale : Night Time, 2017 - 20 x 23 cm - 48 pages une couleur - impression riso par Studio Fidèle (Paris) - parution en octobre 2019.

Consulter le site de l’auteur & celui de l’éditeur.

  Un commentaire ?